altersexualite.com

Bienvenue sur le site de Lionel Labosse

Accueil > Livres pour les jeunes et les « Isidor » HomoEdu > Fictions niveau 3e > Zapinette chez les Belges, d’Albert Russo

Du spirituel au spiritisme, pour les 3e

Zapinette chez les Belges, d’Albert Russo

Hors Commerce, Hors Bleu, 2002, 139 p., 10 €.

mardi 1er mai 2007

Zapinette visite la Belgique et les lointains cousins de son oncle Albéric. C’est surtout l’occasion pour la caustique Zapinette de blablater sur tout et sur rien, sur Flamands et Wallons, sur les spécialités culinaires, sur Congo et colonialisme, sur les préférences sexuelles de tonton… Zapinette chez les Belges est à réserver à des élèves rompus à l’Almanach Vermot et pourvus d’un esprit critique hypertrophié.

Résumé

Zapinette, 12 ans, passe ses trois semaines de vacances avec tonton Albéric non pas à Majorque comme prévu, mais à son grand dam en Belgique. C’est que celui-ci doit récupérer « un coffret ayant appartenu à son arrière-grand-père flamand, et destiné, par testament, à tonton Albéric, après ses 45 ans » (p. 11). C’est l’occasion à la fois de visiter la Belgique et les lointains cousins dudit Albéric, mais surtout pour la caustique Zapinette de blablater sur tout et sur rien, sur Flamands et Wallons, sur les spécialités culinaires, sur colonialisme et Congo, sur les préférences sexuelles de tonton qu’elle se mêle de préciser devant quelque « donzelle » trop entreprenante : « Laissez mon tonton tranquille, il est mot sessuel » (p. 49). On avait appris qu’Albéric « était passé de météro à bis puis à mot sessuel » (p. 15). Ce n’est qu’à la page 70 qu’on reprend le fil du récit, c’est-à-dire l’ouverture du coffret et la quête d’un fétiche, lequel se retrouvera grâce aux indications de feu l’arrière-grand-père. Le spiritisme prenant le relais des jeux d’homos spirituels de Zapinette, le dénouement sera un peu plus cohérent, avec la meilleure scène du roman, la rencontre avec le fétiche, qui demande à l’héroïne d’être une sorte d’ambassadrice en antiracisme : « Chaque fois qu’un de vos pairs fera preuve de racisme, à travers des mots, des actes, voire de simples allusions, vous tâcherez de le réhabiliter » (p. 123). Il est vrai que le lecteur, qui peut à ce stade avoir annexé l’esprit critique de Zapinette, pourrait se demander qui désigne exactement le mot « pairs », et si le « racisme » inclut ou exclut l’altersexophobie… Renvoyons à un article récent (février 2006) sur l’homophobie au Cameroun. Quant aux « simples allusions », à cette aune, qui de nous ne mériterait pas un « pan sur le bec » ?

Mon avis

L’éditeur recommande ce livre pour les 10-14 ans. Je doute que des lecteurs de cet âge puissent ingurgiter ce festival de calembours et de coq-à-l’âne. Le texte est suivi de pas moins de 8 pages de lexique, et beaucoup de ces jeux de mots sont repris plusieurs fois, de sorte que la lecture peut se trouver bloquée quatre ou cinq fois dans la même page, et demander un effort de compréhension qui réserve ce roman à des lecteurs chevronnés, capables de s’intéresser à des sujets aussi variés que les makis de Madagascar (digression pp. 36 à 39), ou Charlemagne et Saddam Hussein (pardon : « Sa Dame Hue Seine » (p. 65)). D’autres digressions sont davantage dans le sujet, comme l’histoire du Manneken Pis (p. 56), ou la citation in extenso de La ballade des dames du temps jadis en patois wallon (p. 115). De plus l’esprit tortueux de Zapinette lui fait produire des phrases à tiroirs dans lesquelles un jeu de mots peut cacher une allusion politique, laquelle peut entraîner une parenthèse, etc. Exemple : « Ben, y a pas que Claudie Lachiffe qui a le droit de faire la belle noiseuse. Ça sert à quoi la démocratie ? » (p. 44). Eh ! oui, comme disait l’oncle Totor, le calembour est la fente de l’esprit qui viole ! (Les Misérables, I, 3, VII — Folio, T1 p. 203). S’il y a de belles trouvailles, par exemple : « arbre gynécologique » (p. 55), « être grand du loquant » (p. 12), ou encore « Tintin […] n’était pas mot closet (c’est les sessuels du placard) » (p. 22), d’autres laissent dubitatifs : pourquoi « météro sessuel » ; pourquoi « sa mouraïlle » (samouraï) ? Que peuvent comprendre à ce tourbillon spirituel des enfants de 10 ou 14 ans ? « Il faut une limite, même aux rébus. Est modus in rebus », comme conclut Totor…
Les meilleurs passages sont ceux où le calembour s’efface derrière l’émotion, comme l’enfance d’Albéric (p. 30 à 34). En ce qui concerne racisme et homosexualité, deux remarques. Si la leçon de morale est bienvenue, on peut se demander si elle ne tourne pas au procès d’intention, par exemple p. 50, où sur leur seul « air de grenouilles de bénitier », tous les personnages présents sont qualifiés d’homophobes. Et comment de jeunes lecteurs vont-ils assimiler ces allusions qu’on croirait tirées de Minute : « C’était paraît-il le fils du bourgmestre — il ne s’agit pas d’un bougre, mais du maire (on peut être les deux, aussi, y a qu’à voir tous les scandales qui fleurissent à l’Hôtel de Ville, chez nous) » (p. 56) ? (Le mot « bougre », pas plus que « noiseuse » ne sont expliqués dans l’abondant lexique). De même, on note bien les condamnations de l’esprit colonialiste (p. 18 par exemple), mais que penser de cette sortie : « l’ancien président de la Côte d’Avoine, Où-Fouette-Billy avait fait construire en pleine savane, près de son village natal de Yakamassacrer, la réplique, grandeur surnaturelle, de la cathédrale Saint-Pierre […] alors que la population se serre la ceinture en glissant sur des peaux de banane » (p. 11) ? L’auteur ne mériterait-il pas un « pan sur le bec » ? Certes, cet édifice est contestable, mais a-t-on fait abattre Notre-Dame de Paris sous prétexte qu’à l’époque de sa construction nos ancêtres les Gaulois aussi crevaient la dalle ? Bref, Zapinette chez les Belges est à réserver à des élèves rompus à l’Almanach Vermot et pourvus d’un esprit critique hypertrophié. Mais on peut en dire autant du modèle, Zazie dans le métro

- On lira l’entrevue d’Albert Russo, son nouveau roman Sang mêlé ou ton fils Léopold, et notre article sur Zazie dans le métro, de Raymond Queneau.
- Visiter le nouveau site d’Albert Russo.
- Lire, sur « Culture et Débats » le point de vue de Jean-Yves.

Lionel Labosse


Voir en ligne : Site littéraire d’Albert Russo


© altersexualite.com 2007
Retrouvez l’ensemble des critiques littéraires jeunesse & des critiques littéraires et cinéma adultes d’altersexualite.com. Voir aussi Déontologie critique.