altersexualite.com

Bienvenue sur le site de Lionel Labosse

Accueil > Lionel Labosse, ma vie, mon œuvre > Livre d’or de M&mnoux de Lionel Labosse

Avis amicaux sur un livre privé de médiatisation

Livre d’or de M&mnoux de Lionel Labosse

Publibook, 2018, 550 p., 39 €.

samedi 9 mars 2019

M&mnoux est paru depuis octobre 2018. À la date où je publie ce « livre d’or », aucun critique professionnel n’a encore daigné abaisser son docte regard sur ce roman. Voici donc, en attendant ce miracle, les réactions de vous autres, simples mortels. Il vous suffit de me contacter et de m’envoyer votre réaction sous la forme qui vous convient, une phrase ou deux pages, n’importe quoi qui contribue à me bercer de l’illusion que ces 6 années de travail n’ont pas été totalement vaines. Amis, parents, personnages en quête d’auteur, M&mnaoriens, lecteurs inconnus, vous êtes les bienvenus. N’hésitez pas à faire circuler cet article… Merci de ne pas envoyer votre avis avant d’avoir tourné la 550e page. Peut-on comprendre un livre avant le dernier mot ? Pour signer, libre à vous de choisir votre patronyme, un prénom, un pseudonyme, d’ajouter votre lieu de résidence, âge, profession, un lien vers un site qui vous concerne, etc.

Jean-Yves Alt, fidèle ami, a été le premier à publier une critique amicale sur Culture et Débats : « Alors, me direz-vous, quelle utilité à écrire sur des personnes qui ne furent ni des héros ni des modèles ? La réponse est simple. Nul besoin d’exemplarité pour écrire un ouvrage fortifiant. En écrivant des vies, en les « retravaillant », l’auteur offre – à chaque lecteur – une fabrique pour penser littérairement sa propre vie à partir de celles de ses aïeux. »

Couverture de M&mnoux

Ma cousine Josette, alias Perrette, l’une des protagonistes, se fait dorénavant appeler Perrette. Je ne commenterai pas sa gentille carte – à vous de lire entre les lignes – et vous pardonnerez à ses 88 ans d’avoir manuscrit son commentaire. Sachez que les réactions des protagonistes du livre ne sont pas toutes enthousiastes, et je ne m’y attendais pas, car dans le cas contraire je n’aurais pas été sincère en écrivant le livre. Du moins n’ai-je pas encore été l’objet d’un lynchage à la Pierre Jourde…

M&mnoux, l’avis de Josette-Perrette

Jean-Marie Coupriaux

« Pendant notre séjour j’ai lu ton bouquin. Mardi midi nous avons mangé au restaurant, la jeune femme qui nous servait avait un beau sourire, et des cheveux très très frisés, j’ai pensé à ton livre, pas facile a démêler ! Mais chose curieuse pour un Manaorien, je me suis je crois, plus intéressé à la tonalité, aux allures, au style qu’aux histoires elles-mêmes. Il y a un endroit où le tic tic du train de PA a des accents de Blaise Cendrars, « la prose du val de Manaore et des petites sœurs Martin ».
- Visitez le site Fais Voir de Jean-Marie Coupriaux.

Une photo d’Algérie

La mémoire suit ses méandres, et c’est en voyant la photo de ma mère à bicyclette imprimée dans le livre et sur ce site que mon père a retrouvé une photo de lui prise en Algérie pendant la « guerre sans nom » me dit-il, en précisant « vers le Kouif à la frontière tunisienne ».

Papa en Algérie, maman fait du vélo sur sa table de nuit.

Il écrit sans doute une lettre sur le couvercle de la valise (actuellement celle où ils rangent les vieilles cartes postales évoquée p. 11 de M&mnoux), et l’on distingue à côté du lit sur la table de chevet qu’il avait bricolée à partir de caisses de munitions, le minimum vital, kro achetée au foyer, cigarettes de troupe, un livre et deux photos de ma future mère. Il est, alors, d’après ce qu’il me dit après avoir lu la version imprimée du livre, loin de se douter que, sorti sans blessure de cet endroit baigné de chaleur écrasante, il devrait quelques mois après la « quille » acheter un radiateur soufflant Thermor, pour mener une guerre, mais cette fois aux stalactites hivernales d’une chambre Haut-Patatoise (p. 385). Voici, dit-il, où conduit pour le meilleur la correspondance avec une cycliste chaussée d’escarpins (p.462) compagne de guerre, photo rivée sur un chevet « caisse à munitions ». Ceci est publié sur ce site le 26 janvier 2019, date de la mort de Michel Legrand (cf. M&mnoux, p. 452).

Vous trouverez ici l’avis circonstancié de Jeanne Aymar de Vayran sous la forme d’un article à part entière.

Message d’Annie Borgeaud

« Je viens de terminer ton livre cet après-midi et je voudrais t’en dire quelques mots.

Tout d’abord c’est une chance pour ta famille d’avoir fait un tel ouvrage, la vie de tes grands-parents restera encore longtemps dans la mémoire de tes frère et sœur, neveux et nièce.
Je regrette que nous n’ayons pas la même chose dans notre famille, même si notre fille aînée, a enregistré plusieurs heures de conversation avec Maman de sa jeunesse avec ses parents et son placement en ferme à l’âge de 12 ans à notre arrivée à Sevran en 1956 après avoir quitté Paris. Ensuite elle s’est dite trop fatiguée pour continuer mais je pense plutôt qu’à partir de cette période sa vie a tellement été difficile qu’elle a préféré la taire. Pourtant c’est la période que j’aurais le plus aimé l’entendre raconter !
Nous avons quitté Paris où Maman tenait un commerce de spiritueux et Papa travaillait aux NMPP (Nouvelles Messageries de la Presse Parisienne) nous étions 3 enfants de 12, 8 et 6 ans et à Sevran elle a eu 3 autres enfants qu’elle n’avait pas prévu d’avoir et est de ce fait restée mère au foyer !
Nous n’avions pas d’argent, Maman a, tout comme ta grand-mère, connu les enveloppes dans lesquelles elle mettait l’argent pour payer les factures, mais quand elle devait régler les factures elle avait la mauvaise surprise de constater que Papa avait pioché dedans ! Beaucoup de problèmes d’argent, pas le moindre sou pour se payer le coiffeur ou un vêtement, ne parlons pas de loisirs, vacances ou autre petit plaisir !
Papa est mort en 15 jours d’un cancer du foie à l’âge de 44 ans (il n’était pourtant pas alcoolique), laissant Maman seule avec 6 enfants de 21, 17, 15, 7, 5 et 3 ans, sans compter sa belle-mère ! Les 3 aînés travaillaient déjà ; ça l’aidait à faire vivre la famille et elle est partie faire la femme de ménage à la mairie de Sevran en se levant à 4 h du matin !
Elle a eu la grande surprise en allant à la morgue pour Papa, de voir une femme se présenter à l’appel de notre nom de famille… c’était sa maitresse !!!
Chaque vie a ses moments difficiles.

Ton livre m’a appris beaucoup de choses sur une région que je ne connais pas du tout, la dureté de la vie au siècle dernier, la guerre, les métiers de l’époque, etc. Je t’avoue que j’ai un peu mélangé certains personnages tant ton livre est dense. Ce que tu racontes sur ta mère, vos visites aux grands-parents, les relations entre les membres de votre famille m’a intéressée, et la fin de ton livre m’a tiré les larmes quand tu parles de la fin de ta grand-mère. Sans doute parce que je pense à ma propre mère qui est dans sa 100e année et que j’ai très peur de sa fin. Elle finira sa vie comment ? En partant dans son sommeil (ce que je souhaite et elle aussi) ? en souffrant ?? Elle a aussi des pertes de mémoire, n’entend plus bien, voit de moins en moins et souhaite mourir car tout devient compliqué pour elle ! Ce que disait ta grand-mère, Maman le dit aussi.
Je m’interroge de plus en plus sur ma fin de vie, c’est angoissant car on ne sait pas comment on finira et je n’ai nulle envie de finir à l’hôpital, malade, souffrante (comme tout le monde tu me diras !).
Je vais arrêter là mon bavardage car ça pourrait prendre encore beaucoup de temps, mais je veux te dire que j’ai beaucoup aimé ton livre, il y a beaucoup de mots que je ne connaissais pas, certains passages m’ont fait rire car tu racontes avec humour… »

Annie Borgeaud, retraitée.

Patrick Feldhandler

Inspiré de son histoire familiale de Franche-Comté, Lionel Labosse, prof de français émérite ayant roulé sa bosse dans le 9-3, nous sert un passionnant roman ethnologique et sociétal très fouillé. À l’aide d’une écriture imagée, élaborée et parfois même absconse (dictionnaire indispensable), de tournures de style multiples, on est plongé dans un univers qui évoque à la fois Zola et Balzac, excusez du peu. Cette œuvre de la maturité mériterait amplement un prix littéraire, autrement que de la Haute-Patate…

Patrick Feldhandler, médecin.

Et vous ? Qu’est-ce que ce livre vous a inspiré ?

Lionel Labosse


Voir en ligne : M&mnoux sur le site de l’éditeur Publibook


© altersexualite.com, 2019.
Retrouvez l’ensemble des critiques littéraires jeunesse & des critiques littéraires et cinéma adultes d’altersexualite.com. Voir aussi Déontologie critique.