www.altersexualite.com

Bienvenue sur le site de Lionel Labosse

Accueil > Livres pour les jeunes et les « Isidor » HomoEdu > Fictions niveau 3e > Maïté Coiffure, de Marie-Aude Murail

Un roman idéal pour les classes de 3e

Maïté Coiffure, de Marie-Aude Murail

École des Loisirs Médium, 2004, 178 p., 9,5 €

samedi 7 avril 2007, par Lionel Labosse

Quatre ans après Oh Boy !, Marie-Aude Murail, se jouant des stéréotypes et des préjugés, crée un autre personnage gai, Fifi. Niveau 3e.

Questionnaire de lecture

Au risque de décevoir les petits malins qui croient pomper leurs fiches de lecture sur le notre site, pour Maïté Coiffure nous allons procéder autrement. Voici, pour les collègues, un questionnaire de lecture tout fait, que j’avais donné opportunément à ma classe de 3e avant qu’elle parte en stage en entreprise, histoire de les mettre dans la peau d’adultes qui bouquinent dans les transports en commun sur le chemin du boulot (si tant est que la diffusion de RFM, la radio du vendeur d’armes Lagardère, sur les quais de la SNCF, ainsi que l’abus des téléphones portables, nous laisse encore profiter de ce temps passé dans les transports pour lire).

- Dans quelle ville et dans quel milieu social vit Louis Feyrières ? Relevez quatre traits caractéristiques de ce milieu social.
- Après avoir relevé quatre exemple selon vous les plus pertinents, caractérisez la façon de communiquer (pas seulement de parler) de Louis.
- Quelle est l’attitude de Louis par rapport à la scolarité ?
- Quelles qualités morales montre Louis dans cette histoire ?
- Que pensez-vous de la vision de la famille qui ressort de ce roman, notamment les rapports entre père et mère, et parents et enfants ?
- Que pensez-vous du personnage de Fifi / Philippe et de l’attitude des autres personnages par rapport à lui ?
- Recopiez la (ou les deux) plus belle phrase de ce livre selon vous, et justifiez votre choix.
- Quelle est la chose la plus importante que vous ayez apprise, vous, lors de votre stage en entreprise ? (préciser le type de stage ou d’entreprise)

Mon avis

Cet excellent roman était proposé aux élèves hors-séquence, en lecture cursive, en parallèle à leur stage en entreprise. Marie-Aude Murail a eu une idée en or de nous proposer ce roman qui tente de réconcilier les élèves en rupture, non seulement avec l’école, mais aussi avec la lecture. Le livre semble avoir touché les élèves, en tout cas la qualité de leur travail et de leur réflexion est éloquente. Dans une classe, j’ai attribué trois 20/20. Le livre est facile à comprendre tout en proposant une vision de la société fine et actuelle. Beaucoup de profs de français ont encore un préjugé contre la littérature jeunesse, qu’ils regardent avec condescendance. Ils persistent à dégoûter les élèves de collège avec Balzac, Bazin ou Racine, sans leur offrir d’alternative plus à leur portée. Après cette lecture, des parents d’élèves m’ont dit : « C’est incroyable, pendant les vacances de Noël, mon fils s’est mis à lire, il n’a pas arrêté, Maïté Coiffure, mais aussi Harry Potter. » ; « Vous avez donné à mon fils le goût de lire. » Un élève a demandé : « C’est quand qu’on va lire des livres pour adultes ? » Le personnage de Fifi me semble très intéressant, car il m’a aussi remis en cause, comme d’ailleurs le Bart de Oh boy !. Voici un gai caricatural, coiffeur, un peu folle, bref, de ceux que j’ai parfois tendance à rejeter, non pas à cause d’eux, mais parce que les médias de masse ont tendance à ne montrer qu’eux ; et ce personnage montre une profondeur, une capacité de s’adapter, d’aller au devant de l’autre, dont je serais bien incapable, justement parce que, étant un peu superficiel, il prend le temps avant de juger une situation.

Paroles d’élèves

J’ai repris dans mon Journal de bord, à la date du 11 janvier 2005, les réponses des élèves à la question n°6 du questionnaire ci-dessus. Plusieurs élèves ont éludé la question de l’homosexualité de ce personnage. Il y a deux possibilités, soit ils ne l’ont pas comprise, soit ils ont éprouvé une répugnance à écrire le mot. Certains ont parlé de préjugés, ce qui prouve qu’ils ont compris de quoi il était question, mais sans écrire le mot… Cependant c’est le choix de l’auteur, et le cas est rarissime en littérature jeunesse, de créer des personnages gais sans aucune volonté de démonstration. L’avantage est que ça rompt avec le tabou de l’école, et que le sujet est envisagé d’une façon humoristique, positive et sans lourdeur.

Voici quelques extraits intéressants, sans commentaires. Il n’y a aucune remarque négative sur ce personnage, comme quoi bien des adultes ont tort d’avoir des préjugés sur les réactions des élèves… Le plus intéressant à mon sens est le vocabulaire utilisé pour désigner le personnage. À cet égard il serait intéressant de mener une étude sur l’évolution de ce langage chez les jeunes dans les prochaines années, en observant s’il y a un retentissement sur les insultes courantes.
- « Je trouve que Fifi a très bien réussi à s’intégrer à Maïté Coiffure, car l’équipe n’était composée que de femmes. Il est bien vu par l’ensemble des autres personnages, sauf par les prétentieux du genre de M. Feyrières qui n’aiment pas tout ce qui peut sortir de la normalité et qui ont déjà leurs idées préconçues. »
- « Je trouve que le personnage de Philippe est un personnage assez ambigu, car lorsqu’il se trouve au salon, il est quelqu’un d’extraverti plutôt bavard et rieur, alors qu’il cache une partie de lui-même. Il a une sorte de « jardin secret » que l’on découvre avec le personnage de Manfred son ami. On découvre un Philippe plutôt réservé, en retrait et timide. Ce personnage est essentiel dans le roman, car il donne du tonus. Les personnages du salon (y compris Louis) ainsi que les clients donnent l’impression d’accepter totalement sa différence et de savoir faire la part des choses entre sa vie privée et sa vie publique. Marie-Aude Murail a utilisé des stéréotypes de personnages étant contre le fait que Philippe soit homosexuel et n’acceptant pas sa différence. Cet emploi permet de prouver qu’il existe encore des gens intolérants et homophobes (sans peut-être s’en rendre compte) et que tout ne se passe pas dans le meilleur des mondes. »
- « Fifi étant homosexuel, les personnages l’apprécient, ne le mettent pas à l’écart et ne l’embêtent pas car ça ne les dérange pas, alors que dans la vraie vie c’est rarement le cas. »
- « Philippe souffre de ne pas voir aboutir son amour d’enfance. Louis ne fait pas cas de l’homosexualité de Philippe et le respecte comme toutes les autres personnes du salon de coiffure. Il le prouve en s’associant avec lui. »
- « Beaucoup de monde ne l’aime pas étant donné qu’il est homosexuel. Il subit, hélas, les préjugés. »
- « Il est gai. Les autres pensent que c’est que un gai, mais en fait il a aidé Louis à lui apprendre le métier de coiffeur. »
- « Fifi est un personnage caricatural des hommes dans les salons de coiffure (efféminé, humoriste…) qui apporte beaucoup de soutien à ses amis. »
- « Fifi / Philippe est un personnage différent des autres, notamment par sa préférence pour les hommes, mais aussi par sa gentillesse et la bonne humeur qu’il dégage. »
- « Je pense que Fifi est un personnage efféminé, sympathique, a de l’humour, solidaire, compréhensif, blagueur. »
- « Fifi est un homosexuel bien intégré du point de vue du travail mais qui paraît solitaire sentimentalement. »
- « Durant le livre nous apprenons que Fifi a le sida et que son petit ami Manfred est mort de cette maladie. Il est donc homosexuel. »
- « Je pense que Fifi est une personne comme les autres, que l’on ne doit pas le juger sur son homosexualité et qu’il faut l’accepter comme il est et non le rejeter sous prétexte qu’il préfère les hommes aux femmes. »
- « Fifi est homosexuel et il est très atteint par la mort de Manfred son petit copain. »
- « Il a un petit côté féminin qu’il montre bien dans ce livre, par exemple le fond de teint qu’il se met sur le visage pour cacher ses boutons. […] mais les gens du dehors comme le père de Louis le prennent pour un homme inférieur à eux car il est homosexuel. »
- « Fifi est un très bon personnage, mais c’est triste qu’il meure à la fin à cause du sida. »
- « L’une des qualités de ce salon de coiffure, c’est de ne faire aucune discrimination et surtout par rapport à Fifi qui est différent (car il est homosexuel). »
- « Le personnage de Fifi était mon préféré. Je pense que l’attitude des autres personnages envers lui était assez normale. De nos jours, on a encore du mal à accepter l’homosexualité. »
- « M. Feyrières le traite de « pédé » sans avoir honte de ce qu’il dit. »
- « Le personnage de Fifi est quelqu’un de très gentil et sensible, et il est homosexuel. Les autres personnages disent du mal de lui car il est homosexuel et qu’il ressemble à une fille. »
- « Fifi est clairement homosexuel et ne s’en cache pas d’ailleurs il doit souvent supporter des remarques et un comportement désobligeant de la part des étrangers. Ses amis, eux, ont fait abstraction de cela. »

- Lire, sur « Culture et Débats » la critique de Jean-Yves.
- Voir une allusion à ce roman dans Je n’ai plus dix ans, de Thomas Gornet.
- Lire de la même auteure, Simple et Vive la République !. Lire une entrevue avec Marie-Aude Murail.

Lionel Labosse


Voir en ligne : Le site de Marie-Aude Murail


© altersexualite.com 2007
Retrouvez l’ensemble des critiques littéraires d’altersexualite.com. Voir aussi Déontologie critique.