altersexualite.com

Bienvenue sur le site de Lionel Labosse

Accueil > Covidisme > Appel à Michel Onfray & Didier Raoult pour organiser un débat « Nous (...)

Appel à Michel Onfray & Didier Raoult pour organiser un débat « Nous avons le droit d’être intelligents ! » sur les vaccins & les traitements du Covid.

mardi 16 mars 2021

J’ai envoyé cette lettre ouverte par mail à Front populaire ainsi qu’à Michel Onfray et à Didier Raoult samedi dernier 13 mars (sans savoir que c’était le jour du 69e anniversaire du professeur. Joyeux anniversaire !) Je la rends publique ce 17 mars dans l’attente d’une réponse.

Bon client de Michel Onfray depuis fort longtemps, je m’étais réjoui de sa collusion avec Didier Raoult avant le lancement de Front populaire. J’espérais que ces deux proscrits sur lesquels les médias que Michel Onfray qualifie avec justesse de Radio-Paris se plaisent à cracher, pourraient, face à l’opération de désinformation massive de la presse d’État, raviver le mot de Zola : « Quand on enferme la vérité sous terre, elle s’y amasse, elle y prend une force telle d’explosion, que, le jour où elle éclate, elle fait tout sauter avec elle. » Une rencontre publique Onfray-Raoult avait été annoncée pour le 1er octobre à Marseille, avant d’être annulée sur décision de la Macronie, qui a supprimé progressivement tous nos droits constitutionnels : droit à la santé, droit au travail, droit aux loisirs, droit de se réunir et de manifester. Depuis maintenant six mois que ces libertés ont été exterminées, aucune proposition alternative de réunion Onfray-Raoult n’a été mise en place, que ce soit de façon humaine ou « sans contact ».

Sans contact !

Mais venons-en au fait : dans une entrevue du 7 mars sur Sud-Radio, Michel Onfray, se livrait – sauf son respect – à un discours univoque sur « le » vaccin, se refusant à distinguer « les » vaccins en général des différents vaccins que l’on nous propose, ou plutôt que l’on nous impose. Ce faisant, il corroborait la position de la pensée unique de l’État et de la presse de milliardaires subventionnée qu’il dénonce pourtant à longueur d’année ! Une presse qui caricature le débat en qualifiant d’« antivax » tout scientifique qui critique la politique 100 % vaccin, 95 % Pfizer et 0 % traitement menée par l’État, ce qui entraîne une censure immédiate sur Youtube, facebook et toute l’Armada de propagande des GAFAM, sans que les journalistes d’État n’y trouvent rien à redire.
Je préfère penser qu’il s’agit d’un malentendu, et que Michel Onfray, qui déploie une activité intellectuelle surhumaine en dépit des soucis de santé qu’il a rendus publics, ne peut pas s’informer dans le détail des rebondissements de la lutte acharnée que mènent les médecins rassuristes et traitementistes contre les tenants de l’Ordre qui martèlent contre l’évidence qu’il n’existe aucun traitement contre « la » Covid-19. Ordre des Médecins que d’ailleurs 26 organisations & associations appellent à dissoudre dans un appel du 9 mars.
Il n’y a pas plus pro-vaccins que le Pr Raoult, que Martine Wonner, qu’Alexandra Henrion-Caude, et la plupart des médecins membres de la Coordination Santé Libre. Par exemple, Didier Raoult aussi bien que Christian Perronne réclament en vain la vaccination des enfants contre le rotavirus « qui en Angleterre a permis de faire diminuer d’un tiers le nombre d’enfants hospitalisés pour ces affections » (Épidémies. Vrais dangers et fausses alertes). Martine Wonner a soutenu les 11 vaccins obligatoires de la loi du 30 décembre 2017. Très mesuré sur la question précise des vaccins Covid, le Pr Raoult met en garde depuis des mois sur le fait que, d’une part, dans le cas particulier des maladies émergentes, dont il est un spécialiste, les vaccins constituent rarement une « baguette magique » et qu’il faut utiliser en parallèle à la vaccination les traitements précoces et préventifs ; que d’autre part, tant qu’à tester un "vaccin" (car nous n’en sommes qu’aux essais de phase III), il exprime sa préférence pour les techniques traditionnelles utilisant le virus entier inactivé (vaccins chinois et un russe en préparation), écartés dans l’Europe maastrichienne au profit de l’injection de portions d’ARN viral, soit directement (produits de Pfizer et Moderna) soit via un vecteur viral (Astra-Zeneca, Johnson & Johnson et le russe Sputnik V). Ce discours est proche de ceux d’Alexandra Henrion-Caude (ici sur TVLibertés, face à Élise Blaise, l’une des journalistes les plus compétentes que j’aie pu entendre lors de cette crise du Covid ; vidéo censurée par Youtube) ou des médecins réunis dans « Laissons les médecins prescrire » et la Coordination Santé Libre.
Or le débat sur les différents vaccins a du mal à se faire entendre dans la sérénité sur les médias d’État, à l’exemple de l’exécution d’Ivan Rioufol par Laurent Mouchard et Pascal Praud (vidéo censurée par Youtube). Tout au plus la presse d’État accepte-t-elle du bout des doigts de laisser passer une information factuelle comme le fait que 7 ou 8 pays de l’UE ont suspendu le vaccin AstraZeneca, tandis que Véran tente de nous rassurer en prétendant que tel le nuage de Tchernobyl, les effets secondaires graves qui ont amené 8 gouvernements à suspendre ce vaccin en Europe et l’Inde à l’interdire, ne passeront pas la frontière. Le rapport de l’ANSM du 5 mars fait état de 217 morts depuis le début de la campagne de vaccination, et d’un nombre non négligeable d’effets indésirables graves. Quand on sait que ces signalements se font avec retard et ne sont pas systématiques, les questions sont légitimes, mais elles sont immédiatement censurées par Youtube, censure qui pour la presse d’État constitue une victoire contre ce qu’elle qualifie de fake news.
Pourtant, lorsque le complot du Lancetgate avait fait circuler la fake news d’une dangerosité de l’hydroxychloroquine, Véran s’était joint au complot de conserve avec l’OMS, et s’était empressé de la faire interdire, avant de concéder trois semaines plus tard, une fois le complot mis en lumière et l’article retiré, qu’elle pouvait être utilisée avec d’infinies précautions qui limitaient son emploi de façon drastique. Pourtant, l’ivermectine, qui semble encore plus inoffensive que l’hydroxychloroquine, attend toujours pour obtenir un RTU, et Véran continue à braire le 9 février à l’Assemblée qu’« il n’existe aucun traitement » contre « la » Covid, avant d’autoriser 12 jours plus tard, un traitement dont les ingrédients principaux ont tout du scandale de santé publique. Le même collectif citoyen de France-Soir qui avait débusqué en mai le Lancetgate, seul contre toute la presse de l’État ou des milliardaires qui veut actuellement sa peau, vient de publier un article intéressant sur la corrélation en Israël entre la couverture vaccinale et la prévention des Covid sévères, dont la conclusion provisoire (en l’absence des données complètes que le site du ministère de la Santé israélien ne fournit pas) est la suivante : « sur les 3 dernières semaines, aucune corrélation entre la couverture vaccinale et la prévention des formes COVID sévères ne peut être constatée. » La situation actuelle est celle d’essais thérapeutiques de phase 3, théoriquement soumis au « consentement éclairé » du patient, mais que les khmers blancs de la médecine et l’appareil de la tyrannie macronienne, font tout pour rendre obligatoire en dépit des lois. Le doute est-il permis au citoyen non spécialiste ? Ou doit-on se contenter, comme un enfant ou comme un résident d’Ehpad, d’ouvrir passivement la bouche pour avaler la cuillerée de potage ou de compote qu’on nous administre sans daigner nous dire si c’est de la carotte ou du chou ?

Ce que je souhaite donc, c’est l’organisation, sur le thème des vaccins et autres traitements du covid, de cette rencontre promise mais malheureusement ajournée entre Didier Raoult & Michel Onfray, à laquelle le citoyen lambda que je suis – et abonné de Front populaire – propose d’adjoindre par exemple Alexandra Henrion-Caude et un(e) généraliste membre d’un des collectifs de médecins mentionnés ci-dessus, à la fois pour des raisons de parité, de pluralité, et pour bénéficier du point de vue d’une spécialiste de l’ARN et d’un de ces médecins engagés qui se battent bec et ongles pour le droit de nous soigner conformément au serment d’Hippocrate, nous les patients à qui l’État nous dénie ce droit constitutionnel ! Mes interrogations ne portent d’ailleurs pas seulement sur les propos de Michel Onfray, mais aussi sur ceux du Pr Didier Raoult, qui est passé de « Si le vaccin était obligatoire, il y aurait une révolution » en décembre, à des propos bien plus conciliants. Se serait-il résigné à ce qu’il a appelé « La fabrication du consentement », en référence à Noam Chomsky, dans sa vidéo du 9 mars 2021 ?

Michel Onfray, Didier Raoult : « Nous avons le droit d’être intelligents ! » grâce à vous.

P.S. : J’en profite pour suggérer que la devise de Front populaire : « Soyez résolus à ne plus servir et vous voilà libres ! » empruntée à La Boétie, soit complétée par l’article 35 de la Déclaration des droits de l’homme et du citoyen de 1793 : « Quand le gouvernement viole les droits du peuple, l’insurrection est pour le peuple, et pour chaque portion du peuple, le plus sacré des droits et le plus indispensable des devoirs ».

- Article repris sur Profession gendarme.

Lionel Labosse

© altersexualite.com