www.altersexualite.com

Bienvenue sur le site de Lionel Labosse

Accueil > Livres pour les jeunes et les « Isidor » HomoEdu > Bandes dessinées > Les rêveries d’Hélène Georges, d’Hélène Georges

Fantasmes d’une vie d’aventure, pour les 3e et le lycée

Les rêveries d’Hélène Georges, d’Hélène Georges

Michel Lagarde, 2006, 64 p., 12 €

mercredi 10 novembre 2010, par Lionel Labosse

Il est amusant que cette coloriste propose cet album au look vintage, sorte de cahier d’écolier des années 60 en noir et blanc. 7 nouvelles qui nous emmènent autour de la terre, et dans le cerveau riche en fantasmes d’aventures d’Hélène Georges. Chaque histoire se termine par une illustration pleine page qui n’a pas forcément de rapport. Le tout présente un lesbianisme optimisme et conquérant, sans complexe, ainsi qu’un féminisme tout aussi rayonnant. À recommander pour les CDI des lycées (et même en collège).

Dans « Le cabaret aquatique », Hélène Georges se rêve en une sorte de Socrate (prof de natation synchronisée) qui ne repousserait pas son Alcibiade, malgré sa surprise que la jeune femme lui saute dessus après un cours. Dans « Les flibustiers », Hélène se grime en capitaine corsaire plus féroce que nature, qui recueille une naufragée, laquelle saura dénicher le nichon sous le corsage ! « La plage secrète » est un fantasme sans paroles d’amante octopode, dont d’aucunes trouveront les tentacules très phalliques (ainsi que beaucoup de fantasmes, banderilles, épées, cigares…). Dans « Las Vegas », notre héroïne livre une guerre sanglante de cheffe de gang à sa rivale, qui bascule du revolver au baiser. « Yamina » est la rencontre éphémère d’une mère de famille que son mari délaisse. En quelques heures, Hélène Georges saisira la détresse de la jeune femme, mais repartira pour sa vie d’aventures. Dans « La révolution mexicaine », Hélène Georges commet l’irréparable : ne pas céder aux avances de Pancho Villa. Celui-là se venge misérablement, et Hélène Georges oppose au peloton d’exécution phallique l’érection narquoise de son cigare. Enfin « La princesse Kurde » nous déplace à Istanbul, dans un dialogue en turc (dont on trouve la traduction en fin de volume). Hélène George y est enlevée par une princesse qui ne lui demande pas son avis. Elle a bien de la chance ! Et la princesse l’épile au fil. Je ne sais pas si ça vous est déjà arrivé, mais se faire épiler de cette façon par un beau coiffeur turc ou égyptien (ou une belle, soyons pas bégueule !) est un souvenir inoubliable. Amusant de le trouver ici, sans oublier le clin d’œil aux préjugés lesbophobes ou anti-turcs !

Une bédé bien sympa où le lesbianisme tord le cou aux préjugés sexistes. Ni butch, ni fem, l’héroïne aime la vie, et préfère prendre l’initiative de son destin, ce qui ne l’empêche pas de rêver aussi à la princesse charmante. Beau livre pour le C.D.I. au lycée (ou en 3e). On n’hésitera pas à piocher aussi, pour les plus petites classes, des planches utiles pédagogiquement sur le thème des préjugés sexistes.

- Cet ouvrage bénéficie du label « Isidor ».
Label Isidor HomoEdu

- Hélène Georges est également coloriste de Lisa Mandel.

Lionel Labosse


Voir en ligne : Article de Jean-Noël Lafargue sur le site Du9


© altersexualite.com 2010
- Sauf avis contraire, toutes les critiques publiées sur ce site sont de Lionel Labosse. Réagissez, complétez cette critique, en précisant si vous êtes auteur, enseignant, élève…