www.altersexualite.com

Bienvenue sur le site de Lionel Labosse

Accueil > Livres pour les jeunes et les « Isidor » HomoEdu > Fictions jusqu’à la 6e > Noël, c’est couic ! de Christophe Honoré

Papa, c’est pas un cadeau, pour les petites classes

Noël, c’est couic ! de Christophe Honoré

Ecole des Loisirs, 2005, 70 p., 7,5 €

mercredi 20 juin 2007, par Lionel Labosse

Une nouvelle toute simple sur un réveillon qui tourne mal, avec un invité pas vraiment souhaité, un fils / père homo qui ne s’assume pas vraiment et doit apprendre à grandir pour jouer son rôle de père.

Papa et Anton sont venus fêter Noël chez Mémère, en Bretagne. Papa semble énervé et menace Anton de rentrer à Paris s’il apprend qu’il a désobéi en revenant de la gare où il doit chercher Ferdinand. Une dispute éclate à propos de rien, le ton monte, et papa de s’écrier : « Si ça te plaît pas que Ferdinand soit là, fallait me le dire franchement » (p. 15). Mémère est vexée, car « C’est moi qui t’ai prié de l’inviter ». On a compris, vu le contexte (la présence des épouses des frères de papa indique implicitement la situation de Ferdinand), mais les tout jeunes lecteurs du texte comprendront-ils que Ferdinand est le petit ami de papa ? Bref, papa décide de rentrer à Paris. Ferdinand n’est pas d’accord, et la météo s’en mêle, qui va obliger papa à reconnaître qu’il n’est qu’un, et à rentrer à l’étable.

L’originalité de ce court récit est de présenter un père gai, ce qui change par rapport à la mode et au texte pionnier du même auteur, Je ne suis pas une fille à papa. L’image du père seul est redoublée par celle du contrôleur dont on devine que s’il travaille une nuit de Noël c’est que sa fille lui manque : « Cette année, elle est chez sa mère » (p. 33). Le père n’a pas le beau rôle, et cela permet une vision non politiquement correcte d’un père gai, qui comme tous les pères est injuste, colérique, etc. C’est le côté allusif du texte qui me laisse dubitatif sur ce que peuvent en retirer les enfants auxquels il est adressé. Et puis le côté anti-curé primaire, qui « préfère une crèche sans âne à une crèche avec un âne non baptisé » (p. 62)… Bref, j’attends vos témoignages sur ce livre, qui me laisse relativement indifférent, mais c’est normal, j’ai un cœur de pierre.

- Voir la critique de Jean-Yves. À part ça les hasards du calendrier ont mis ce livre entre mes mains en même temps que je voyais le dernier film de Christophe Honoré, Les chansons d’amour. Je ne tiens pas à entamer une rubrique cinéma sur ce site, car ce n’est pas mon domaine, mais deux aspects m’ont intéressé dans le film. Profitons de cet article pour en parler. D’une part le côté altersexuel des relations entre les personnages, qui créent presque ce que j’appelle le couple perpétuel après la mort de la jeune fille. D’autre part, le fait qu’un des personnages soit un lycéen qui drague le personnage principal. Une modernisation du couple pédérastique éraste / éromène ?

- Voir de Christophe Honoré, Mon cœur bouleversé, Tout contre Léo, Je ne suis pas une fille à papa, ainsi que le film La belle personne.

- Lire, sur « Culture et Débats » le point de vue de Jean-Yves.

Lionel Labosse


© altersexualite.com 2007
Réagissez, complétez cette critique, en précisant si vous êtes auteur, enseignant, élève… Retrouvez l’ensemble des critiques littéraires d’altersexualite.com. Voir aussi Déontologie critique.