www.altersexualite.com

Bienvenue sur le site de Lionel Labosse

Accueil > Livres pour les jeunes et les « Isidor » HomoEdu > Fictions niveau 3e > La Rose et l’Olivier, de Gudule

Roméo & Juliette se marient, pour les 3e et les lycées.

La Rose et l’Olivier, de Gudule

Grasset-jeunesse, Lampe de poche, 2005, 220 p, 8,9 €.

mercredi 6 juin 2007, par Lionel Labosse

Troisième volet de la saga autobiographique en cinq volumes de Gudule. Contre tous les préjugés, Amir et Rose, tels Roméo et Juliette, ont uni leurs destins selon un rituel typiquement libanais de mariage secret entre mineurs, le khatifé. Imaginez Juliette obligée de cohabiter avec Madame veuve Capulet !

Résumé

Ceux qui ont lu La Vie en Rose et Soleil Rose ont pourvu notre Rose, toujours fraîche et naïve, d’un charmant bambin, Grégoire, et d’un mari et père d’adoption, Amir (ah ! que n’est-ce un roman photo !). Celui-ci, après avoir hésité, avait décidé de rejoindre sa belle et d’avouer à ses parents par une lettre-bouteille à la mère, (je sic des deux mains !) ce khatifé, situation tout aussi bouleversante pour des parents que d’apprendre que leur enfant est altersexuel — d’ailleurs accepter à cette époque d’épouser une fille-mère à l’insu de ses parents, cela n’entre-t-il pas dans le cadre de l’altersexualité ? Les rapports sont tendus avec les beaux-parents, mais se tissent quand même avec l’aide du couple original que forment Rachad, le frère aîné d’Amir — que Rose ne se gêne pas pour dévorer des yeux, la gourmande ! — et Omane, chanteuse lyrique réfugiée d’Égypte. L’histoire extraordinaire de celle-ci est esquissée : un père bédouin et une mère française fille de diplomates « déguisée en garçon » (p. 26) pour combattre aux côtés de Lawrence d’Arabie (beau sujet de roman !). Rose ressent douloureusement les regards hostiles, jusqu’à cet amusant lapsus qui double la mise : « Trois têtes se tournent — enfin ! — dans sa direction, et six paires d’yeux […] la suivent sans ciller » (p. 35). Amir demande à Rose : « laisse-leur le temps » (p. 51), un conseil que les jeunes altersexuels s’approprieront. Mais une avec laquelle le temps ne change rien, c’est Isis, la grand-mère impotente d’Amir. À la première rencontre, elle traite Rose de tous les noms, dans la grande tradition de l’insulte arabe, et lui crache dessus, traitement qu’elle aura l’occasion de réitérer au grand plaisir du lecteur. En effet, les parents d’Amir ayant saisi l’opportunité d’émigrer au Canada, leur laissent la jouissance de l’appartement familial, à condition de se taper la vioque pendant deux mois (qui s’éterniseront, bien entendu). Rose voudrait trouver une grand-mère de substitution à Grégoire, après la mort de Têta, mais c’est peine perdue. On suit notre jeune héroïne dans ses petits métiers successifs. Elle se voit proposer des articles dans un hebdomadaire. Elle découvre sa vocation : « elle a trouvé un ton qui sera désormais le sien : un mélange d’humour tendre, d’emphase et de candeur » (p. 141). Rose commence à s’intéresser à la politique : discussion sur Nasser (p. 40), sur Israël / Palestine (c’est comme Isis / Rose, en moins violent !) (p. 154 ; p. 161), tout cela sur fond d’amour et de désir, puisque Gudule ne cache pas au lecteur les difficultés d’un jeune couple, les tentations d’infidélité, la mésentente sexuelle, etc. On citera ce passage éprouvant où, telle une louve traquée, Rose guigne son ami photographe et surtout son appartement, qui permettrait à son fils d’échapper à la laideur dans laquelle le maintient la promiscuité d’Isis. L’épisode se termine bien avec le départ de l’ogresse (Isis n’est pas sans rappeler certains contes arabes, comme J’avale le bébé de mon voisin de Nacer Khemir), et une succession d’heureux événements…

Mon avis

On a toujours grand plaisir à suivre Rose dans ses mésaventures, et à se plonger dans la préhistoire d’une de nos meilleures auteures. C’est l’intérêt particulier de ce volume que de nous montrer, derrière les incidents domestiques et les premiers pas de Grégoire, la naissance d’une vocation. Les articles qu’elle écrit lui ouvrent l’esprit : « Rose, pour sa part, aiguise son esprit critique » (p. 149). Cette mention vient dans la même page où Léo Ferré est cité (comme dans Soleil Rose). Message subliminal pour les initiés, nous vous le disons, mais ne le répétez pas : Gudule est une anare, et si vous voulez rendre vos enfants intelligents, mettez un peu de Gudule et de Léo Ferré dans leur biberon ! Au point de vue homo, citons une nouvelle rencontre avec Habib Garabédian (p. 60) qui déclare : « si un jour je virais ma cuti, tu serais la seule femme capable de me séduire ! » Dans les années 60, c’est effectivement « un pied de nez aux préjugés »… Bref, on attend avec impatience la suite des aventures de Rose, car cette saga constitue un exemple unique en son genre pour faire découvrir aux adolescents, sans fard, les difficultés et les joies d’un jeune couple, d’une très jeune maman, mais aussi une famille arabe vue de l’intérieur, mais encore (et sans doute cet aspect prendra-t-il de l’ampleur par la suite) un éclairage personnel sur l’histoire d’une région qui monopolise toujours les feux de l’actualité — et l’intérêt de nos élèves. On peut proposer les trois volumes aussi bien à des élèves mûrs de troisième dans le cadre de l’autobiographie, et à des élèves de première intimidés par la « grande littérature » (sections technologiques ou professionnelles) dans le cadre du biographique, sans oublier les élèves de seconde, car le succès est garanti ! Si un élève de lycée vous dit que ça l’a ennuyé, altersexualite.com vous rembourse la différence !

- Lire l’entrevue de Gudule et ses autres romans : Le Bouc émissaire (L’Instit), Aimer par cœur (L’Instit), L’Envers du décor, Étrangère au paradis, L’amour en chaussettes, La Vie à reculons, Le Chant des Lunes, Le Bal des ombres, et le début de la série des Rose : La Vie en Rose et Soleil Rose. Pour les adultes avertis et potaches, voir aussi La Ménopause des Fées. Gudule a également écrit la préface de mon roman Karim & Julien paru en mars 2007.

- La consultation du blog officiel de Gudule permettra aux Sherlock Holmes en herbe de faire la part de l’autobiographie et de la fiction. Grande nouvelle, à partir du 1er janvier 2014, Gudule publie sur son blog la suite inédite de sa trilogie ! À lire en cliquant ici.

Lionel Labosse


Voir en ligne : Site officiel de Gudule


© altersexualite.com 2007
Retrouvez l’ensemble des critiques littéraires jeunesse & des critiques littéraires et cinéma adultes d’altersexualite.com. Voir aussi Déontologie critique.