Accueil > Covidisme > Brigitte Macron : « Et si c’était un homme ? »

Scandale d’État en macronie.

Brigitte Macron : « Et si c’était un homme ? »

Mythomanie pathologique au plus haut sommet de l’État

samedi 6 novembre 2021, par Lionel Labosse

Profession gendarme avait publié le 30 octobre cet article que j’avais publié quelques jours auparavant sur mon site. Ledit site faisant l’objet d’un Shadow banning, mon article n’y a eu que quelques centaines de visites, alors que sur Profession gendarme il a obtenu plus de 8000 vues en 24 h. J’étais jaloux, car mes articles à part entière n’ont jamais eu autant de succès quand ils ont été repris sur ce site ! Le 27 novembre, l’article avait dépassé les 35000 vues, ce qui est un des meilleurs scores de Profession gendarme, et cela malgré certains commentaires émanant probablement de trolls téléguidés par la macronie tentant de faire passer l’affaire pour soit une pure calomnie (« mais non, quelle infamie, elle n’est pas transgenre, la preuve, elle a des enfants »), soit une vulgaire autant que méprisable attaque transphobe (« Quelle honte que d’attaquer ces braves gens sur leur vie privée, ça ne se fait pas »). Or d’une part, ceux qui ont eu la curiosité de faire un tour sur mon site au nom bizarre savent que j’ai toujours été un grand défenseur de la cause transgenre, d’autre part, le fait que près d’un mois et demi après la parution de l’enquête de Faits & Documents (je ne parle pas de ce modeste article qui ne fait que résumer l’enquête et y renvoyer pour plus d’information), aucune plainte n’ait été déposée par l’Élysée (du moins la presse d’État lécheuse d’anus présidentiel n’en a pas parlé) semble de plus en plus corroborer le sérieux de l’enquête, dont ne doutaient guère ceux qui connaissaient la réputation de Faits & Documents, mais dont doutaient ceux qui consacrent à la lecture des articles de Profession gendarme le temps de lire juste le titre et de torcher un commentaire rageur. L’autre fait étonnant, c’est qu’aucun site de la presse libre (je ne cite pas les noms, mais AUCUN), n’a repris ce scoop. Aucun média n’a invité les journalistes auteurs de cette enquête, ou ne les a dénoncés en disant qu’ils ont refusé de s’expliquer. L’omerta est ABSOLUE. Brigitte Macron a de bonnes chances d’avoir été un homme et de n’avoir jamais été LA prof de théâtre du mythomane de l’Élysée, mais silence radio, enfin pas silence : on continue à diffuser la version mensongère, et c’est bien ça le problème, combien de fois dois-je le répéter ? Je me contrefiche que cette personne soit ou ne soit pas transgenre, mais je m’insurge contre le fait qu’on ait utilisé les services de l’État pour répandre un mensonge et intimider des journalistes, c’est tout. Et quand je pense aux poux qu’on a cherchés dans la tête de Raoult depuis un an et demi, je ne comprends pas que ce mensonge d’État passe à l’as. J’ai donc suggéré à notre hôte de republier l’article un mois après (revu et corrigé), et je me permets de suggérer aux lecteurs de Profession gendarme de faire tourner l’info au maximum pour pallier cette étonnante omerta. Des amis ont émis l’hypothèse que certains gardent le scoop pour la campagne électorale. « Certains », je veux bien, mais tous, absolument tous, alors là je ne comprends pas !

J’ai évoqué voici une semaine dans mon journal la bombe publiée dans le n° 501 de Faits & Documents (daté 1er au 30 sept 2001 mais reçu dans ma boîte à lettres (version papier) le 20 octobre, lu le 21 octobre), dernier opus d’une enquête journalistique approfondie en 5 épisodes sur « Le Mystère Brigitte Macron ». J’ai communiqué cette bombe à plusieurs dizaines de personnes, dont AUCUNE ne l’a reprise, malgré ma précaution d’annoncer dès la première phrase que le problème n’est absolument pas que « Brigitte » ait été un homme – ceux qui en ont se les battent – mais que Macron ait utilisé les services de l’État pour imposer un storytelling faux de A à Z et intimider les journalistes qui approchaient trop près du pot-aux-roses. En effet, dans l’état actuel des choses, révéler que « Brigitte » Macron est né homme n’aurait sans doute pas empêché l’élection de Macron, donc cette accumulation de mensonges d’État dissimule probablement autre chose, et en tout cas une personnalité de mythomanie pathologique que le citoyen tout comme le parlementaire, est en droit d’étendre au covidisme. Cet homme ment comme il respire, quel que soit le sujet. Que ce soit sur la fiction de « Brigitte » prof de théâtre de l’ado Macron ou sur son premier mariage, l’investigation de Faits & Documents mène à des révélations dignes d’un roman d’espionnage, et il ne fait aucun doute que dans quelques années, non pas les cinéastes français aux mains liées par l’avance sur recettes et la connivence de caste, mais les cinéastes américains en tireront un scénario. Il faut lire l’enquête entière (il vous en coûtera 60 Є pour les cinq numéros, peut-être moins cher en achetant la totalité). Puisse ce bref article contribuer à empêcher l’omerta sur ce scandale. C’est le genre d’information qui peut constituer un détour pour réveiller nos amis hypnotisés par le covidisme : « Réveillez-vous : ils mentent sur tout, donc ils mentent sur le covid » !

Mais que révèle Faits & Documents ? On crée de faux documents anciens qu’on substitue aux documents réels à la BNF et dans les bibliothèques locales, on utilise la police pour intimider des journalistes ; bref, la mafia macronesque utilise les moyens de l’État pour MENTIR sur la nature de sa relation avec ce « Brigitte », en plus du réseau abracadabrant de faux témoins pour accréditer une biographie et une famille presque totalement faux (attention, il s’agirait bien des enfants de « Brigitte », mais elle les aurait engendrés sous son avatar masculin, avant sa transition). Tous les journalistes qui ont pondu des livres « autorisés » sur le sujet se sont heurtés aux mêmes écueils : encadrement strict par l’Élysée, impossibilité d’interviewer « Brigitte », et impasses des rarissimes témoins de cet obscur passé systématiquement limités à la portion congrue ; documents introuvables sur Internet ; inexistence de toute photo de « Brigitte » enceinte, de toute photo de famille ou d’école qui ne soit pas trafiquée, alors que ces événements datent d’une époque de boom de la photographie familiale. Bref il y a là un faisceau concordant d’éléments qui mènent à la seule solution possible, que Faits & Documents exprime sous forme interrogative, « Et si c’était un homme ? », mais si vous lisez les 60 pages (sans pub) du dossier, vous aurez peu de doutes. Ils révèlent même le nom d’homme de « Brigitte », et le nom de la mère de ses enfants, ainsi que le nom (Natacha Rey) de la journaliste qui, alors qu’elle avait identifié cette femme, se vit interpellée par la gendarmerie, gardée à vue pendant cinq heures, intimidée, et se fit saisir son téléphone après qu’on lui eut demandé les noms des journalistes avec qui elle était en contact (parmi lesquels les auteurs de cette enquête). Il me semble assez facile de vérifier auprès de cette journaliste, mais contrairement à Sibeth N’diaye, à Véran ou Macron, Faits & Documents a rarement été pris en flagrant délit de mensonge.

Faits & Documents n° 501, 1er au 30 sept 2001, p. 11.
© Faits & Documents

Et c’est à ces menteurs et falsificateurs qu’aucune honte n’étouffe dans leur obsession de créer un « ministère de la vérité » alors que tout ce qui sort des successifs gouvernements macrons n’est que fake news, que certains covidistes font confiance ! Dans mon article sur l’Affaire Olivier Duhamel, j’avais évoqué naïvement l’affaire de détournement de mineur au cœur de la relation entre macron et « Brigitte », sans savoir que la réalité est peut-être bien plus sordide encore (sinon, pourquoi intimiderait-on des journalistes ?) C’est le principe du contre-feu : quand un vaste incende menace, on allume un petit feu pour prévenir le grand. Alors si cette histoire bidon de détournement de mineur constitue le contre-feu, imaginez l’ampleur de l’incendie qu’il est censé empêcher ! Tapez « brigitte macron transsexuelle » ou « transgenre » sur les moteurs de recherche, et vous vous rendrez compte que cela n’aboutit à rien, alors que la question se pose bien (parlez-en autour de vous).
Le 27 novembre, j’essaie une recherche Google avec le titre de cet article (Brigitte Macron : « Et si c’était un homme ? »), et j’aboutis à une page qui présente cet article repris sur Profession gendarme en 1re position, puis des articles de propagande sur le « couple » macron. En bas de page, comme pour la recherche « brigitte macron transsexuelle », Monsieur Google nous prévient aimablement : « Certains résultats peuvent avoir été supprimés conformément à la loi européenne sur la protection des données. » Tiens, tiens, Monsieur l’irascible cheffaillon d’état n’a donc pas tapé théâtralement du poing sur l’estrade, mais il a fait supprimer en catimini des pages qui le gênaient dans sa mythomanie d’État ! Vivons-nous vraiment en démocratie ? Comment une telle fourmilière de mensonges d’État peut tenir sans que personne ne mette un grand coup de pied dedans ! On peut subodorer que les GAFAM détiennent un nombre suffisant de secrets sordides bloqués par les moteurs de recherche pour faire chanter ce type, de même que l’attitude délirante de tous les dirigeants de la planète peut s’expliquer par des sextapes ou je ne sais quoi détenues par vous savez qui. Voici la dernière page du dernier des 5 numéros de l’enquête, à se procurer absolument avant que le journal ne soit liquidé sous une accusation quelconque, ou qu’un incendie ne se déclare dans le magasin.

© Faits & Documents
Faits & Documents n° 501, 1er au 30 sept 2001, p. 12.

Si jamais l’omerta était brisée, nul doute que l’appareil d’État n’utiliserait la presse aux ordres pour détourner l’attention du vrai problème. De même, comme l’explique Faits & Documents, que la question sulfureuse du détournement de mineur sous-jacente à la fable de Brigitte prof de théâtre du petit Emmanuel, a été savamment noyée sous la question cosmétique de la différence d’âge, la question du mensonge d’État et des méthodes de barbouzes serait noyée sous une question mineure de tolérance et de « transphobie », avec l’habituel concours d’échasses de l’indignation. Quant aux braves nœud-nœud qui disent : « cette enquête est nulle », posons-leur une seule question : cela fait maintenant une quarantaine de jours que le 5e numéro de l’enquête est paru, et l’Élysée n’a pas porté plainte pour diffamation… Pourquoi, à votre avis ?

 Article repris sur Profession gendarme.

Macron agacé par les journalistes, dessin de Bésot.
© Bésot


 Aucun média, pas même les médias anticovidistes, n’a encore eu le courage de reprendre cette bombe. Les seuls sont pour l’instant des blogs, comme celui-ci, avec une audience quasi-nulle.

Lionel Labosse.


Voir en ligne : Faits & Documents


© altersexualite.com 2021