www.altersexualite.com

Bienvenue sur le site de Lionel Labosse

Accueil > Livres pour les jeunes et les « Isidor » HomoEdu > Documentaires (élèves) > Pas si facile d’aimer, d’Anne Vaisman

Tout savoir sur l’amour, pour les collégiens.

Pas si facile d’aimer, d’Anne Vaisman

De la Martinière Jeunesse, 1996, 109 p., 11 €

mercredi 4 avril 2007, par Lionel Labosse

Un de ces documentaires innombrables dont les éditions De la Martinière Jeunesse semblent vouloir garnir les étagères des C.D.I. Le ton est agréable, et globalement assez tolérant à l’égard de l’homosexualité, mais qu’y apprend-on de plus que dans n’importe quel roman ou série T.V., qui justifie d’investir 11 € et une heure de lecture ?

Cet ouvrage se propose de répondre « aux questions intimes, impossibles à poser à d’autres ». Le regard particulier d’Anne Vaisman, qui prendra toute son ampleur dans l’indispensable L’homosexualité à l’adolescence paru en 2002, est déjà à l’œuvre en 1996 ; c’est-à-dire qu’elle s’ingénie à séparer le sentiment du biologique, à mettre en avant la notion de plaisir et, timidement, à brouiller les pistes entre homo et hétérosexualité. Plusieurs phrases me font tiquer, qui établissent une dichotomie entre les sexes et les orientations sexuelles : « on peut avoir des amis du sexe opposé » (p. 19) ; « vous êtes à l’âge où l’on est totalement fasciné par les copains du sexe opposé » (p. 25), « Les hommes sont plus sensibles à certaines parties du corps féminin » (p. 39) ; même si ces phrases sont contrebalancées par des formules amusantes : « D’autres ont déjà de la moustache et une grosse voix, leurs règles et les fesses rondes » (p. 28). Cependant, ce livre s’adressant aux jeunes ados, il est bien venu de les prévenir sans les choquer, qu’« on peut aimer une personne et ne pas ou ne plus avoir de désir pour elle » (p. 24). On s’amuse de quelques conseils gentiment immoraux : « Le plan entremetteur, c’est vieux comme le monde, mais ça marche très fort » (p. 43) ; Anne Vaisman donne même des conseils pour évincer un rival ! (p. 54). Certains propos me laissent sceptique. À la page 56 : « à vingt ou trente ans, un garçon normalement constitué ne s’intéresse pas aux toutes jeunes filles […] leur but, c’est de vous séduire pour vous mettre dans leur lit ». Comme l’a montré l’enquête de Janine Mossuz-Lavau, La vie sexuelle en France, nombreux sont les hommes et les femmes qui ont d’excellents souvenirs de relations adolescentes avec des adultes, sollicitées par eux-mêmes ! Cela dit, ce livre datant de l’apogée de l’hystérie anti-pédophile, on peut considérer ces phrases comme fort mesurée pour l’époque ; d’autres auteurs auraient carrément conseillé d’en référer à l’armée ! Sur l’homosexualité, on regrettera que, sans doute encore influencée par l’homophobie light version Dolto, Anne Vaisman ait colporté l’idée reçue selon laquelle « vous avez peur du sexe opposé ; et il est plus facile de rester proche de quelqu’un qui vous ressemble ». Des phrases telles que « il est inutile de dramatiser une aventure « homosexuelle » » (p. 59) me semblent également regrettables, parce que justement elles instillent le doute qu’elles prétendent écarter. Au contraire, le trop court passage sur la tentation de l’inceste (p. 61), me semble inutilement dramatisant, et le terme « contre nature » me donnerait plutôt envie de sortir mon bazooka à idées reçues. Le passage sur les confidences aux parents fait l’impasse sur la spécificité des altersexuels. Dans ce cas-là, pourquoi ne pas inscrire en couverture que l’ouvrage ne s’adresse qu’aux ados qui se sentent hétérosexuels ? Ce qui manque également à l’ouvrage, ce sont des citations littéraires, ou des allusions à des films, qui éloigneraient l’impression que l’auteure impose ses conceptions personnelles. La bibliographie proposée en fin d’ouvrage ne propose que des ouvrages poussiéreux, et pas un seul ouvrage de littérature jeunesse ! Bref, on se demande pourquoi rééditer cet ouvrage tel quel en 2007, alors que l’auteure a publié depuis l’excellent L’homosexualité à l’adolescence, et le récent Livre des garçons. La lecture de romans tels que Une idée fixe, de Melvin Burgess, ou L’amour en chaussettes, de Gudule, me semblent contenir autant de renseignements que cet ouvrage !

- Lire l’entrevue que nous a accordée Anne Vaisman.

Lionel Labosse


© altersexualite.com 2007
Retrouvez l’ensemble des critiques littéraires jeunesse & des critiques littéraires et cinéma adultes d’altersexualite.com. Voir aussi Déontologie critique.