www.altersexualite.com

Bienvenue sur le site de Lionel Labosse

Accueil > Livres pour les jeunes et les « Isidor » HomoEdu > Fictions jusqu’à la 6e > La liste de Noël, de Nathalie Leray & Christine Circosta et Une vache (...)

Féministe, ma non troupeau, pour les petites classes

La liste de Noël, de Nathalie Leray & Christine Circosta et Une vache pas cloche, de Viviane Faudi-Khourdifi & Estelle Billon-Spagnol

Collection Livres & Égaux, Talents hauts, 2010, 48 p., 6,9 € et 2012, 36 p., 6,3 €

mercredi 25 avril 2012, par Lionel Labosse

Deux petits livres illustrés de cet éditeur anti-sexiste. On apprécie l’humour et le recul qui donne une nuance féministe ma non troupeau, si vous permettez l’expression. Agathe et Paul sont exaspérés de ne jamais recevoir les cadeaux de Noël ou d’anniversaire qu’ils souhaitent. C’est toujours des cadeaux roses et nunuches pour Agathe, et des cadeaux intersidéraux et sidérants pour Paul. Comment faire pour inverser la tendance ? Germine est une vache qui ne supporte plus de porter la clarine que le fermier impose aux vaches et aux vaches seules dans le troupeau. Comment se libérer de cette oppression sexiste ?

La liste de Noël, de Nathalie Leray & Christine Circosta

Agathe et Paul se disputent les deux catalogues de jouets qui viennent de tomber dans la boîte à lettres. Ils sont pressés de choisir. Mais une fois le calme revenu, Agathe se demande « À quoi ça sert de faire des listes ? » En effet, ses parents ne sont jamais d’accord, et c’est souvent la mère qui l’emporte, avec l’aval du grand-père, pour remplacer le cadeau inventif demandé, en l’occurrence un « Kit Labo Scientifique », par quelque « Kit Maquillage Super-Glam » ou autre « Panoplie Princesse Cybelia et ses Elfes ». Paul, au contraire, voit remplacer ses rêves de « Total Fun Karaoké Sound System » par quelque « Transforeur Galactique » ou autre « Sabre Laser Urban Flash ». Les deux garnements se coalisent pour organiser une stratégie : ils envisagent une grève de la liste, ou une grève des jeux pour exaspérer la mère, ou de faire à leur tour des cadeaux « super-nuls » pour que les parents comprennent. Mais une bonne surprise les attend !

Voici une belle réussite sur le sujet rebattu dans les milieux militants, des jouets genrés. Aucune trace de militantisme, le fond du problème n’est jamais souligné, et les lecteurs en herbe comprendront par eux-mêmes les racines du contraste entre les choix de la mère et ceux des enfants. On aurait également pu craindre, vu le sujet, une apologie du consumérisme, voire une pub subliminale, comme dans tel autre livre récent, mais non, les jouets ont des noms originaux et inventifs, à l’instar du petit Paul, qui confectionne lui-même et détourne ses jouets, et d’Agathe, qui apprend le bricolage avec son père. Et rien ne pousse au consumérisme béat. On apprécie que la responsabilité de la mère et du grand-père soient (avec humour et tendresse) pointée dans les stéréotypes des cadeaux, tandis que le père et la grand-mère sont réticents. Cela souligne la nécessité d’une prise de conscience de tous, et ne désigne aucun sexe comme responsable a priori.
Une vache pas cloche

Une vache pas cloche, de Viviane Faudi-Khourdifi & Estelle Billon-Spagnol

Germine est une vache. Son nom fait-il référence à Germinal et à la lutte sociale ? Bref, Germine aimerait paître en paix, mais impossible avec le boucan des clarines que le fermier impose aux vaches et aux vaches seules dans le troupeau. Elle se rebiffe, s’adresse au vieux taureau Hector, qui répond que « de tout temps les vaches de cette ferme ont porté des clarines ». Elle s’immobilise, car dès qu’elle bouge, les maudites clarines signalent sa présence. Sous prétexte d’embellir la femelle, elle a bien conscience qu’on la surveille. Elle tâche de se débarrasser du bruit, sinon de l’objet lui-même, et y parviendra d’une manière inattendue. Un récit plein d’humour et de calembours à deux balles comme on les aime, avec un féminisme qu’on boit comme du petit lait, un féminisme allegro ma non troupeau, comme dirait l’autre. Tout y est cependant : la résignation des autres vaches, et le souvenir de ces humiliations qu’ont subies nos mères. Rappelons que jusqu’en 1965 en France, une femme ne pouvait avoir un emploi sans avoir à obtenir l’autorisation de son mari, et tutti quanti !
- Chez le même éditeur, voir aussi Imagier renversant, de Mélo & Sébastien Telleschi, Je veux un zizi ! de Lætitia Lesaffre, Longs Cheveux, de Benjamin Lacombe ; Giga-Boy, de Gaël Aymon et Cécile Vangout.

Lionel Labosse


Voir en ligne : Le blog de Christine Circosta


© altersexualite.com 2012
Retrouvez l’ensemble des critiques littéraires d’altersexualite.com. Voir aussi Déontologie critique.