www.altersexualite.com

Bienvenue sur le site de Lionel Labosse

Accueil > Livres pour les jeunes et les « Isidor » HomoEdu > Documentaires, essais (adultes) > Herculine Barbin, dite Alexina B, édition de Michel Foucault

Témoignage XIXe sur les intersexes.

Herculine Barbin, dite Alexina B, édition de Michel Foucault

Gallimard, 1978, 162 p.

mercredi 4 avril 2007, par Lionel Labosse

C’est dans le cadre d’une collection « Les vies parallèles » et en marge de son Histoire de la sexualité que Michel Foucault avait réédité ce témoignage suivi d’un dossier. Il s’agit de notes autobiographiques ou plutôt mémoires d’une personne qu’on désignerait actuellement par le nom d’« intersexe », mais qui était à l’époque classée en « hermaphrodisme masculin » selon le dossier médical cité en annexe. Herculine, alias Alexina, alias Camille, alias Abel, est née en 1838, et mort en 1868 par suicide, ce qui interrompt brutalement son récit. Les mémoires récupérés à sa mort ont été publiées en 1874, puis retrouvées par Michel Foucault. Voir l’article de Wikipédia sur Herculine Barbin.

Le texte est romancé, empreint d’une sensibilité stéréotypée, truffé d’adjectifs surnuméraires à la mode des romans-feuilletons de l’époque. Suite à un examen sommaire, Camille est inscrite à l’état civil comme fille, poursuit brillamment des études classiques et devient institutrice dans une pension de jeunes filles. Elle se rapproche de Sara, institutrice également, partage son lit, et ce n’est qu’au hasard d’un examen médical qu’on découvrira sur le corps devenu adulte, l’erreur d’assignation. « Ai-je été coupable, criminel, parce qu’une erreur grossière m’avait assigné dans le monde une place qui n’aurait pas dû être la mienne ? » (p. 64 ; on apprécie l’usage du mot « assigné »). Le dossier médical décrit l’anomalie au niveau technique, suite à une autopsie, mais ce qui nous intéresse dans le texte, c’est le vécu, témoignage unique dû au bon niveau d’étude de Camille. À l’âge de 22 ans l’état civil sera modifié, mais de par sa faible constitution et son parcours, Abel ne parviendra pas à trouver une situation stable, et confronté à la misère, se donnera la mort.

Le texte ne serait pas à proposer intégralement à des lycéens à cause de la lourdeur du style, mais peut fournir des extraits intéressants dans différentes disciplines et filières, y compris les annexes médico-légales. Herculine s’y désigne souvent par des adjectifs ou participes accordés tantôt au féminin tantôt au masculin, ce qui fournira un thème de réflexion sur la normativité engendrée en français par la prégnance de l’accord. La page 34 montre les efforts de Camille, à la puberté, pour dissimuler sa masculinisation (dont elle n’est pas consciente en tant que telle). On s’amusera de la pudeur très XIXe de certaines pages, qui justifie que l’erreur ait pu se prolonger jusqu’à un âge avancé, même si au fil des pages, l’héroïne finit par comprendre ce qui lui arrive : « madame P…, pauvre femme qui ne voyait en moi que l’amie de sa fille, tandis que j’étais son amant » (p. 62). Un article de journal la / le compare à Achille (p. 103) ; on s’interroge parfois sur son passé avec une curiosité salace qui contrarie le goût romantique dont son esprit a été imprégné à force de ne fréquenter que des filles ! Le rapport médico-légal nous apprend que « La conformation des organes génitaux externes de cet individu lui permettait, bien qu’il fût manifestement un homme, de jouer dans le coït indistinctement le rôle de l’homme ou de la femme ; mais il était stérile dans l’un et l’autre cas » (p. 143). Plus loin, il est question d’autres « vices de conformations désignés sous le nom d’hermaphrodisme », et d’un chirurgien qui « fit un vagin artificiel avec un succès complet » (p. 150). En ce qui concerne « l’embryogénie », le médecin parle de « différentes déformations ou monstruosités », d’« anatomie pathologique », et de « la science des monstruosités ou tératologie » (p. 151). C’est sur ce genre de propos que rebondira Judith Butler dans son ouvrage Trouble dans le genre, car l’expression « jouer […] le rôle » ne lui échappera pas ! Par contre l’essentiel de son argumentation portera sur la critique d’une préface de Michel Foucault à l’édition en langue anglaise, malheureusement non parue en français à ce jour, sauf erreur.

- Voir l’article de Pigiconi. À partir de ce livre, René Féret a réalisé un film, Mystère Alexina, sorti en 1985, avec Philippe Vuillemin dans le rôle d’Alexina / Camille.
- Sur la question transgenre, voir le documentaire d’Alexandra Augst-Merelle et Stéphanie Nicot, Changer de sexe, Identités transsexuelles. Lire aussi Mémoires de l’abbé de Choisy habillé en femme, un texte qui a quelques points communs… Lire aussi en littérature jeunesse : Le Choix de moi, d’Hervé Mestron.
- Lire, sur « Culture et Débats » le point de vue de Jean-Yves.

Lionel Labosse


Voir en ligne : Télécharger le texte aux éditions du Boucher


© altersexualite.com 2007
Retrouvez l’ensemble des critiques littéraires jeunesse & des critiques littéraires et cinéma adultes d’altersexualite.com. Voir aussi Déontologie critique.