www.altersexualite.com

Bienvenue sur le site de Lionel Labosse

Accueil > Billets d’humeur > Riri, Fifi et Louloute : la « théorie du genre » a encore frappé (...)

Riri, Fifi et Louloute : la « théorie du genre » a encore frappé !

dimanche 1er avril 2018

Le 1er avril 2018, une de ces prétendues nouvelles apocalyptiques se répandait comme une traînée de poudre sur les réseaux sociaux. Un soi-disant « trouple », c’est-à-dire un immoral ménage à trois de palmipèdes aurait été repéré exhibant sa luxure dans un jardin de la paisible ville de Sens (Yonne). Riri, Fifille et Loulou (ou bien Riri, Fifi et Louloute), deux canards aux mœurs contre-nature et une cane débauchée, partageraient une vie scandaleuse. On les aurait vus chasser d’autres prétendants, préservant farouchement leur mode de vie dit « moderne », parfaite réclame des partisans de la « théorie du genre », qu’on soupçonne à la base de cette « fake news » destinée à troubler la pureté des jeunes collégiens innocents qui longent le jardin servant de lupanar à ces animaux dénaturés. La seule question que nous, citoyens nonnêtes, nous posons, est de savoir parmi ces deux canards efféminés, lequel fait le mâle, lequel la femelle, quand les Anglais débarquent !

Nous subodorons une manipulation d’un groupuscule de fanatiques de cette « théorie du genre », de ceux qui répandent les mensonges ridicules & obsolètes contenus dans l’opuscule d’André Gide Corydon, ou qui fournissent subrepticement sous couvert de littérature jeunesse des ouvrages de propagande pédérastique comme Et avec Tango, nous voilà trois !. Après le « mariage gay », le « trouple », et puis quoi encore ! On ne le répétera pas assez : la seule vie digne pour le canard, c’est une vie de couple, un Monsieur Canard associé à une Madame Cane, avec une ribambelle de petits canetons dignes des contes d’Andersen. Des témoins auraient aperçu à travers les grilles de ce jardin de Sodome, les volatiles s’efforcer de voler comme des faucons pour dérober du pain que des apprentis sorciers leur offrent pour encourager leur existence dénaturée, au lieu de les laisser suivre les lois naturelles de la sélection. À bas la « théorie du genre ». Vive le Québec libre ! Montjoie !

De notre envoyé spécial à Sens, Lionel Labosse.