altersexualite.com

Bienvenue sur le site de Lionel Labosse

Accueil > Billets d’humeur > Journal de reconfinement coronaviral, octobre-novembre 2020…

Encore combien de milliers de morts et d’emplois détruits…

Journal de reconfinement coronaviral, octobre-novembre 2020…

avant qu’ils autorisent l’hydroxychloroquine ?

jeudi 9 avril 2020, par Lionel Labosse

Si vous préférez Greta Thunberg à Louis Pasteur, vous n’avez pas apprécié mon journal de confinement, ni mon Journal de déconfinement (1) mai / juin, ni mon Journal de déconfinement (2) juillet-octobre, alors achevez votre infarctus en lisant de 4e tome, de fin octobre à novembre, avec toujours une recension des meilleurs articles, et l’épluchage quotidien des statistiques, jusqu’au dernier malade ou jusqu’au retour à la normale, du moins à la fin du délire et de l’aveuglement collectif, dégât collatéral de ce virus. Encore combien de milliers de morts et d’emplois détruits avant qu’ils autorisent l’hydroxychloroquine d’après vous ? Vous pouvez commencer votre lecture au 1er novembre, au 15 novembre, ou aller directement à la fin de l’article. Désolé pour les fautes d’orthographe et menues erreurs, car je n’ai pas le temps de relire ! Ah ! j’oubliais : comme un médecin qui déclare – pardon, je reprends : comme un médecin honnête qui déclare – ses conflits d’intérêts, je déclare mes conflits d’intérêts pour que les choses soient claires et nettes : je suis raoultiste et fier de l’être. Cela veut dire en bon français que je suis un criminel de guerre nazi, que j’ai tué 6 millions de juifs, que chaque matin j’assassine deux petites vieilles, et sodomise deux petits garçons, bref, je suis « complotiste ». Donc vous voilà prévenus, vous pouvez tout de suite retourner lire vos sites complotophobes préférés, laissez-nous tranquilles et on se retrouvera à la coda. Si vous décidez de continuer la lecture, c’est que vous êtes aussi « complotiste », alors merci de signer le manifeste « La quatrième voie » du Collectif Laissons les médecins prescrire, pour arrêter les conneries liberticides de la bande de branquignols qui nous dirigent, et SOIGNER les gens. J’ai été le 423e signataire, et nous en sommes déjà à 68 000 ! Si vous voulez télécharger le documentaire Hold-Up dans sa version intégrale initiale de 2h50, allez sur ce lien, et faites-le circuler avant qu’ils ne finissent par mettre en prison les « complotistes » qui détiendraient ce film si… gênant ?


- Le 30 octobre, 1er jour de reconfinement (j’entamerai donc un nouvel article). Pour l’instant seul Le Parisien daigne nous informer du recours et de la plainte de Raoult contre la décision de l’ANSM. Le fait qu’on puisse soigner les gens ne semble intéresser que peu de politicards et de journaleux, ou du moins si, beaucoup de politiciens, mais pas ceux auxquels les journaleux lécheurs d’anus donnent la parole. En revanche un article de Paris-Match qui met Raoult à la une et annonce une « contre-enquête » tourne en boucle. Ça, ça les intéresse, ces crevards, mais pas soigner les gens. J’avais d’ailleurs bien relevé dans les propos de Macron l’expression « la stratégie "tester-tracer-isoler" n’est "plus efficace" ». Eh oui, depuis mars, à l’IHU de Marseille, on pratique avec une efficacité remarquable le « tester, isoler, traiter ». Cherchez l’erreur. Nous avons dorénavant une médecine qui « trace ». « Soigner », c’est d’un ringard. C’est le « monde d’avant » ! 64e jogging et 1er de reconfinement ce midi, canal Saint-Denis. J’ai sciemment enfreint la loi. Les énarques qui nous dictatorisent ont copié-collé l’alinéa sur les activités sportives dans un rayon de 1 km. Pour l’instant la haine anti-jogger n’a pas encore été attisée par les journaleux, mais ça ne saurait tarder. Je n’ai pas envie de recommencer le parcours urbain de hamster en cage que j’avais expérimenté pendant le 1er confinement. En effet, au printemps, les jours allongeaient, il faisait plus chaud, moins humide, et le confinement étant plus strict, il y avait moins de passants. Mais là, il y avait un monde fou dans les rues ce matin, et avec la chaussée glissante et les trottoirs étroits, la moindre luminosité, je considère comme plus dangereux de courir dans les rues. J’ai donc dépassé la limite des 1km pour faire mon parcours habituel le long des canaux. La gendarmerie était installée à l’endroit habituel du confinement, sur les ponts. Je suis passé devant eux et les ai salués. Ce jour, pas de contrôle. Aucun flic le long du canal, et pourtant j’ai vu un début de recolonisation par les « migrants », pour l’instant circonscrit. Mais apparemment malgré les attentats, c’est toujours le même laxisme qui prévaut. Il y en avait aussi d’installés (des familles avec enfants) sous un immeuble, sur le boulevard des maréchaux où je passe, à 200 m de la 2e camionnette de gendarmerie que j’ai vue… Il est vrai que les collectifs gauchistes persistent à marmonner leur mantra « welcome refugees », alors…
Cet après-midi, rendez-vous chez un nouveau dentiste, le mien ayant pris sa retraite. Un peu forcé et réticent, j’avais pris rendez-vous dans le centre dentaire d’un groupe, très proche de chez moi. On me donne deux questionnaires à remplir, alors qu’un « migrant » assez agressif demandait un rendez-vous parce qu’il avait mal aux dents. Les jeunes femmes lui expliquaient qu’il pouvait d’abord dire bonjour, et qu’il fallait prendre rendez-vous, et que pour les urgences, il y avait l’hôpital. Un très beau jeune homme avec des chaussettes et des sneakers bariolés me demande si j’ai rendez-vous avec le Dr Untel. J’acquiesce. Il m’emmène faire une radio de mon chef-d’œuvre en péril. Puis il me fait monter au cabinet, pendant que je lui explique ma situation, et que j’aimerais que la dentiste m’accepte dans sa clientèle. Comme il est étranger, le quiproquo dure un peu, et j’attends la dentiste, mais il me dit ce que j’ai. Je finis par lui demander s’il est l’assistant, mais non, bingo : c’est le dentiste ! Et très sympathique et prévenant ; dès que je grimace, il lâche un « désolé ». En fait je n’ai pas grand-chose, juste des douleurs chroniques rapport au chef-d’œuvre en péril. En tout cas, quel plaisir en deux jours de recruter par hasard un nouveau coiffeur et un dentiste compétents et agréables à regarder ! Mais je m’inquiète quand même sur le système de santé européen : comment se fait-il que nous recrutions tant de professionnels de santé étrangers, alors que beaucoup de nos jeunes sont refusés dans les facultés ?
Je repère en face du marché l’un des jeunes dealers de ma rue, avec 6 ou 7 individus de la même engeance. Vendeurs de Marlboro au métro, beaucoup de monde dans la rue, y compris les voitures, pas du tout ambiance confinement. De retour dans ma rue, 3 ou 4 flics robocops sont affairés auprès du reste de nos racailles, et ils semblent nous en avoir débarrassés ; à suivre. Je me demande si ces confinements ne serviraient pas à une police complètement débordée pour faire le ménage dans nos quartiers perdus de la république ? Un article du Figaro va en ce sens : « le gouvernement va profiter du dispositif Covid pour renforcer le contrôle aux frontières ». Terrible aveu !
France-Soir nous informe que le Sénat n’a pas voté le reconfinement. J’apprécie notamment l’intervention de la sénatrice LR Valérie Boyer : « Alors que les équipes de Didier Raoult étaient les seuls en France à dépister massivement et à préconiser un parcours de soin, sans surmortalité, vous avez préféré vous livrer à une bataille contre l’hydroxychloroquine, si ce n’est à une bataille contre Marseille. », alors que Bruno Retailleau, président du groupe LR au Sénat déclare que « la seule méthode qui vaille [est] tester, tracer, isoler ». Eh non, cher monsieur, c’est tester, isoler, soigner. On note quand même que parmi la presse mainstream, seul Le Parisien a daigné informer les Français de cette action en justice, et aucun titre ne nous a informé du vote négatif du Sénat. Sommes-nous en démocratie ?
Une fois n’est pas coutume, une confidence. Je ne suis pas du tout fan des sites de rencontres, mais déprimé par la perspective de passer encore deux ou trois mois en me la mettant sous le bras, j’ai réussi non sans mal à dégotter un type qui habitait… carrément ma rue ! Je n’ai eu qu’à traverser et à marcher 15 mètres. Son appartement est en fond de cour au premier. Il est cadre, la trentaine, vit seul. Deux lucarnes et une fenêtre dans un appartement d’une trentaine de m2, avec vue sur une cour grise. De quoi se tirer une balle. Ce n’est pas l’homme de ma vie, mais j’aurais bien utilisé cet antidépresseur une fois de temps en temps ; hélas, le gars m’a dit qu’il va se confiner en Bretagne, chez ses parents. Mais j’imagine les gens qui vivent à deux ou trois dans un tel gourbi, sans lumière, sans le spectacle de la rue ! On devrait y enfermer des énarques et autres directeurs de la santé qui ont supprimé des dizaines de milliers de lits d’hôpitaux depuis 25 ans…
- Le 31 octobre, 2e jour de reconfinement. Écoutons sur cette vidéo le point de Me Fabrice di Vizio, qui épluche le dossier et explique l’inanité de la décision de Dominique Martin, le directeur de l’ANSM, de refuser la RTU pour l’hydroxychloroquine. Il est quand même incroyable, vu le nombre de responsables politiques et hauts fonctionnaires de santé qui ont rendu public leur soutien à Raoult, qu’ils ne se soient pas groupés pour sommer Véran et sa clique d’arrêter d’empêcher de nous soigner. La vidéo date du 29 octobre, et di Vizio parlait au futur pour le dépôt de plainte, mais on sait à quel point cet avocat est efficace. À mon avis il y a un certain nombre de cloportes qui vont passer des nuits entière à bien faire le ménage dans leurs ordis, leurs smartphones, leurs tiroirs… Comme il cite le Maroc qui maintient son usage du médicament, j’ai trouvé un article du 24 octobre de bladi.net. 65e jogging et 2e de reconfinement ce midi, canal de l’Ourcq, très beau temps. Pas de contrôle, pas de flics ni gendarmes sur le trajet, ni dans le quartier. Ambiance presque normale, gros cons de dealers devant la boulangerie du marché, se mettant devant la porte pour allumer leur pétard. Les bus sont quasi vides, par contre. La chaîne Youtube de l’IHU de Marseille a mis en ligne en rafale plusieurs conférences de son récent Conseil scientifique, dont une de Raoult sur « Le nouveau monde microbien ». Cela explique qu’il n’avait pas publié de vidéos personnelles pendant 3 semaines. Tous ces grands professeurs de France et d’Afrique réunis, et les journaleux qui continuent à agir comme si l’hydroxychloroquine était un obsession personnelle de Raoult…

- Le 1er novembre, 3e jour de reconfinement. 66e jogging et 3e de reconfinement ce midi, canal Saint-Denis, temps bruineux. Pas la queue d’un gendarme. Je devrai m’interrompre demain car je reprends les cours, mais j’ai décidé que tant que je pourrai et que le temps le permettra, je courrai tous les jours. Je viens de terminer mon article sur le dernier livre du Pr Raoult, La Science est un sport de combat (humenSciences, 2020). Je prépare mes cours, ayant attendu le dimanche, jour où normalement les chrétiens ne travaillent pas, et à cause d’instructions qui n’ont cessé d’être modifiées par Blanquer entre jeudi et samedi, dont nous avons été avertis samedi soir, les enseignants juifs ou chrétiens ont été forcés de déroger à l’un des Dix commandements, de travailler le jour de shabbat ou ce jour de Toussaint au lieu d’honorer les morts. Bravo Blanquer ! Et en plus, ils nous imposent de lire un texte de Jean Jaurès et non ce que nous choisissons, rognant sur la liberté pédagogique au nom de la liberté d’expression ! Il va sans dire que je ne lirai pas ce texte !
Sur la chaîne Youtube de l’IHU de Marseille, un séminaire du Pr. Dominique Maraninchi du 30 octobre 2020. C’est le prédécesseur du Pr Dominique Martin à la direction de l’ANSM, qui vient de refuser une RTU de l’hydroxychloroquine. Son séminaire s’intitule « Vers un accès rapide et partagé à l’innovation thérapeutique », et sa présence et le choix de ce thème pour son séminaire constitue une claque cinglante à la clique des anti-hydroxychloroquine. Il entame son séminaire en déclarant son absence de conflit d’intérêt, et l’importance de l’obligation légale de déclarer ces liens d’intérêt. Il le termine en montrant comment il avait mis en place la procédure de RTU, et qu’il avait imposé à l’époque que les commissions soient filmées et publiques, ce qui n’est plus le cas. La présence des associations de patients est pour lui fondamentale.
Une autre entrevue de l’avocat Me Fabrice Di Vizio datée d’hier 31 octobre publiée sur le site Le Courrier des stratèges, et qu’on retrouve sur Youtube. Les médias fascistes sont très, très emmerdés, là. Il y en a qui chient dans leur froc, je pense qu’on va bientôt avoir droit à une affaire de harcèlement sexuel de Raoult dans les années 80… Me Di Vizio explique que la journaliste du Parisien, la seule qui l’a interviewé, était très agressive avec lui, et que c’est un « signal fort ». Il reconnaît que la personnalité de Raoult l’agaçait un peu, mais qu’au fil de ses entretiens avec lui, et avec les gens qui l’entourent, il a changé d’avis et a compris que Raoult s’en fout, et qu’il ne se bat pas pour son ego, mais pour la vérité. Il explique qu’il a eu de très longues discussions avec lui (deux heures plusieurs fois dans la semaine), parce que Raoult a le sens de la précision. Comme Raoult, il est favorable à une médecine qui soigne les patients, tout simplement. Il donne un exemple d’un médecin urgentiste qui a refusé de croire son épouse quand elle lui a dit que le paracétamol n’avait pas d’effet sur la fièvre de son fils, l’obligeant à consulter son vieux pédiatre qui lui a dit de prendre de l’Advil. Les merdias préfèrent parler de rideaux de fumées, comme la très grande décision du grand Jean Castex, décidément un grand homme, qui a courageusement interdit aux supermarchés de vendre des aspirateurs et des casseroles, dès mardi ! C’est cela qui emportera la victoire contre la Covid-19, et surtout pas de libérer la prescription du protocole Raoult… Ah, les casseroles, ils peuvent se les mettre quelque part !
Grâce à France-Soir je découvre ce soir l’existence de l’association Bon sens, dont le site (lien ci-contre), en plus de nombreuses initiatives de bon sens, propose une Opération Casseroles : Contre le couvre-feu & pour plus de moyens pour les hôpitaux… Faisons du bruit, tous les jours @ 21h00. BonSens déclare n’avoir aucun conflit d’intérêt avec les fabricants de casseroles ! Je ne sais pas vous mais moi je commence demain ! Il faudra que nous soyons 30 millions à le faire pour que les médias en fassent un entrefilet, alors autant commencer vite ! Ils ont réalisé un 3e débriefing de Me Fabrice Di Vizio, d’une durée de 48’. C’est Xavier Azalbert, le directeur de France-Soir, qui réalise cette excellente entrevue. Pour tout vous dire, je renonce à écouter celle-ci en entier, mais le début est excellent, et en fait je n’ai pas pu m’arrêter, je suis allé jusqu’au bout, au mépris de mon sommeil, et en fait c’est la meilleure des trois. Choisissez-en au moins une, je vous le conseille. Vers 10 minutes avant la fin, il s’en prend avec une grande ironie au « Conseil de l’ordre » (sic). Ce qui m’amuse c’est que je retrouve dans cette intervention des trucs que je rabâche depuis 6 mois…


- Le 2 novembre, 4e jour de reconfinement. Je note dans Le Temps un nouveau néologisme pour remplacer « négationnistes du Covid » : « coronasceptiques ». C’est moins grave, docteur ? J’ai participé à cette première journée d’accueil au lycée, avec en ce qui me concerne, uniquement des étudiants de BTS, statut particulier qui fait qu’ils ont leur emploi du temps complet bien qu’étudiants. Je me suis scandalisé du fait que les étudiants changent de salles et de plan de classe tout le temps, mais en fait on avait expérimenté le non-brassage pendant une période de 15 jours avant les vacances où les étudiants de 2e année étant en stage, cela libérait des salles pour sédentariser les 1re année, ce qui n’est plus possible. J’ai quand même tenté d’expliquer l’intérêt des plans de classe, pour que les étudiants touchent le moins possible de tables différentes chaque jour. J’ai expliqué aux étudiants pourquoi je refusais de lire la lettre de Jaurès, et mon mécontentement sur l’obligation indirecte de travailler le samedi ou le dimanche à cause des changements de dernière minute du ministère. J’ai repris et mis à jour le cours que j’avais expérimenté en 2015, « Je suis Charlie ». J’ai fait retentir mes casseroles ce soir à 21 h, seul dans la rue. J’ai adhéré à l’association BonSens, mais j’attends plus d’info, car la page dédiée à l’opération casseroles de 21 h n’a pas été mise à jour depuis sa création le 17 octobre, donc je n’aimerais pas faire ça et apprendre dans deux semaines que les combats cessèrent faute de combattant. En tout cas cette association inclut dans ses membres le Pr Perronne et le responsable de France-Soir. Toujours aucun écho dans la presse collaborationniste, à part Le Parisien. Preuve que c’est important. Un article intéressant du Dr Éric Menat relève les incohérences et la manipulation des chiffres dans le discours de Macron du mercredi 28 octobre, la veille du reconfinement. Le Quotidien du Médecin persiste à mentir sur l’hydroxychloroquine par l’entremise du Pr Gilles Pialoux. Il se prend une volée de bois vert par les abonnés. Mais ce torchon n’a toujours pas informé ses lecteurs de l’action en justice Raoult / Di Vizio… Inutile de se demander la raison de cette omerta…
- Le 3 novembre, 5e jour de reconfinement. Nouvelle vidéo du mardi du Pr Raoult sur le site de l’IHU : Sanofi ou Ministère : qui bloque la vente d’hydroxychloroquine ?. Raoult évoque à nouveau les différents tests ; il évoque les nouvelles études qui sont toujours très positives pour le protocole hydroxychloroquine / azithromycine. Il évoque l’avis de Dominique Maraninchi et son soutien ferme pour le RTU que son successeur a refusé, et évoque le jeu entre Sanofi et Véran. Sanofi aurait écrit à Véran pour lui demander si elle doit ou non livrer l’hydroxychloroquine à l’IHU, et Véran doit répondre. Il évoque brièvement ses deux plaintes contre la décision de Dominique Martin. Toujours aucun autre média mainstream qui reprenne l’info. À Paris c’est très amusant : quand je rentre du boulot ce jour, vers 18 h un monde fou dans les rues, un peu moins dans le métro. Abondance de vendeurs de Marlboro, à quelques mètres des flics. Sur la rue Marx Dormoy, à quelques dizaines de mètres du métro La Chapelle, un véritable troupeau de types agglutinés là pour je ne sais quoi, et vingt mètres plus loin, trois gendarmes dont une gendarmette avec mitraillette, qui contrôle l’autorisation d’un type isolé. J’en avais vu une autre, juste après la sortie du métro, contrôler un vendeur de Marlboro isolé. Mais de qui se moque-t-on ? Vu le nombre de gens dans la rue lors de ce faux confinement, les services de maintien de l’ordre ne peuvent strictement rien faire, et cela vire à l’arbitraire.
- Le 4 novembre, 6e jour de reconfinement. Nouveau point statistique. Le point de comparaison est le mardi 27 octobre (source : Eficiens). France : sur les dix derniers jours, 364 morts par jour en moyenne et 41 626 cas / jour au lieu de 215 morts et 33 150 cas par jour. Le taux de positivité des tests monte toujours à 20,6 % au lieu de 18,4%. Ces chiffres délirants qui correspondent à des tests sans fiabilité pour une grande partie, commencent à stagner. Le nombre de morts enregistré hier est de 854 dont 430 en hôpital. Toujours rien sur les morts des autres maladies (cancers, cardio-vasculaire, suicide, etc. ?) Italie : les chiffres d’hospitalisations augmentent toujours (21 114/ 2225 le 3/11 au lieu de 13 955/ 1411 le 27 oct.). Morts : 220 par jour ; 25 530 nouveaux cas par jour, au lieu de 122 morts / jour et 16 224 cas. Espagne : sur les 10 derniers jours 21 323 cas en moyenne, et 174 morts au lieu de 18 020 cas en moyenne, et 152 morts. Allemagne : sur les 10 derniers jours en moyenne, 14 233 cas et 68 morts au lieu de 9875 cas et 33,6 morts. Royaume-Uni : 22 000 cas et 250 morts en moyenne, contre 21 236 cas et 178 morts. Suisse : 7865 cas positifs par jour, contre 5260 ; 390 décès au lieu de 131 dans les dix derniers jours. La Suède, sur les 10 derniers jours, 5,1 morts par jour en moyenne au lieu de 1,5 morts / jour, et 2390 cas / jour au lieu de 1258. Attention, Eficiens annonce 31 morts d’un seul coup ce 3 novembre, alors que sur les 10 derniers jours, il y en a six à 0 morts ; il s’agit donc sans doute d’un rattrapage de données. Belgique : le nombre de morts et de contaminations est en hausse (139 morts / jour et 14 700 cas sur les 10 derniers jours contre 50,7 et 12 060). États-Unis : 80 740 cas et 773 morts en moyenne sur les 10 derniers jours au lieu de 67 105 cas et 740 morts. Légère augmentation des morts. Le contexte électoral va se calmer, et certains excès de zèle dans les tests sans doute aussi à mon humble avis. Brésil : 21400 cas et 509 morts en moyenne sur les 10 derniers jours au lieu de 21 530 et 427 morts. Attention, le 1er jour de cette décade se trouvait avoir un rattrapage à 1500 morts, mais depuis, la tendance est à la baisse, et la moyenne de cas positifs est en baisse. J’ai d’ailleurs refait le calcul à partir des chiffres du 4/11, cela fait tomber à 420 morts / jour, donc légère baisse. À suivre…
Nombre total de cas et de morts au niveau mondial selon les chiffres de John Hopkins University (arrêté le mardi 3 novembre à 19h 30) : 47 370 241 cas et 1 209 172 morts (au lieu de 43 806 468 / 1 163 805). Progression comparée sur les dernières semaines : 3 563 773 cas et 45367 morts au lieu de 3 292 377, 2 375 717, 2 288 953, 2 064 243 et de 2 375 717 cas, et de 43 802, 33 729, 35 767, 40 360 et 39 290 morts sur les 5 dernières semaines (dans l’ordre). Donc augmentation du nombre de morts de 3,6 % en une semaine au niveau mondial, après une hausse de 30 % et après une baisse de de 5,7 % et une baisse de 11 % les trois dernières semaines, et augmentation du nombre de tests positifs mais bien moins forte que la semaine dernière. Donc à la question que je posais mardi dernier : « Est-ce le début d’une vraie seconde vague en Europe et aux États-Unis ? C’est ce que nous verrons la semaine prochaine », la réponse est : toujours trop tôt pour l’affirmer, mais on dirait plutôt que non.

Voici le débriefing du jour de l’association BonSens, ce jour avec l’excellent Dr Louis Fouché, qu’on avait découvert dans son cours pour l’IHU de Marseille. Toujours aussi beau gosse, et bon parleur, révolutionnaire, créateur du collectif ReInfoCovid (photo de vignette de l’article © BonSens / France Soir). Cela fait beaucoup d’associations, et il faut féliciter et remercier Xavier Azalbert de nous aider à y voir clair. Louis Fouché rend hommage à l’IHU, à Perronne et à Didier Raoult, qui avaient anticipé les plans urgence et ont permis de gérer la « première vague ». Il est d’accord avec Raoult pour estimer qu’il s’agit actuellement non pas d’une « deuxième vague » mais d’une autre épidémie. Il explique le choix fait dans son hôpital de ne pas mettre en réanimation les malades de plus de 80 ans, enfin pas de façon systématique. Il évoque le triage, les ordres de priorité adoptés dans son service, et le fait que c’est une attitude habituelle, juste exacerbée en cette période épidémique. Il différencie le fait de ne pas mettre en réa du fait de cesser de soigner et de mettre sous rivotril, comme dans les Ehpad, ce qui est un scandale selon lui. Il n’a pas peur du SARS-CoV-2, il a plutôt peur du déferlement totalitaire. Il donne une précision qui me manquait et que je subodorais : parmi les « cas positifs », il confirme qu’on ajoute bien les vérifications de tests, et les gens qui vont se faire tester 3 fois par semaine ! Mettre 2,5 milliards dans les tests, c’est offrir des Maserati aux biologistes, pas rendre service. Il confirme la surévaluation très importante du Covid parce qu’on a demandé aux gens de cocher la case Covid, que ce soit dans les Ehpad ou à l’hôpital, ce que Raoult ou Toussaint nous expliquent depuis le début. Sur les réa, il explique qu’il y a autant de malades que l’an dernier, mais plus de cas Covid parmi eux. Pour lui, il n’y a rien d’ingérable, et il pointe la diminution du nombre de lits et de soignants. Il donne des chiffres. Pour lui, ce n’est pas acceptable de prétendre qu’on ne peut pas recruter de soignants. Pour lui, il faut que les Français se réveillent : Pourquoi le gouvernement ne nous veut pas du bien ? Il évoque la « perte de chance » engendrée par les mesures disproportionnées, les gens qui ne se font plus soigner, etc. Il évoque bien sûr la liberté de prescrire qui devrait éviter de remplir les hôpitaux. Il évoque la maltraitance que constitue l’obligation du port du masque pour les enfants, y compris les sourds-muets, et pour les personnes âgées en début de décrochage, hypnotisées par BFM. Les maladies psychiatriques déclenchées par ces mesures délirantes. Pour lui les victimes de ces mesures doivent refuser, cesser de se comporter comme des enfants battus, et pratiquer une attitude de refus non-violente. Il rend hommage à la qualité du travail produit par l’IHU de Marseille, unique en France, et rappelle que les pays d’Afrique s’en sortent mieux que nous grâce au protocole Raoult, mais craignent les conséquences des confinements européens sur leur économie. Il évoque l’influence des laboratoires, et le système de corruption inconsciente ou consciente qui s’est emparé de la médecine. Et, stupéfaction, il déclare : « ce ne sont pas les robots qui soignent, ce sont les gens ». J’aime bien sa conclusion : « éteignez vos télés, lisez France-Soir, et regardez la réalité : il n’y a pas des tombereaux de morts dans la rue, il y a juste des gens qui se font la gueule avec des masques.
Hier, les députés ont refusé un prolongement de l’état d’urgence en février, et exigé une clause de revoyure mi-décembre, ce qui a entraîné une grosse colère de Véran, totalement pitoyable, qui a utilisé l’injonction « Sortez d’ici » à l’encontre de représentants du peuple, sans que cela entraîne un appel à sa démission. Le pauvre chou était bouleversé d’avoir visité un service de réa dans un hôpital où il y avait des malades intubés. C’est un nouveau bizutage ? On ne lui a pas dit lors de ses études de soi-disant professeur de médecine, que le médecin est confronté à la mort au quotidien ? Ce qui me scandalise, c’est qu’aucun député ne lui ait renvoyé en pleine gueule son refus pathologique d’exiger de Martin la RTU de l’hydroxychloroquine. Personne ne lui a renvoyé la phrase du Comte de Mirabeau : « si l’on vous a chargé de nous faire sortir d’ici, vous devez demander des ordres pour employer la force ; car nous ne quitterons nos places que par la puissance des baïonnettes. » Un ami m’a dit que Véran était ému et fatigué quand il a fait cette sortie. Je suis désolé, mais il n’a jamais éprouvé la moindre émotion en empêchant qu’on soigne nos anciens, et en leur prescrivant massivement du Rivotril. Cette omerta ne change rien à la réalité : tous ceux, ministres, journalistes, parlementaires, qui n’auront rien fait risquent, le jour où le bon sens l’emportera, la cour d’assises, s’il s’avérait alors que ce protocole réduisait la mortalité. C’est pour cela qu’ils freinent tous des 4 fers, mais plus dure sera la chute. 67e jogging et 4e de reconfinement ce midi, canal Saint-Denis. Impossible de me rappeler quel a été mon dernier parcours ! Pas de flics ni gendarmes pour sanctionner ma désobéissance. Raoult demande à Véran d’ouvrir à la concurrence internationale la délivrance de l’hydroxychloroquine. Combien de semaines ou de mois va-t-il mettre à répondre ? Comment se fait-il que les politiciens laissent Raoult seul en 1re ligne et ne somment pas Dominique Martin, Jérôme Salomon, Véran, Macron et Castex de cesser de mettre en danger nos vies ? Une remarque d’une journaliste de Sud-Radio m’a fait comprendre ce que cache le foutage de gueule du, je cite, « conseil de défense » : cette dénomination scandaleuse permet à Macron, Castex et Véran de décider le matin en trempant leurs croissants dans le café, de notre sort, et de continuer à empêcher les médecins de nous soigner, en dehors de tout contrôle. Ce n’est qu’en fin d’après-midi ce mercredi 3 novembre qu’un 2e organe de la presse d’État daigne informer les Français de l’action en justice et du recours de Raoult contre l’ANSM. Je ne mets pas encore de lien, car il ne s’agit pour l’instant pas d’un article digne de ce nom, mais d’un « flash actu Figaro / AFP » ! Il leur aura fallu très exactement 7 jours à se tourner le doigt dans le cul, sans doute effrayés par des menaces de Gilead de leur retirer des pages de pub, avant de faire le travail pour lequel nos impôts les paient… C’est dire si ils chient dans leur froc, tous autant qu’ils sont.

Pub Gilead dans Le Parisien, 28 octobre 2020.

Voici une double page du Parisien du 28 octobre dernier, que j’ai extraite de cet article de France-Soir, qui montre la façon dont Gilead et consorts fait passer ses intimidations : une page entière de pub grassement payée juste à côté d’une page sur les perquisitions chez Véran et Cie : le message n’est-il pas clair ? « N’oubliez pas qui paie votre salaire, Messieurs-dames les journalistes… » Bref, je suis persuadé que ce qui fait paniquer toute cette clique politico-médiatique, ce n’est pas le Covid, mais la crainte que s’ils autorisaient enfin la prescription de l’hydroxychloroquine / azithromycine dans des conditions normales, le nombre de morts baisse de façon radicale, et qu’on ait droit comme le disait Raoult dès mars, à un nouveau procès du sang contaminé.

Verboten rayon dans un magasin, 4 novembre 2020.
Interdire les chaussures pour enfants ; interdire l’hydroxychloroquine : comment nos énarques luttent contre le covid-19…

En tout cas nos énarques se sont dépensés sans compter, non pas pour autoriser la vente du médicament qui pourrait sauver des milliers de vies, mais pour interdire la vente des produits dangereux, comme par exemple ici les vêtements et chaussures pour enfants. Des énarques que le monde entier nous envie… (quelques jours plus tard, dans ce magasin, la barrière sera déplacée pour inclure finalement une partie de ce rayon, je crois pour les tout petits).


- Le 5 novembre, 7e jour de reconfinement. Nouvelle vidéo de BonSens / France Soir, entrevue de la députée Martine Wonner par Xavier Azalbert, qui fait un incroyable de travail de Résistance. 68e jogging et 5e de reconfinement ce midi, canal de l’Ourcq. Un beau mec se retourne. Il faudra que je travaille ma technique. L’ensemble de la presse collaborationniste étale dans ses colonnes un fait d’importance nationale, le fait que Darmanin ait fait un jogging sans respecter les diktats de la Makrommandantur. Ce fait divers intéresse plus les journaleux lécheurs d’anus du pouvoir que le fait que le pouvoir empêche de soigner nos (leurs ?) vieux et moins vieux avec le protocole Raoult. Cela dit, l’anecdote m’inspire l’envie d’en faire une nouvelle lettre ouverte à Castex.
J’ai profité de mon ausweis de prof (valable toute la semaine) pour aller déjeuner chez une amie qui réside à peu près sur le chemin de mon bahut, et lui fêter son anniversaire (sans cadeau car tout est fermé, mais en apportant des plats préparés en bocaux, mitonnés dans le Finistère, qu’une boutique bobo propose dans le quartier). Elle m’avait prévenu qu’une camionnette de gendarmes armés est en permanence devant son immeuble, sans doute pour Vigipirate, car elle habite en face d’un des restaurants mitraillés le 13 novembre 2015. Pas de panique, ils ne semblent pas contrôler les ausweis. Puis je suis allé bosser au bahut (préparations de cours). À mon retour dans le quartier, 18 h, hordes habituelles de vendeurs de Marlboro. Jean Castex et sa bande d’énarques ont bien eu raison de passer leurs soirées à interdire les ventes officielles de collants, de chaussettes et de casseroles dans les boutiques et les supermarchés. Ai-je dit que mon fer à repasser, à l’instar de mon réfrigérateur lors du confinement, avait eu la bonne idée de se briser le 1er jour du reconfinement ? J’en avais acheté un autre dans une de ces innombrables boutiques du quartier, tenues par des immigrés, qui vendent de la téléphonie et des tas d’objets d’électroménager. C’est marrant parce qu’elles ne sont pas fermées, et n’ont pas de rayon fermé, contrairement aux super ou hypermarchés. Même le quincailler du quartier, à qui je suis allé acheter une ampoule, n’avait aucun rayon fermé, alors que le Makrommandantur pourrait encore trier ce qu’il a le droit de vendre ou non. J’ai aussi acheté des préservatifs, car je ne m’étais pas rendu compte que mon stock était bas. Là aussi, nos amis énarques n’y ont pas encore songé. Il faut dire qu’ils pourraient aussi songer à cesser d’empêcher le traitement à l’hydroxychloroquine / azithromycine… Il faudrait pour cela que ce fussent des êtres humains. Une tribune du Collectif citoyens pour France-Soir étrille Véran et ses tests PCR bidon, et propose de nommer Raoult à la tête d’un conseil scientifique digne de ce nom, avec ceux qu’il voudrait, sans quoi nous voilà confinés pour l’hiver à cause des habituelles viroses respiratoires qu’on nous fait prendre pour le Covid. Au fait, j’ai trouvé sur Internet le nombre de prisonniers en France : au 1er juillet 2018, c’était 70 710. En ce qui concerne les lits d’hôpitaux, voilà ce que nous apprend Wikipédia : « Au cours des dernières décennies, le nombre de lits dans le système hospitalier français a connu une baisse continue, puisqu’entre 1982 et 2013, il est passé de 612 898 à 428 987, soit une diminution de 30 %. Durant la même période, la population française a cru de 55,7 millions d’habitants à 66 millions d’habitants, soit une hausse de 18,5 % ; le nombre de lits hospitaliers par habitant a donc diminué d’un peu plus de 40 %, passant de 11 lits pour 1 000 habitants à 6,5 ». Et Wikipédia oublie le vieillissement de ladite population, l’augmentation de la proportion de personnes de plus de 80 ans, ainsi que les progrès de la prise en charge, qui font que maintenant on hospitalise systématiquement toutes les personnes en fin de vie présentant des symptômes de quoi que ce soit.
- Le 6 novembre, 8e jour de reconfinement. Je vois le « debriefing » du Dr Éric Menat qui date du 4/11, avec comme toujours un excellent questionnement de Xavier Azalbert, qui permet au médecin d’expliquer clairement ce qu’il fait avec ses patients. 69e jogging et 6e de reconfinement ce midi, canal Saint-Denis. RAS. Cet après-midi, nous recevons les résultats des nouvelles mesures sanitaires imposées par Blanquer. Comme d’habitude (comme la semaine dernière par exemple avec l’hommage à Samuel Paty) elles nous parviennent un vendredi après-midi (et le chef d’établissement a dû faire des prouesses pour changer tous les emplois du temps en un temps record). Ben dame, comme on est confinés, on s’ennuie le week-end, alors on n’a qu’à modifier tout ce qu’on avait préparé pour lundi… Le site France 3 Provence Alpes Côte d’Azur fait un article sur les démêlés du Dr Louis Foucher avec la direction de l’APHP de la région. Je signale surtout pour rigoler un articulet sans intérêt du Figaro, qui estime digne d’intérêt un prurit de la cracheuse Karine Lacombe : « Covid-19 : l’augmentation de nouveaux cas « est en train de se tasser », selon Karine Lacombe ». C’est sa façon de causer français qui me fait rire : « Il aurait fallu qu’il y ait beaucoup plus de responsabilités individuelles avant d’attendre qu’il y ait des mesures coercitives qui viennent d’en haut » : 3 tournures unipersonnelles dans une seule phrase pour cette multipensionnée de Gilead qui est la véritable conseillère n°1 de nos énarques, et qui n’est pas officiellement dans les conseils scientifiques que pour une seule raison, ses conflits d’intérêt pharaoniques avec les gros labos pharmaceutiques… Tiens, je ponds ce soir une Lettre ouverte à M. Jean Castex sur la règle du 1 km.
- Le 7 novembre, 9e jour de reconfinement. Nouveau « debriefing » de Christophe Cossé, co-réalisateur du film Hold-up à sortir le 11 novembre ; lequel publie aussi une tribune, accessible depuis le même lien. Son analyse repose notamment sur des notions de psychologie sociale familières aux lecteurs du Petit traité de manipulation à l’usage des honnêtes gens. Et le comportement de Véran à l’Assemblée est lui-même typique de la plus vile manipulation sur les sentiments. 70 e jogging et 7e de reconfinement ce midi, canal de l’Ourcq. Je place ici une réflexion qui me taraude depuis des jours : le confinement et toutes les mesures de restrictions de liberté qui vont peut-être durer un an, pour un jeune de 20 ans à l’espérance de vie de 85 ans, c’est un 65e de sa vie qui est foutu en l’air ; mais pour une personne de 80 ou de 90 ans, qui a dépassé l’espérance de vie, c’est potentiellement 100 % de ce qui lui reste à vivre qui est foutu en l’air ; il ne verra peut-être et n’embrassera plus jamais ses enfants. Je ne comprends pas que ces gens ne se révoltent pas, et bruyamment… Une (vraie) manifestation, enfin, de soignants, a eu lieu aujourd’hui à Toulouse. Réveillons-nous ! J’écoute Radio-Paris pendant mon frugal dîner. Un mot sur les manifs anti-masques à Leipzig, mais pas un mot sur la manif de Toulouse. Et alors sur l’élection de Joe Biden, trop drôle : tous les reportages sonores (la radio ; mais la consultation de quelques sites après confirme) évoquent et relaient des liesses populaires avec des foules bien compactes de gens qui se sautent dans les bras. Sur certaines photos, juste quelques masques. Tiens, messieurs-dames les journaleux, que ce soit Trump ou Biden, alors, voilà un pays qui continue à vivre malgré cette petite épidémie. Pas de commentaires ? C’est marrant, j’avais vu passer un papier prétendant que à cause des meetings de Trump sans masques, tant de milliers de personnes étaient contaminées. Alors soyez sympa, faites le compte de ceux qui vont mourir – dans d’atroces souffrances, cela va sans dire – pour avoir fêté la victoire de Joe…
- Le 8 novembre, 10e jour de reconfinement. Hourrah ! On a pété le record des tests bidons (« Le test Véran, le test du con ! ») : 86 000, qui, qui dit mieux ! Ah c’est la Karine Lacombe qui l’avait bien dit avant-hier (cf. supra) : « Covid-19 : l’augmentation de nouveaux cas « est en train de se tasser » ». Tu l’as dit bouffie ! Qu’est-ce qu’elle disait au fait, à propos de Raoult ? En revanche le nombre de morts a baissé de 800 hier à 300 aujourd’hui (et ce ne sont pas des morts « du » Covid, mais des morts « avec » Covid). Comme les journaleux sont couchés (j’écris ça à minuit), je me délecte à l’avance de leurs envolées dramatiques au petit matin avant la messe, et de la tronche des branquignols qui vont nous expliquer que ce doublement des cas (ne correspondant strictement à rien de médical) est le résultat de… de… de l’efficacité des mesures délirantes qu’ils prennent erratiquement depuis deux mois. J’espère que la semaine prochaine on va atteindre les 150 000 positifs par jour (à 20 % de positifs, cela ferait… un petit calcul rapide : 5 millions de tests par semaine payés par notre amie la sécu : je pose 5, je retiens 1 : ma calculette n’arrive pas à rentrer le nombre de zéros : 375 millions d’euros par semaine pour payer des Corvette, des Maserati et des îles en Bretagne aux directeurs de laboratoires… Pas pour augmenter de 100 € le salaire des infirmières, bien sûr, ni pour payer des protocoles Raoult à 20 € pièce. Je souhaite de tout mon cœur que cela explose vraiment pour que le délire atteigne un point où même les moutons ou les mougeons vont enfin comprendre ce qui est en train de se passer à leurs frais, et se RÉVOLTER ! Je ne croyais pas si bien dire, car les plumitifs collaborationnistes que j’écoute sur Radio-Paris ce midi, citent le Véran, qui se réjouit que ses mesures bidon portent leur fruit, sans aucune référence au nombre de contaminations record publié hier ! Près de 87 000 en France (67 millions d’habitants) contre 126 000 aux États-Unis (323 millions d’habitants). Cherchez l’erreur ! Voyez donc le mensonge éhonté de ce Véran publié par Le Figaro, je cite : « Le ministre de la Santé Olivier Véran a estimé qu’il y avait un « frémissement » et « une forme de ralentissement » dans la progression de l’épidémie de Covid-19 en France, mais qu’il était trop tôt pour tirer des conclusions sur l’efficacité du reconfinement ». Hallucinant ! Le chiffre publié hier, je le rerépète, près de 87 000 « cas » selon la terminologie Véran, est le RECORD ABSOLU DEPUIS le début de l’épidémie ! Putain, mais que Véran mente comme il respire, on le sait, comme Sibeth, Macron et Cie, mais que des journaleux lécheurs d’anus du pouvoir reprennent ses mensonges sans esprit critique, ce n’est pas possible !
Tiens, amusant, Le Figaro publie une entrevue de Jean-Loup Bonnamy : « Vouloir arrêter une épidémie avec le confinement, c’est comme vouloir arrêter la mer avec ses bras ». Ce monsieur est coauteur d’un livre intitulé « Quand la psychose fait dérailler le monde ». Alors le gars fait un copié-collé de tout ce que répètent Raoult, Perronne, Wonner, Guérin, J.-D. Michel, Toussaint, Toubiana depuis des mois, y compris « le tryptique tester - isoler - traiter » (et non « tester - isoler - tracer » comme disent les partisans du fascisme médical). Il n’est pas médecin, mais il fait la liste des médicaments qu’il autorise : « en leur donnant de l’oxygène, et si besoin des corticoïdes et des anticoagulants ». Alors me direz-vous, pourquoi ce média collaborationniste lui donne la parole alors que ses colonnes grassement subventionnées par l’État sont fermées à ceux dont je viens de citer les noms ? Pourquoi le journaleux qui l’interroge s’abstient d’utiliser un gros mot (hydroxychloroquine) ? Enfin, ne crachons pas dans la soupe, grâce à cet article, tous ceux qui nous traitent de criminels de guerre nazis quand on évoque les idées de ceux dont les noms précèdent vont peut-être débloquer leurs cerveaux atrophiés par le confinement… C’est pourtant d’une telle évidence que plus ils nous imposent des mesures débiles, plus le nombre de cas positifs augmente ! C’est la constatation pure et simple de faits factuels, mais quand une Karine Lacombe que ces journaleux prennent pour la grande manietoute, lit dans le marc de son café offert par Gilead que « l’augmentation de nouveaux cas « est en train de se tasser » » alors qu’il s’agit d’une explosion incontrôlable, que voulez-vous que je vous dise ? Réfléchissons par nous-mêmes, ou plutôt reprenons le slogan raoulitste : « Nous avons le droit d’être intelligents » !
Cela dit, pour garder une note d’espoir qui fera plaisir à Lacombe, en Belgique, selon un article de La Libre de ce matin, « Le nombre de personnes hospitalisées s’élève à 6.893 (-5%), dont 1.464 aux soins intensifs. Le nombre moyen d’infections au coronavirus est passé à 10.512 par jour entre le 29 octobre et le 4 novembre. Cela représente une baisse de 35 % par rapport à la période de sept jours précédente. […] En moyenne, 173 personnes sont décédées chaque jour [sur la dernière semaine] à cause d’une infection au coronavirus, en hausse de 66% par rapport à la semaine précédente ». Il est bien évident qu’il faut redresser le mensonge : la plupart de ces personnes ne sont pas décédées « à cause » mais avec le coronavirus.
Laurent Ruquier a interviewé hier le Pr Raoult, dans le cadre d’un « face à face » avec Philippe Douste-Blazy. C’est à partir de 46’. Ruquier se comporte de façon 1000 fois plus correcte et intelligente que Pujadas, et si c’est une des plus brèves entrevues du Pr, elle est excellente. Douste-Blazy en rajoute une couche. Sauf erreur, c’est la première fois que Raoult a la parole sur une chaîne de télévision du service public, c’est-à-dire directement avec nos impôts. Bravo Ruquier, et honte aux autres. Si vous voulez décrypter les propos du professeur sur la sortie pitoyable de cette nullité abyssale de Véran (le plus nul de tous les ministres de la santé que nous ayons jamais eu, une honte pour la république, qu’il faudrait d’urgence virer à coups de pieds au cul pour remplacer par Douste-Blazy [1]), il explique que n’importe quel manipulateur pourrait faire pleurer les chaumières en évoquant le cas d’un malade, mais que à l’IHU, les trois seuls morts du Covid qu’ils déplorent en-dessous de 60 ans avaient « 58, 59 et 59 ans », et que donc si Véran a vu (le pauvre chou) un type de moins de trente ans intubé, c’est à cause de ses mesures criminelles d’imposer « des tests qu’on ne peut faire qu’au bout de trois jours, et dont on attend les résultats au bout de trois jours » (c’est le sens de ce qu’a dit Raoult). Donc Macron, soit tu vires cet incapable de Véran, soit tu en répondras devant un tribunal, un jour ou l’autre. Tiens à propos, après mon 71 e jogging et 8e de reconfinement ce midi, canal Saint-Denis, je me suis offert une tête de veau, en hommage à Chirac qui l’aimait tant. C’est parce que Douste-Blazy l’a évoqué dans son intervention chez Ruquier. Oui, à côté de ce qu’on ce tape maintenant comme président de république et ministraillons, Chirac était un grand homme. C’est dire ! Putain, mais qu’ils dégagent ! À propos de ce jogging, une remarque à laquelle je songe depuis des semaines mais que j’ai oublié d’écrire ici : sur les squares aménagés pour enfants ainsi que sur les espaces aménagés pour le sport sur la voie public, notamment le long des canaux, je ne vois toujours pas de pancartes recommandant aux gens de venir avec leurs produits désinfectants et leurs chiffons pour désinfecter le matériel après s’en être servi. C’est vrai que la politique Véran ayant mis l’accent sur les masques (au rebours de mars, où ces crétins nous expliquaient qu’il ne fallait surtout pas en porter), cela détourne les gens du risque numéro un selon Raoult, qui est celui de la transmission par les mains.
- Le 9 novembre, 11e jour de reconfinement. Je lis seulement aujourd’hui un article médiocre du Monde Diplomatique signé Philippe Descamps. J’ai attendu qu’il soit repris sur un site, n’ayant pas voulu acheter le journal, dont je fus un fidèle lecteur des années durant. Ce Descamps parvient à effleurer le sujet en évoquant vraiment du bout des lèvres Raoult et l’hydroxychloroquine. Il s’étale sur de vieux scandales mais évite soigneusement l’hénaurme scandale actuel. Bref, le Monde Diplomatique a rejoint les chiens de garde, et tente désespérément de nous faire croire le contraire par un articulet indigne de ce qu’il a été. En Belgique, nouvel article de La Libre faisant état de fanfaronnades sur le pic épidémique qui aurait été dépassé le 3 novembre. Je suis sceptique car je me souviens bien que dans ce pays, la courbe avait joué aux montagnes russes en août, sans doute à cause du fait qu’il s’agit de variants du virus, la Belgique étant comme la France un pays dont les frontières ont été très ouvertes cet été, que ce soit pour les vacances ou les allers-retours de résidents d’origine immigrée. Alors la grande nouvelle du jour, et ils nous en font des tartines, c’est une annonce prématurée d’un vaccin de Pfizer, et immédiatement après, le cours de la bourse qui s’envole. À qui profite le crime ? Certains spéculateurs ont augmenté leur fortune en quelques clics grâce à cette annonce attendue de plus que ce que gagne une infirmière française en une vie. Les informations sont lacunaires sur le coût de ce futur vaccin : ce serait 33 € pour deux doses nécessaires, prix de gros pour des commandes par millions, mais la logistique démultiplierait le coût car il faudrait une congélation à - 70°. Et cela pour une « efficacité à 90 % », c’est-à-dire une efficacité moindre que le protocole Raoult qui a un prix minime. Mais cela, tous les journaleux achetés par ces labos se garderont bien de le dire.
Il faut lire France-Soir pour avoir la réponse de l’autocrate Véran au Professeur Raoult sur la livraison de l’hydroxychloroquine. La réponse de ce nain à ce géant est « NAN », je suis Calife et je décide de la vie et de la mort des gens de ma propre autorité autoritaire, et donc Raoult, Douste-Blazy, Perronne, etc., sont de la merde. Comment cela est-il possible et que notre pays s’appelle encore une démocratie ? France-Soir publie aussi plusieurs articles sur l’audience expéditive au Conseil d’État qui juge 25 points en deux fois 1h et sans donner la parole aux parties. Justice de république bananière, ça vaut son pesant de cacahuètes. Il y est question de l’hydroxychloroquine, mais le Conseil d’État reste aussi obtus. Espérons que le parquet fasse son travail, sinon les instances de justice internationale, pour que tout ce petit monde se retrouve un de ces jours derrière les barreaux pour meurtre de masse. Pour les naïfs qui croient que la facture des mesures délirantes empilées par ce gouvernement de tarés sera prise en charge par le père Noël, le détour d’un article de France-Soir sur le gouffre abyssal créé par Véran et ses potes dans le budget de la sécu laisse entrevoir comment nous allons payer : « Outre la compensation par le budget de l’État d’exonérations de charges, et un effort supplémentaire demandé aux complémentaires santé, la majorité sénatoriale veut remettre sur la table le dossier des retraites. Le rapporteur LR pour la branche vieillesse, René-Paul Savary, proposera de réactiver début 2021 la conférence de financement, suspendue au printemps dernier. La majorité sénatoriale a sous le coude, si cette conférence n’aboutissait pas, une « mesure d’âge », qui ferait passer progressivement l’âge légal de 62 à 63 ans en 2025. Elle propose aussi d’accélérer l’allongement de la durée de cotisation pour atteindre 43 annuités en 2027. »
Je tombe sur une autre entrevue de Me Fabrice Di Vizio sur Putsch media, qui hausse le ton contre les cracheurs, en dépit de l’omerta des médias collaborationnistes. Le problème des vérans et des macrons et des castex, c’est que Di Vizio, Raoult, et d’autres, ben quand ils causent, on voit qui c’est Raoult. Alors que quand les vérans causent, on voit tout de suite à quoi on a affaire.
- Le 10 novembre, 12e jour de reconfinement. Un ectoplasme de la politicaillerie se déclare favorable non pas à l’utilisation de l’hydroxychloroquine, mais au « vaccin obligatoire ». Inutile de se demander quel milliardaire étasunien finance ce cloporte. L’IHU de Marseille publie en rafale toutes les vidéos de ses séminaires de conseil scientifique. On est à un autre niveau. Parmi celles-ci, je sélectionne celle d’un professeur de sciences sociales, le Pr Patrick-Yves Badillo, sur « Médias, science et idéologie – la polémique sur la chloroquine », à partir d’une étude à paraître, qu’il a menée sur les médias et la chloroquine. Les ragots de la presse de caniveau ces derniers jours, au lieu de parler de la plainte déposée par Raoult, on choisi un nouveau rideau de fumée. Si vous vous rappelez l’entrevue de Ruquier, Raoult y a expliqué que ce qui est le plus important c’est de se laver très souvent les mains. Il a précisé que dans le gel hydroalcoolique ce qui est important ce n’est pas le gel mais l’alcool, et qu’on avait perdu du temps en voulant établir des normes pour ce gel, alors qu’il aurait fallu laisser les pharmaciens préparer ces gels eux-mêmes avec de l’alcool, ce qui a d’ailleurs été fait, et ça fait au moins 5 fois que je l’ai entendu reprendre ce propos en se félicitant que pour une fois Véran l’avait écouté. Or des crétins ont isolé la phrase « le gel ne sert à rien » en coupant la suite « c’est l’alcool dans le gel qui est important » ! Et donc cela donne une polémique où des nazillons veulent mettre Raoult en prison, comme le relate cet article d’un journal de télé : « En effet interviewé par Laurent Ruquier pour sa nouvelle émission On est presque en direct ce samedi soir, le professeur marseillais a, en plus d’estimer que le confinement ne réduisait pas le nombre de cas de coronavirus, expliqué que le gel hydroalcoolique ne servait à rien. Dans ces temps troubles que traversent les Français, confinés pour la deuxième fois de l’année, certains s’inquiètent des conséquences que peuvent avoir de tels propos, venant d’un infectiologue si réputé - parfois même idolâtré. « Je suis pour le traîner devant les tribunaux pour mise en danger de la société pour ses propos qui, comme l’a dit Gilles Verdez, mettent en danger les gens. Il a dit qu’il n’y aurait pas de deuxième vague ; les gens ont relâché la pression, maintenant il dit que les masques ne servent à rien, que le gel ne sert à rien, à l’encontre de tous les grands scientifiques du monde entier », s’est ainsi agacé Jean-Michel Maire sur le plateau de Touche pas à mon poste ce lundi soir alors que les chroniqueurs abordaient la question. Des propos répétant ceux de son confrère Gilles Verdez, tout aussi choqué ». Donc si je résume, des types qui n’ont pas écouté Raoult lui font dire le contraire de ce qu’il n’a pas dit (ce qu’il a dit c’est qu’il FAUT se laver les mains à l’alcool, et qu’il était impossible de prévoir l’avenir d’une épidémie), et à partir de cela, demandent qu’il aille en prison. Et des journaleux rapportent ces mensonges sans rétablir la vérité. Cela a un nom, cela s’appelle le glissement irrésistible d’une société vers le fascisme. Il faudra attendre plusieurs jours pour qu’une journaliste de France 3 Paca Ghislaine Milliet rétablisse la vérité avec un article qui fait le point sur le marketing des gels. Sauf qu’au lieu de conclure que Raoult a raison, elle ne peut s’empêcher, sans doute à cause de la pression des cracheurs : « Mais la déclaration de Didier Raoult est trop catégorique et peut prêter à confusion. » C’est ne pas comprendre le pragmatisme de Raoult, que tout l’article de cette journaliste ne fait que confirmer : c’est l’alcool qui compte, point barre, et peu importe que vous le mélangiez à de la poudre de perlimpinpin ou à du sperme de baleine ! Mais les innombrables organismes de normalisation que compte notre administration ont perdu des mois à homologuer la bouée avant de la jeter au type tombé du bateau ! C’est tout ce qu’a dit Raoult en réponse rapide à une question peu importante de Ruquier, mais les cracheurs se saisissent de n’importe quoi qui puisse assouvir leur haine et leur peur panique de voir émerger la vérité de l’efficacité du protocole Raoult, qui risque de les faire mettre en examen pour complicité de meurtre. Dans le même ordre d’idée, samedi dernier a eu lieu à Prades, la ville où est maire l’énarque qu’un énarque nous a mis comme Premier ministre à la place d’un autre énarque, une manifestation de 500 personnes contre le port du masque par les enfants de 6 ans. Je pose une question : depuis 4 jours, avez-vous entendu parler de cette manif sur les médias mainstream (là c’est quand même France Bleu, mais le stagiaire qui a signé l’article à mon avis va pouvoir changer de boulot !) ? Comment appelez-vous un pays où les médias d’État passent sous silence des faits qui pourraient écorner l’aura d’un membre de la Nomenklatura ? Moi j’ai un mot (voir ci-dessus). Une bonne nouvelle quand même aujourd’hui, que la presse d’État a été obligée de relayer : « Le parquet de Paris annonce avoir ouvert quatre informations judiciaires ». Ah ! peut-être Véran en confinement à la Santé pour Noël ! Nouvelle vidéo du Pr Raoult publiée ce soir, intitulée « Pourquoi meurt-on du COVID-19 ? ». Il constate une augmentation de la mortalité actuellement, et une diminution des tests positifs. Il insiste sur l’importance de la prise en charge et du soin, « que l’on croie ou non à l’efficacité de l’hydroxychloroquine ». Sur le document ci-dessous que j’ai isolé dans la vidéo, on peut constater le bilan de l’IHU à la date du 31 octobre. Le nombre de personnes traitées à l’hydroxychloroquine / azithromycine est de 6806 depuis janvier, et le nombre de morts et la proportion sont stables dans les trois épisodes : 30 morts, soit 0,5 %. Il est très intéressant d’observer ce document, car on constate que à l’IHU, il y a beaucoup de personnes prises en charge qui ne sont pas traitées à l’hydroxychloroquine, et désormais, sur la 3e période, la mortalité est la même que celle du groupe traité, et elle est très faible : 0,5 %. Les détracteurs de Raoult diront « Eh oui, donc avec ou sans c’est kif-kif », mais ses partisans diront que même pour les patients qui ne veulent ou ne peuvent pas recevoir ce traitement, eh bien l’équipe de l’IHU réalise des miracles avec des scores bien supérieurs aux autres régions, mais déjà au reste de l’APHM, où le taux de mortalité est de 1,2 % contre 0,5 % dans ce 3e épisode, alors qu’il était de 11 % contre 1,2 % dans le 1er épisode, et de 0,9 contre 0,8 dans le 2e épisode. Je signale cependant une erreur dans ce tableau : 6 morts sur 2418 personnes traitées, cela ne fait pas 0,5 %, mais 0,25 %. Ce qu’il serait intéressant de savoir, c’est si les autres hôpitaux de Marseille se sont mis à utiliser le protocole Raoult à partir de Juin, ce qui expliquerait ce passage de 11 % à 0,9 % de morts. On sait déjà que le Pr Fouché, de la Conception, prône ce traitement, mais on ne peut pas extrapoler. Si l’on attend que les journalistes enquêtent sur ce point crucial, on peut toujours courir.

Bilan de la prise en charge des malades du Covid-19 à l’AP-HM et à l’IHU au 30 octobre 2020.

Sur la cause de la mort, le Pr Stéphanie Gentile n’a repéré que 2 morts parmi les patients de l’IHU qui n’avaient aucune comorbidité associée, des hommes d’une soixantaine d’année. Elle explique avec un graphique que 90,5 % des patients décédés du Covid à l’AP-HM avaient une probabilité de 85 % de décéder dans l’année selon le score de comorbidité de Charlson (âge moyen 82 ans).
- Le 11 novembre, 13e jour de reconfinement. Nouveau point statistique. Le point de comparaison est le mardi 3 octobre (source : Eficiens). France : sur les dix derniers jours, 542 morts par jour en moyenne et 46 500 cas / jour au lieu de 364 morts et 41 626 cas par jour. Attention, Santé Publique France précise ce jour : « Entre le bilan du vendredi 6/11 et ce mardi 10/11, 754 décès supplémentaires en EHPAD/ESMS ont été déclarés, dont 363 décès (soit 48 %) concernent un rattrapage de déclarations sur la semaine 44. » Le taux de positivité des tests monte est redescendu de 20,6 % à 19,6 % (« sur les 7 derniers jours consolidés » précise Santé Publique France). Toujours rien sur les morts des autres maladies (cancers, cardio-vasculaire, suicide, etc.). Italie : les chiffres d’hospitalisations augmentent toujours (28 633 /2971 le 10/11 au lieu de 21 114/ 2225 le 3/11). Morts : 371 par jour ; 31 600 nouveaux cas par jour, au lieu de 220 morts / jour et 25 530 cas. Royaume-Uni : 22 240 cas et 321 morts en moyenne, contre 22 000 cas et 250 morts. Allemagne : sur les 10 derniers jours en moyenne, 18 400 cas et 130 morts au lieu de 14 233 cas et 68 morts. Espagne : sur les 10 derniers jours 19 550 cas en moyenne, et 347 morts au lieu de 21 323 cas en moyenne, et 174 morts (attention, rattrapage de 1600 morts sur la journée du 4 /11, qui explique à lui seul le doublement, alors que la situation est en meilleure voie). Suisse : 8 095 cas positifs par jour, contre 7865 ; 716 décès au lieu de 390 dans les dix derniers jours. Belgique : le nombre de morts est en hausse mais les contaminations en forte baisse (193 morts / jour et 7 825 cas sur les 10 derniers jours contre 139 et 14 700), et Sciensano continue de clamer une amélioration en hôpital, que nous confirmerons (on non) la semaine prochaine. Hypothèse optimiste : ce pays le plus touché d’Europe serait-il en passe d’atteindre l’immunité collective ? La Suède, sur les 10 derniers jours, 12 morts par jour en moyenne au lieu de 5,1, et 3 800 cas / jour au lieu de 2390. États-Unis : 112 000 cas et 912 morts en moyenne sur les 10 derniers jours au lieu de 80 740 cas et 773 morts. Le contexte électoral ne s’est pas calmé, donc il faut s’attendre à ce que les démocrates multiplient les tests pour bien prouver que Trump est un pas beau, jusqu’à ce qu’il reconnaisse sa défaite. Brésil : 16 568 cas et 296 morts en moyenne sur les 10 derniers jours au lieu de 21 400 et 509 morts. Baisse spectaculaire, dans ce pays où le dictateur nazi au pouvoir a viré à coups de pied au cul son véran, et a recommandé qu’on utilise l’hydroxychloroquine… Au mois d’août, on était au-dessus de 46 000 cas par jour. À partir de cette semaine, j’ajoute l’Inde à ce point statistique. Au 10 novembre, on comptait 49 900 cas et 593 morts en moyenne sur les 10 derniers jours au lieu de 49 920 cas et 565 morts au 3 novembre. Début septembre, on était à 93 000 cas ; actuellement ça stagne après avoir baissé de près de la moitié. Bien entendu, je rappelle qu’il ne s’agit pas de prédiction, mais de constatation à un moment t. On verra bien pour la suite.
Nombre total de cas et de morts au niveau mondial selon les chiffres de John Hopkins University (arrêté le mardi 10 novembre à 19 h30) : 50 913 451 cas et 1 263 089 morts (au lieu de 47 370 241 / 1 209 172). Progression comparée sur les dernières semaines : 3 543 210 cas et 53 917morts au lieu de 3 563 773 / 3 292 377, 2 375 717, 2 288 953, 2 064 243 et de 2 375 717 cas, et de 45 367, 43 802, 33 729, 35 767, 40 360 et 39 290 morts sur les 5 dernières semaines (dans l’ordre). Donc augmentation du nombre de morts de 18,8 % en une semaine au niveau mondial, après une hausse de 3,6 %, une hausse de 30 % et après une baisse de de 5,7 % et une baisse de 11 % les 4 dernières semaines, et baisse du nombre de tests positifs après un ralentissement la semaine dernière. Donc cela semble confirmer la réponse à la question que je donnais mardi dernier : « Est-ce le début d’une vraie seconde vague en Europe et aux États-Unis ? C’est toujours trop tôt pour l’affirmer, mais on dirait plutôt que non, que nous ne sommes pas loin du pic au niveau mondial. Je rappelle cependant la règle d’or de Raoult : on ne peut rien prévoir, on peut juste observer. J’observe. Ah eh bien justement, en regardant à nouveau le site de John Hopkins University deux heures plus tard, je me rends compte qu’ils ont fait une mise à jour, et que donc la variation de mes chiffres est due au fait que je n’ai pas arrêté mes chiffres à la même heure le mardi. S’ils étaient plus sérieux ils afficheraient clairement (comme en Italie) à quelle heure ils font les mises à jour. Donc il faut s’attendre à une nouvelle variation importante la semaine prochaine. Pour être clair, la différence est de 330 000 cas, et de 5350 morts. Je suis désolé, ce qui change toutes mes données, mais je trouve aussi qu’ils pourraient publier des graphiques plus parlants plutôt que de nous obliger à faire nous-mêmes les calculs. Si vous regardez les courbes de l’évolution des « nouveaux cas » (dont on sait qu’elle est nettement surévaluée en France notamment avec les tests bidons de Véran) sur les 10 pays les plus touchés, on constate que les deux pays où le nombre de cas a été clairement en baisse depuis septembre, sont l’Inde et le Brésil, et comme par hasard, ce sont des pays où comme le dit le charlatan Raoult, le poison raoultien est utilisé : voilà pour l’Inde, et voilà pour le Brésil. Mais bien sûr, comme le dit Véran, tout cela est faux tant qu’on n’aura pas fait un essai randomisé en double aveugle sur 10 000 patients, et Raoult est un charlatan, Bolsonaro un nazi, etc.

John Hopkins University : Évolution des tests positifs sur les 10 pays le plus touchés par le Covid.

En ce jour de commémoration de l’Armistice, j’entends un Ancien combattant sur Sud Radio, se plaindre d’être privé de cérémonie pour la 2e fois cette année. Eh oui, c’est ce que je disait plus haut : on a peut-être privé cet homme de 88 ans de la dernière fois de sa vie où il aurait pu voir le drapeau, un truc qu’il attend chaque année comme Noël pour les uns, Yom Kippour pour les autres. Pourquoi continuer à vivre si en plus de vous priver de la visite de votre descendance, on vous prive de ce qui a toujours donné un sens à votre vie ? Mais les technocrates que les macrons de ces trente dernières années ont nommés à la santé ont une conception bien étriquée de la santé publique, qui se résume à organiser le flux tendu des lits, baisser le salaire des soignants, déléguer aux grands labos le soin de choisir les médicaments les plus coûteux possibles. On parle de fermer des lycées. À la dernière heure de ma longue journée du mardi, je me suis trouvé face à un demi-groupe d’une classe de BTS 1re année. On est à la période de cristallisation de la relation socratique, et avec cette classe, cela passe très bien, même en dernière heure ils sont comme un clavier dont je joue, et cela va vous surprendre, mais j’y ai trouvé du plaisir, le plaisir réciproque de la relation humaine pédagogique. Ce dont veulent nous priver les apôtres du télétravail et de la visioconférence qui se dissimulent si mal derrière les cracheurs et détracteurs de Raoult, de Douste-Blazy, de Toussaint, etc. Ma mère me raconte comment grâce à mon père, ils ont mis en place le matériel pour une séance de Qi gong en visio. C’est un peu comme quand vous remplacez un cassoulet par un sachet de vitamines parce que vous avez une angine : ça passe quelques jours, mais ce n’est pas une vie.
72 e jogging et 9e de reconfinement ce midi, canal de l’Ourcq. Trois fliquettes à cheval croisées au début de la partie banlieue du canal, mais elles se contentent de chevaucher et de faire chier leurs montures, tout en verbalisant je pense les promeneurs qui font chier leurs chiens sans ramasser. J’ai oublié de signaler sur ce parc le délire anti-écolo des gardiens qui circulent dans des automobiles à 3 à l’heure (je les dépasse en jogging) avec un masque, au lieu de marcher à l’air libre. Preuve s’il en faut que les discours écolo de la nullité qu’on a comme maire de cette ville ce n’est que du blabla. Dans mon quartier, la plupart des bars sont ouverts, avec un comptoir pour vendre à 90 % des cafés à des traînards musulmans mâles agglutinés. À côté de ça, c’est moi qu’ils vont verbaliser parce que je dépasse le km autorisé pour échapper à ça (enfin je n’ai vu verbaliser ni contrôler quasiment personne). Je me demande s’ils laissent faire parce qu’ils ont pensé que si on laisse ces types-là mariner dans la cocotte-minute d’un appartement exigu sans lumière, c’est plutôt là qu’il y en a un ou deux qui va péter un câble et descendre avec un couteau (comme cela avait eu lieu lors du 1er confinement, je ne sais plus où). De toute façon ce pseudo-confinement ne vise en réalité que les têtes-blanches. Je suis allé me balader tout en faisant des courses dans le quartier. Par curiosité, je suis allé devant les « Jardins d’Éole », ce parc dont je cause dans ma lettre ouverte sur la règle du 1 km. C’était l’heure de la fermeture, les gardiens sifflaient pour rabattre le public. Si les caméras de TF1 avaient été là, je peux vous garantir que ça aurait fait le buzz ! La cour des miracles ! Bamako ! Et il y avait quand même quelques parents avec poussettes dans le lot. Des blacks ont sorti du parc une énorme poubelle verte, qui leur sert de table pour jouer aux cartes, ils avaient des biftons et des cartes en mains, et à peine la poubelle sortie, vas-y que j’te joue ! Super contre le Covid ! Et Darmanin qui demande « plus de fermeté » aux préfets ! Cela dit, au retour, sur l’esplanade de la rue Pajol, c’était les Ramblas, et avec un public légèrement plus familial… Enfin je comprends, vu qu’on a fermé les piscines, les gymnases, tous les endroits où les gens peuvent aller en famille, où peuvent-ils bien se promener dans ce quartier où il y a une densité de population délirante, avec un déficit de jardins publics ?
En faisant mes recherches quotidiennes, je constate de plus en plus un truc sur les moteurs de recherche, qui devrait faire l’objet d’études sérieuses en médiologie : la fausse information sur la déclaration de Raoult sur l’utilité de l’alcool et non du gel prolifère en tête des recherches sur son nom, et empêche d’accéder aux infos importantes (par exemple impossible d’accéder au site de l’IHU). Cela sert vraiment de pare-feu, et je ne pense pas que ce soit innocent de la part de Google et de Microsoft, conformément à ma citation préférée de Pierre Bourdieu : « si l’on emploie des minutes si précieuses pour dire des choses si futiles, c’est que ces choses si futiles sont en fait très importantes dans la mesure où elles cachent des choses précieuses ». De même, ce matin, j’ai eu un mal fou à trouver des infos sérieuses et pas trop anciennes sur « hydroxychloroquine » et « Inde » ou « Brésil ». Et il est de notoriété publique que les GAFA ont censuré toute information sur ce mot. Les journalistes mainstream n’enquêtent absolument pas sur l’utilisation du traitement dans le monde. Ils se contentent de reprendre en boucle des affirmations d’autorité, mais quand le Professeur Jean-Jacques Muyembe donne une conférence à l’IHU, c’est l’omerta. Pourtant il a pris l’avion pour venir à Marseille proclamer qu’il utilise avec succès ce protocole. Mais cela n’existe pas ! Et pour le retrouver sur Google, ça m’a pris du temps.

- Le 12 novembre, 14e jour de reconfinement. J’ai acheté et visionné le film Hold-up de Pierre Barnérias produit par Christophe Cossé. Cela m’a coûté 10 € pour le conserver, mais c’est 5 € pour le voir seulement en streaming. Il dure 2h50. Il fait intervenir des acteurs de cette farce que l’on nous fait endurer. Deux chauffeurs de taxi sont même enregistrés, dont l’un donne une version populaire du Dilemme du tramway : « On dirait que le gouvernement, pour éviter la mort d’une personne, il nous fait changer de direction au risque de tuer vingt personnes sur le trottoir d’en face » (je reconstitue son idée, mais il ne l’a pas du tout formulé comme ça). J’ai apprécié de voir plusieurs membres du Collectif laissons les médecins prescrire, en dehors de Violaine Guérin et Martine Wonner. Le documentaire brasse large, y compris vers l’origine humaine possible du virus. Sur ce point ça m’agace un peu, parce que c’est encore une fois le Pr Montagnier qui intervient, mais on ne nous permet toujours pas d’entendre le fameux Jean-Claude Pérez dont Montagnier n’a fait que relayer les travaux. En tout cas il est important d’acheter le film pour que la production rentre dans ses frais, le but étant de le mettre en accès libre au bout d’un certain temps. J’ai une petite réticence à la fin, car on fait réagir en direct une intervenante sage-femme à une vidéo qu’elle découvre de Laurent Alexandre, médecin et énarque, fondateur de Doctissimo qui tient des propos abjects devant des étudiants de Polytechnique et Supelec le 12 février 2019, à propos des « winners » et des « loosers », les « inutiles ». On va jusqu’à la montrer au bord des larmes, or cela c’est la même technique de manipulation que celle de Véran devant les députés avec son « Sortez d’ici ». Évitons d’utiliser des armes aussi éculées et méprisables. Mais globalement, on a là un ensemble de gens qui posent de bonnes questions (un peu confuses sur la nébuleuse de grands de ce monde qui entendent nous imposer leurs dogmes, mais cela repose sur des faits eux-mêmes nébuleux), auxquelles, ne vous inquiétez par, les lécheurs d’anus grassement payés par Bill Gates et par l’État répondront par un balayage de la main et le mot « complotisme ». D’ailleurs Libération a déjà commencé, mais je ne mets pas de lien vers ce torchon. Voir la présentation du film sur le blog de Jean-Dominique Michel, l’un des principaux intervenants. L’un des meilleurs moments du film est quand le réalisateur juxtapose plusieurs séquences sur l’hydroxychloroquine : il y a par exemple le témoignage de la députée Martine Wonner relatant (minute 49) comment au cours d’une visioconférence avec des députés, où elle a posé à Véran (en le tutoyant) une question sur l’hydroxychloroquine, elle a vu celui-ci se rapprocher de l’écran (« J’ai cru que le ministre allait sortir de mon ordinateur ; il s’est rapproché de la caméra et il m’a insultée devant tous mes collègues en disant, mais il hurlait, il avait les yeux exorbités, en me traitant de médecin indigne, que c’était totalement scandaleux d’imaginer qu’on puisse utiliser une telle molécule et que c’était un véritable scandale que je puisse poser ce type de question »). Dix minutes après, il insère l’image d’archive du Pr Raoult sur LCI le 16 septembre, insistant lourdement sur la « bouffée délirante » que constitue le fait de croire à l’étude bidon du Lancet et à la nocivité de l’hydroxychloroquine, alors que le journaliste essaie de le faire taire, suivi d’une conférence de presse de Véran qui ne rétractera pas son interdiction (partielle) de l’hydroxychloroquine, puis Douste-Blazy explique comment lui a bien vu que l’étude était bidon. Voici le verbatim de son intervention, entre la minute 55 et 1h05 : « Là, le système est devenu fou, là les moyens sont incroyables. On prend le saint du saint, c’est-à-dire le Lancet. Pour une génération comme la mienne, publier dans le Lancet, c’est la Légion d’Honneur, quoi, c’est-à-dire c’est énorme. Et donc là brutalement on voit dans le Lancet que l’hydroxychloroquine non seulement ne marche pas mais est extrêmement dangereuse » [point du réalisateur sur la réaction de Véran] « Je regarde : c’était des malades de 5 continents. Une étude rétrospective sur 5 continents, c’est d’abord beaucoup d’argent, ça demande des moyens considérables. Mais j’ai regardé quand même si les continents étaient comparables, parce que il faut toujours comparer ce qui est comparable. Là je m’aperçois bizarrement qu’il y avait autant de fumeurs en Afrique que en Europe, autant de diabétiques aux États-Unis qu’en Afrique et en Europe et ça c’est impossible. Et en fait lorsque vous faites une étude, vous confiez vos données à une boîte statistique qui fait des statistiques. Eh bien cette boîte c’était fake, était fausse, n’existait pas. Eh donc c’était… Alors la question est j’espère qu’on le trouvera et j’espère que la justice américaine ira jusqu’au bout : qui, qui a payé cette étude ? Qui est derrière ? C’est un scandale monstrueux. » [nouvelle interruption pour évoquer la rétractation] « Le Lancet quand même c’est terrible, parce que le Lancet c’est la veille du week-end de l’Ascension, donc ce n’est pas pour rien que c’est fait comme ça. Tous les rédacteurs en chefs ne sont pas là le week-end, donc en général c’est des gens qui sont remplacés. Donc c’est extrêmement important de comprendre pourquoi ça a été fait comme ça. Il vous faut quand même facilement 48 h pour vous apercevoir que c’est un fake. Mais dans 48 h, c’est plus du tout le sujet, plus personne n’est intéressé par le Lancet ». Bref, combien de temps le type aux « bouffée délirante » va-t-il continuer à nous incarcérer, alors que c’est à lui qu’on devrait passer la camisole ?
Après avoir passé un bon moment à supprimer Bing, le moteur de recherche de Bill Gates sur mon navigateur, et à rechercher des moteurs de recherches qui ne censurent pas l’information que je recherche, j’ai réussi à trouver par des petits moteurs, une information que vous pouvez toujours courir pour trouver sur Google & Co (essayez, je vous prie, et détrompez-moi) : Elle date du 1er novembre, et confirme que l’hydroxychloroquine est bien employée au Brésil, sur recommandation du président (ce qui ne veut pas dire que les médecins l’emploient massivement bien sûr, car là aussi les labos pèsent de tout leur poids). Il s’agit de l’hospitalisation du ministre de la santé Eduardo Pazuello, qui aurait également été traité avec le protocole Raoult. N’est-il pas étonnant de constater que tous les médias mainstream en France, qui il y a quelques semaines, ont mis immédiatement à la une l’étude bidon brésilienne concluant à l’inefficacité de l’hydroxychloroquine (testée bien entendu en phase tardive), ne fassent actuellement aucun article sur le fait que l’épidémie régresse à vitesse grand V dans ce grand pays depuis que Bolsonaro a viré les précédents ministres de la santé pour en choisir un favorable à ce traitement ?
73 e jogging et 10e de reconfinement ce midi, canal Saint-Denis. Mon premier contrôle d’ausweis, heureusement porte d’Aubervilliers, juste à la limite du fameux kilomètre. Je venais de traverser un passage piéton (au vert pour les piétons) avec un type en bagnole qui ne ralentit pas et fait juste un écart pour ne pas m’écraser. Je me retourne sur ce gros connard, et juste à ce moment-là, un des 4 ou 5 flics qui tapinent le jogger à 5 mètres de là, m’arrête et me demande mon ausweis. Je lui dis : « Vous n’avez pas vu le type qui a failli m’écraser ? » Il dit : « Je n’ai pas vu. Je ne vois pas le rapport ». Moi je le vois : si j’étais mort écrasé je ne serais pas dans les stats du Covid. C’est marrant comme tous ces policiers ou gendarmes à qui on impose de faire un boulot digne de la Gestapo, au rebours de leur vocation qui je l’espère était de protéger les honnête gens et de lutter contre la délinquance, sont inconscients qu’on les instrumentalise.
À midi, Bercoff m’énerve à faire de l’ironie sur les fachos au pouvoir en Hongrie qui inscrivent dans la constitution la binarité de genre. Autant je ne cesse de contester dans ces lignes les excès des militants khmères la pudeur, souvent transgenres qui prennent leur cas pour la généralité, autant il n’est pas question d’aller dans l’excès inverse consistant à nier l’existence de cette particularité qui même si elle ne concerne que 0,5 % de la population, constitue pour ceux-là 100 % de leur existence. Tirésias n’est pas une invention de ces militants, ni l’hermaphrodisme, et le fait que l’on pratique depuis des décennies des opérations de réassignation sexuelle sur des enfants pose un véritable problème, de même que l’eugénisme consistant à avorter systématiquement tout enfant présentant une anomalie congénitale, comme le rappelle le Pr Raoult dans La Science est un sport de combat.
Très amusant, alors que tous la plupart des médias collaborationnistes n’ont même pas mentionné la plainte de Raoult contre Martin, tous se ruent comme des chacals sur la procédure de l’Ordre des médecins contre lui. Le mot « charlatanisme » est couramment utilisé. Pierre Cauchon sera-t-il de la partie ? Là c’est une info importante. Et juste le lendemain de la parution du film Holp-up dans lequel des dizaines de médecins témoignent de leur expérience personnelle de l’hydroxychloroquine, y compris l’ancien ministre Douste-Blazy. Nouveau rideau de fumée, mais à la fin du film, lesquels se retrouveront en prison ? Je cite Le Parisien, car c’est le seul qui avait aussi informé de la plainte de Raoult. La Ligue contre le cancer prévient des retards dans le traitement et le dépistage des cancers à cause du plan contre le Covid. Amusant car son président est un des plus acharnés cracheurs anti-Raoult. Alors il a fait partie de ceux qui ont empêcher de soigner à un stade précoce, et maintenant il se plaint que les hôpitaux soient saturés. Il faudrait savoir… Ce soir, je suis exaspéré par le journal de Sud Radio, copié-collé de Radio-Paris. Un médecin qui ne déclare pas ses conflits d’intérêt fait l’état d’une situation très, très difficile, mais de traitements prometteurs, et bien entendu pas la moindre allusion à l’hydroxychloroquine, mais il cite tout et n’importe quoi, comme le fameux tocilizumab. Je croyais que cela relevait du « charlatanisme » ?
Le torchon L’Obs (par exemple), exécute le film Hold-up, sans aucune mention, bien entendu, du scandale de l’hydroxychloroquine. À lire pour rire jaune. Wikipédia, qui n’avait pas d’article ce matin, propose ce soir un copié-collé de l’article de l’Obs. « « Film complotiste », circulez, il n’y a rien à voir ». Donc précipitez-vous avant que les fascistes ne l’interdisent.
Ce soir, le Pr Philippe Parola fait le point sur l’éventail des traitements administrés aux malades Covid, parmi lesquels il en remet une couche en faveur de l’hydroxychloroquine / azithromycine, en insistant sur le zinc. Il termine (en corse !) par une référence au serment d’Hippocrate.
- Le 13 novembre, 15e jour de reconfinement. Tiens, dans le documentaire « complotiste » Hold up, une minute était consacrée au bien nommé Martin BLA CHIER qui chie sur Raoult à la télé.

Rémy de Lettres It Be se tape la gueule de ce crétin dont il est même impossible de savoir s’il est médecin ! Et c’est Raoult que les médias fascistes qualifient de « charlatanisme », je cite ! Je tombe sur une vidéo de Martine Wonner datée du 6 novembre qui s’exprime contre l’état d’urgence sanitaire et se fait interrompre, puis reprend et évoque le serment d’Hippocrate, etc. C’est en fait un collage de plusieurs brèves interventions. Elle rappelle que l’urgence sanitaire c’est soigner, pas confiner. Je songe à Victor Hugo, seul contre tous ou presque. Putain, un médecin qui veut soigner, Véran, tu n’y songes pas ! SOIGNER ! La vidéo se ferme sur sa demande d’une minute de silence pour les gens dont Véran a organisé la mort sans soins par Rivotril. Le Dr Violaine Guérin prend la défense de Raoult sur la TV RT France et rappelle des évidences face aux éternels cloportes. Elle précise qu’elle ne s’est pas contentée de suivre les préconisations de Raoult, mais qu’elle s’est aussi informée sur la littérature chinoise sur les coronavirus, etc. Elle évoque les conflits d’intérêts, etc. Elle évoque les injonctions scandaleuses des agences de santé aux médecins généralistes pour leur déconseiller les antibiotiques ou leur commander la télémédecine. Quand son contradicteur, médecin hospitalier, explique qu’il a prescrit l’hydroxychloroquine au début de l’épidémie, et qu’il n’a constaté aucune amélioration, V. Guérin lui rappelle (pour la dix-millième fois) que ce sont les généralistes qui peuvent administrer ce protocole au début de l’infection, avant que les patients ne soient hospitalisés, surtout en mars où on leur disait d’attendre chez eux d’être en détresse respiratoire… Mais la mauvaise foi ne tue pas. En ce qui concerne l’Ordre des médecins de PACA, l’un des commentaires du Quotidien du médecin m’a mis la puce à l’oreille, et je suis allé chercher cet article sur FR3 PACA. Eh oui, chacun sait qu’à Nice par exemple, on n’attend pas pour obtenir un rendez-vous chez un médecin. Un ami m’avait même expliqué que l’un deux passait une matinée en maison de retraite, et qu’on lui amenait les cartes vitales de tous les patients qu’il validait comme au Casino sans les voir… Alors ça les gêne qu’un médecin dise qu’il faut traiter les vieux plutôt que de leur donner du Rivotril. J’apprécie aussi les journalistes d’investigation, alors qu’on explique que cette plainte n’a pas seulement pour origine des médecins qui s’ennuient dans leur villa de la Promenade des Anglais, mais des « patients » : voici l’investigation que j’ai trouvée : « Les poursuites engagées par le conseil de l’Ordre des médecins font suite à cette saisine mais aussi à plusieurs signalements de patients et médecins, […] À l’image d’un professeur de mathématiques exerçant en collège qui critique le manque de fiabilité de l’essai clinique mené à l’IHU de Marseille. » Ce collègue pétainiste & délateur, c’est « un patient » ou « un médecin » ? « De quoi dégueuler, vraiment ! » comme disait Léo Ferré. Darmanin se vante de battre le record de verbalisations du 1er confinement : 100 000. Y compris contre les joggers qui dépassent comme lui la limite ? Ils ont l’intention de les reverser à la sécu pour financer les Maserati des directeurs de labos ? Dans Hold-up (ce film complotiste) un avocat expliquait qu’il n’y avait eu que 9000 verbalisations au Royaume-Uni. Douste-Blazy affirme qu’il demande à être retiré du documentaire Hold-Up. C’est vraiment dommage car sa contribution sur le scandale du Lancet est importante (lisez-en le verbatim ci-dessus). Elle est bien sûr absente de l’article de BFM qui claironne son retrait, car cet aspect-là, qui occupe bien un tiers du temps du film, doit absolument être passé sous silence. Douste reste malheureusement trop droit dans ses bottes d’ancien chef de la diplomatie. Si une petite partie du film est confuse dans son exposé, il ne faut pas jeter le bébé avec l’eau du bain, car cela favorise les affaires de ceux qui consacrent toute leur énergie non pas à soigner les patients, mais à censurer, censurer, censurer, sans cesse et toujours, les gens qui ne pensent pas comme le troupeau. Le réalisateur a eu les yeux plus grands que le ventre. Il se serait contenté dans un premier temps, d’un documentaire sur le scandale de l’hydroxychloroquine, en complétant ce qu’il a fait de très bien par des interviews de médecins de différents pays du monde par exemple, cela lui aurait valu un succès incontestable, et il aurait pu dans un second temps approfondir son propos nébuleux, ce qui lui aurait permis de ne pas publier certaines accusations fantaisistes ou du moins de prendre le temps d’écouter la partie adverse.
74 e jogging et 11e de reconfinement ce midi, canal de l’Ourcq, en évitant les averses. RAS. J’entends sur Radio-Paris les chiens lâchés contre le documentaire Hold-up, satisfaits qu’il soit carrément censuré et invisible, y compris le tiers du documentaire consacré à exposer le scandale de l’hydroxychloroquine et tous les médecins véreux qui ont concouru à empêcher ce traitement bon marché d’être utilisé. La pouffiasse qui déblatérait a bien entendu agité le grelot de l’antisémistisme puisque « de nombreuses personnes mentionnées sont juives ». Ah bon. Elle débusque les juifs ? Moi pas. En tout cas je n’ai rien perçu d’antisémite dans ce film. Cela reprend la bonne vieille accusation que les journaleux avaient lancée contre Raoult au tout début, avant de se rendre compte que Raoult est quasiment juif ! Enfin sa femme et ses enfants le sont, et ses références culturelles souvent. Franchement, à l’heure actuelle, je vois mal un partisan de Raoult être antisémite (ou du moins s’il y a des antisémites parmi les partisans de Raoult, il y en a aussi sans doute parmi ses opposants, de même qu’il doit y avoir des végans et des bouffeurs de viande, des amateurs de football, des fans de rap ou d’opéra, etc.), mais bon, ce sont des accusations, des diffamations, des calomnies, qui marchent toujours, surtout quand vous prétendez justement accuser quelqu’un de diffamer. Tiens, jetez un coup d’œil sur la tribune que l’un des plus fervents défenseurs de ce film, Michel Rosenzweig, écrivait sur Tribune juive, avant de publier ce soir un article en défense du film sur France Soir [2]. Bref, ce procès en sorcellerie, j’espère, vous donnera envie de voir ce que les chacals du pouvoir vous empêchent de facto de voir. J’ai dit mes réserves sur ce film, mais sur 2h50, il y a bien 1h30 de très valables. Message personnel pour les lecteurs fidèles : vu qu’il est censuré, je peux vous prêter celui que j’ai acheté, qui n’est don pas le moins du monde piraté, et qui peut-être deviendra un bien précieux et rare ! Pour les doux agneaux et autres apôtres en complotophobie, je rappelle une nième fois qu’Émile Zola est le premier et le plus grand de nos complotistes. Voici un article de l’un des intervenants du film, l’avocat Régis de Castelnau, sur Front populaire.
- Le 14 novembre, 16e jour de reconfinement. 75 e jogging et 12e de reconfinement ce midi, canal Saint-Denis. RAS, beau temps. Encore un article sur Hold-up soulignant les erreurs du film (avec raison souvent, mais en oubliant qu’il faudrait avoir la patience d’attendre la fin du film que nous vivons), mais n’y a-t-il vraiment rien de positif sur ces 2h50 de film ? Pourquoi le mot « hydroxychloroquine » est-il absent de l’article, alors que c’est un point central du discours ? Pourquoi ce film gêne-t-il tant les gens qu’il dénonce au point qu’ils n’abordent pas dans leurs dénonciations les points qui les concernent dans le film ? Pourquoi PERSONNE ne reprend l’interrogation fondamentale du Pr Raoult et reprise par Christian Perronne et Philippe Douste-Blazy (qui se désolisarise du film mais pas de ses propos) : comment se fait-il qu’aucun journaliste n’enquête sur le scandale du Lancet ? Le Quotidien du Médecin, dont on attend toujours qu’il se penche sur le scandale du Lancet, y va de son article, qui n’est qu’un copié-collé de tout ce qui s’est déjà écrit. C’est marrant, ils tapent sur Wonner et Perronne, mais rien sur les nombreux autres médecins de terrain qui témoignent dans le film. Les commentaires sont intéressants.
À l’heure actuelle, le film semble visible intégralement et gratuitement sur ce lien. Profitez-en car la censure est bien plus radicale et surtout expéditive sur ce film que sur la propagande islamiste. La précipitation à le censurer sans jugement n’est-elle pas une répétition de la précipitation à interdire l’hydroxychloroquine en juin deux jours après la publication de l’article frauduleux du Lancet ? Et encore, nous avons échappé à la loi Avia, sans quoi ce serait plié. Faut-il rappeler qu’avec la façon dont se comportent les chiens de garde actuellement, Zola, qui a publié son brûlot dans L’Aurore serait un complotiste, et Dreyfus serait resté coupable ad vitam æternam. Pourtant il y avait beaucoup d’erreurs dans son article, mais le fond était vrai, et les erreurs étaient quasiment volontaire, dans l’objectif de déclencher un procès contre lui, qui serait l’occasion de rouvrir le procès Dreyfus par ricochet. Alors pourquoi tant de gens se coalisent-ils pour empêcher à tout prix que l’on puisse laisser le temps au temps, de trier les accusations sans doutes fausses en partie, comme chez Zola, mais peut-être en partie vraies, qu’il y a dans Hold-up ? Rappelez-vous le complot des Armes de destruction massive en Irak. Il a fallu dix ans, de 2003 à 2013, pour que Colin Powell reconnaisse ce mensonge d’État, et l’article de Wikipédia a une section « théorie du complot » qui explique que ce sont les autorités étasuniennes qui répandirent des théories complotistes pendant dix ans. Mais pendant dix ans, ce sont ceux qui dénoncèrent ces mensonges d’État qui furent dénoncés comme complotistes !
Si vous êtes des enfants, n’ouvrez pas la porte du placard aux confitures ; mais si vous êtes adulte, vous pouvez peut-être vous faire confiance, non ? Et même s’il y a un peu de moisi sur le dessus, il suffit de l’ôter pour atteindre le bon. Enfin toutes ces polémiques ne sont que des rideaux de fumée pour nous faire oublier le fond du dossier : si cette épidémie était arrivée en 1990, comme les épidémies successives du XXe siècle : est-ce qu’on se serait même aperçu qu’il y aurait eu une épidémie ? Est-ce qu’on aurait télé-travaillé ? Est-ce qu’on aurait « tracé » les gens avec des smartphones ? Alors dites-moi : comment aurait-on fait, dans cette époque d’avant notre époque où le philanthrope Bill Gates arrose de son fric en pure philanthropie l’OMS, les associations, Wikipédia, les médias mainstream, etc. ? Si vous voulez un élément de réponse, croisez les données de l’espérance de vie en France, passée de 72,7 et 81 ans pour les hommes et les femmes en 1990, à 80 et 85,6 (données de 2015 de l’OMS), avec celles de la mortalité du Covid lors de cette crise, dont une énorme partie concerne des gens de plus de 85 ans avec des co-morbidités, qui seraient morts bien plus jeunes s’ils avaient eu cet âge en 1990. Ajoutez à cela l’augmentation de la population française, croisée avec la diminution planifiée par les énarques, du nombre de lits d’hôpitaux. Mais bien sûr, toute vision critique de cette crise mondiale est purement complotiste. Circulez, il n’y a rien à voir ! Est-ce que vous vous souvenez que cette idée inédite du « confinement » nous vient d’un pays très démocratique, la Chine ? Je me permets de vous rappeler qu’une fois qu’on a accepté cette chinoiserie sans se rebeller, tous les Bill Gates du monde vont nous mettre du beurre au bon endroit pour nous y enfoncer l’autre chinoiserie à la mode, le système de notation de la population. Donc choisissons notre camp : soit avec ceux que la presse fasciste traite de « complotistes » et de « populistes », soit du côté des populophobes. Entre la peste et le Covid, vous choisissez quoi ? Au fait, si l’on écoutait un peu l’ennemi du peuple, Pierre Barnérias, comme dans un pays démocratique où l’on écoute l’accusé avant de lui couper la tête ?
Cela fait longtemps que j’y pense, mais je ne l’ai jamais mentionné dans ce journal : la situation du Pr Raoult me fait fortement penser au chef-d’œuvre d’Henrik Ibsen, Un ennemi du peuple. La nomenklatura des complotophobes coalisée pour faire taire celui qui avait le malheur d’avoir raison. Cette fois-ci ils sont plusieurs, Raoult est loin d’être isolé, mais les lécheurs d’anus sont là, fidèles au poste, et Raoult, Perronne, Wonner et cie sont les « ennemis du peuple ». Un point mineur abordé en vitesse dans Hold-up est le fait que les virus selon les pays étaient très différents. C’est forcément complotiste, etc., mais vu les dernières nouvelles, je ne peux pas m’empêcher de signaler la différence radicale entre la situation en voie d’amélioration en Suisse, en Belgique, en Allemagne et même en France, et la situation constamment en détérioration en Italie, depuis le mois d’août. C’est quand même très étonnant pour des pays limitrophes, alors que des mesures plus ou moins similaires sont prises. Ma tante, qui est allée se dorer la pilule en Italie deux fois cet été, me vantait le respect des mesures de toutes sortes par les Italiens, beaucoup plus rigoureux, à ses dires, que les Français. Le résultat, c’est peanuts : flambée des cas, alors qu’ailleurs, cela régresse. Cela conforte à mes yeux la thèse du Pr Raoult (basée, faut-il le rappeler sur des études publiées, et non sur des opinions), que les confinements n’ont aucune incidence, sauf négative, sur les courbes épidémiologiques. Je sais que c’est difficile à croire quand on fait des spéculations, mais Raoult se base sur des études publiées en Italie, justement, et en Espagne. Et c’est ce que l’on constate en Italie : aucun rapport entre les mesures bidon prises par les gouvernements et la courbe de l’épidémie. Et il m’en semble qu’en Suisse, voire en Belgique, il n’y a pas de « reconfinement » comme en France. Expliquez-moi comment, en dépit des mesures drastiques prises en Italie, et de l’obéissance des Italiens, ils battent des records ? J’ai quand même réussi à apprendre la tenue de manifestations en Europe contre le fascisme d’État. Ce n’est que sur un petit site que j’ai obtenu une info sur la 2e manif à Prades contre les masques pour les petits. Cela me permet d’aborder un autre point « complotiste » relevé dans Hold-Up. J’y ai appris que le PDG de l’Agence France-Presse, Fabrice Fries, est à la fois normalien et énarque. On y prend goût, et on double son carnet d’adresses. Étonnant, qu’une agence d’information qui si l’on regarde les journaux, rédige plus de la moitié des nouvelles tous titres confondus, soit tenue non par un journaliste en fin de carrière, mais par un « copain d’avant » du troupeau d’énarques qui nous dirigent, du troupeau d’énarques qui à la tête de l’AP-HP (l’âne qui s’appelle Martin qui accusa Raoult de faux témoignage à l’assemblée), ont prôné le turn over dans les lits d’hôpitaux pour en réduire le nombre comme peau de chagrin ? Comment voulez-vous qu’un ami de trente ans pousse ses journalistes à enquêter vers Prades ? Ou vers le « lancetgate » ? J’ai vérifié : l’information ci-dessus sur la manif de Prades (dont le maire est un énarque qui nous incarcère) n’est pas signée « avec AFP », mais « Arnaud Andreu »… Entrevue intéressante avec Fabrice Di Vizio sur Azur TV, datée du 12 novembre, à partir de la minute 18.

- Le 15 novembre, 17e jour de reconfinement. 76e jogging et 13e de reconfinement ce midi, canal de l’Ourcq, avec une bruine qui ne s’est pas aggravée. RAS. Au retour, c’est le cœur brisé que je croise le plus beau gars du quartier, un grand café-au-lait taillé en trapèze à la gueule d’ange que je croisais souvent dans le métro (vous vous souvenez ce temps où on prenait librement le métro le soir ?), sortant de la supérette avec – gros soupir – sa meuf ! Il avait un hématome autour du nez : au secours les masculinicides : homme battu !

Maison du littoral, Louannec.

Je termine un article sur ma rando en Bretagne à la Toussaint. Cette photo m’a fait penser à une citation de La Peur en Occident (1978) de Jean Delumeau, que je suis en train de lire : « Après la guerre gréco-turque de 1920-1922, des paysans chassés d’Asie Mineure furent réinstallés dans la presqu’île du Sounion. Ils bâtirent leurs maisons avec mur aveugle du côté de la mer. À cause du vent ? Peut-être. Plus encore sans doute pour ne pas voir à longueur de journée la constante menace des vagues et des hommes qu’elles apportent » (p. 32). Cela vous donne des envies de défoncer les murs pour voir la mer derrière, au rebours de ces paysans de Delumeau qui me semblent pulluler dans notre société post-moderne confite dans le « risque zéro ».
Après des mois et des mois de silence radio de la presse collaborationniste, c’est à nouveau France Soir qui nous informe de la position de l’Italie sur l’hydroxychloroquine. Ayant lu les rares articles sur les essais faits en mars en Lombardie, j’avais cru que le traitement était utilisé au moins par les généralistes. Hélas, il ne l’a été que jusqu’au Lancetgate, car il à ce moment-là, le véran rital a suivi le pas du nôtre, mais après le retrait de l’article véreux, il n’a pas retiré l’interdiction. Des médecins italiens (parmi les rares qui ne sont pas vendus aux labos) ont donc lancé une pétition en octobre, et l’on apprend aujourd’hui (enfin si on lit autre chose que la presse d’État) que l’agence italienne du médicament pourrait à nouveau autoriser ce traitement. Reste à savoir dans combien de temps. Vous avez tous les liens à partir de l’article ci-dessus. Le problème c’est comme en France, il y a désormais tellement de politicards, de médecins et de journaleux impliqués dans le refus pathologique de ce traitement, qu’ils ont un intérêt pénal à empêcher de toutes leurs forces qu’on puisse vérifier si ce médicament ne pourrait pas sauver des vies. Son interdiction en attendant sauve la leur. Il est dommage que le pic semble dépassé ici, car si cela continuait comme en Italie à augmenter, on finirait par se révolter, peut-être ? Tiens, une bonne nouvelle dans tout ce marasme :

À cause du Covid, papa Noël nous envoie son fiston. Préparez vos chaussures !

Je reviens brièvement sur la personnalité du complotophobe Blachier Martin. J’ai fait une recherche sur ses conflits d’intérêt dénoncés par des blogueurs (voir ci-dessus). Je n’ai trouvé aucune enquête digne de ce nom dans la presse mainstream, mais dans la presse complotiste, des informations qui ont l’air sérieuses et vérifiables, selon lesquelles ce type usurperait le titre de médecin, et n’aurait pas déclaré des conflits d’intérêt phénoménaux (il bat à plates-coutures le record de Karine Lacombe). Voyez cet article faisant état de 120 000 € perçus de Gilead, avec à l’appui une capture d’écran de Eurofordocs, et celui-là, qui fait état de 471 250 € perçus par ce cracheur de Gilead, en mentionnant également Eurofordocs, mais sans capture d’écran. Il faut être abonné pour aller vérifier, mais s’il y avait en France des journalistes d’investigation, c’est leur métier. Eh bien ces journalistes collaborationnistes n’enquêtent pas sur ce Blachier qui crache sur Raoult, n’enquêtent pas sur le Lancetgate, mais par contre, ils se gobergent à relater les délations de chacals de la profession médicale contre le Pr Raoult, qui a les mains dans le cambouis depuis février… Étonnant, non ? Tiens, en cherchant encore un peu, je ne trouve rien ni sur Le Monde, ni sur Libération et tous les autres torchons subventionnés par nos impôts, mais l’article le plus sérieux que j’ai déniché est celui d’une blogueuse, Liliane Held-Khawa. Alors, cet affairiste a-t-il oui ou non usurpé le titre de médecin ? On attend une convocation par l’ordre des médecins, et par les tribunaux, de l’affairiste et des journaleux qui lui ont donné la parole sans vérifier ses conflits d’intérêt. Bonne nouvelle, certains gaulois réfractaires commencent à se révolter, et contrairement à ceux qui ont défilé à Prades, la ville de notre énarque 1er ministre, la presse d’État ne peut pas ne pas s’en faire écho. Il s’agit des cathos (ceux que les islamistes assassinent) qui exigent de pouvoir célébrer la messe. La police, qui ne fait rien contre les rassemblements dans mon quartier de revendeurs de Marlboro qui ne sont pas très catholiques, réprime ces chapelets jaunes ! Qu’attendons-nous pour les imiter ? Les responsables de la crise, ce sont les hauts-fonctionnaires qui depuis trente ans, ont rogné délibérément le nombre de lits d’hôpitaux alors que notre population vieillissait, et ceux qui interdisent aux médecins de prescrire ; ce ne sont pas les gens qui veulent aller à la messe.
- Le 16 novembre, 18e jour de reconfinement. Alors L’Express, plus précisément « Thibault Marotte avec AFP » (ce qui veut dire information d’État) ose être un tantinet impoli avec Macron : « les projections du gouvernement étaient-elles trop catastrophistes ? » Mais non, mes chéris : Macron manipule notre pays par la PEUR, comme l’explique le conspirationniste Jean-Dominique Michel dans le film complotiste Hold-Up. Et son chiffre complètement bidon de « 400 000 morts », aussi délirant que le fameux « 70 % de la population sera infectée » de Merkel, n’est pas du tout abordé dans l’article poli « avec AFP ». Des chiffres bidon, sans doute procurés à prix d’or par les escrocs du Covid comme le fameux faux médecin Blachier. Mais non, le charlatan, c’est le méchant Raoult. Il faut dératiser, depuis le temps que je vous le dis. Alors maintenant, comme on nous a reconfiné sur la foi de données complètement bidon, est-ce que ces énarques vont rouvrir la porte de la prison, d’après vous ? On parie ? Voici enfin un article d’une nullité abyssale de Sciences et avenir, qui entend traiter le point passé sous silence par les complotophobes, le propos sur l’hydroxychloroquine du film Hold-up. On apprécie les « Cette affirmation est partiellement fausse ». Donc partiellement vraie alors ? Lisez les commentaires de lecteurs, cela suffit. Et toujours pas la moindre allusion au Lancetgate… C’est quand même étonnant, pas le moindre accident cardiaque chez plus de 6000 patients traités par l’IHU, chez tous ceux traités chez les nègres et les crouilles, et tant d’accidents au pays des grands labos. Mais combien de temps vont-ils continuer à nous mentir à ce point ? Et à nous mentir sous couvert de rectifier les fake news !
Grâce à l’association complotiste BonSens à laquelle j’ai adhéré, j’ai pu lire une entrevue du virologue Étienne Decroly publiée sur le site du CNRS, que je cite : « tant qu’on n’aura pas trouvé l’hôte intermédiaire, cette hypothèse d’un échappement accidentel ne peut être écartée par la communauté scientifique ». Tiens, tiens… Le CNRS serait donc devenu complotiste ?
Nouvelle vidéo de Xavier Azalbert pour BonSens / France Soir, du Dr Stéphane Gayet, infectiologue, médecin des hôpitaux au CHU de Strasbourg, chargé d’enseignement à l’Université de Strasbourg. Longue entrevue, mais à écouter absolument, car cet infectiologue raoultiste relativise le discours terrorisateur du pouvoir. Il explique que l’hôpital ne peut atteindre son taux d’équilibre financier qu’autour de 90 % ou 95 % d’occupation des lits. À l’instar de Raoult, Perronne et autres criminels de guerre nazis, il remet en cause les données publiées par Santé Publique France. Il évoque les bons résultats des médecins généralistes avec qui il est en contact avec le protocole Raoult, et s’insurge contre la fronde anti-hydroxychloroquine. C’est donc un criminel de guerre nazi, encore un autre. Putain, finalement, Raoult n’est pas seul, et il y a des médecins qui pensent autrement que les fils de putes qui traitent Raoult de charlatan. Le Dr Gayet se dit « révolté », je cite.
- Le 17 novembre, 19e jour de reconfinement. Le Collectif Laissons les médecins prescrire propose un manifeste « La quatrième voie », à signer d’urgence pour arrêter les conneries liberticides de la bande de branquignols qui nous dirigent, et SOIGNER les gens. J’ai été le 423e signataire ! On peut aussi faire un don au Collectif, pour qu’il fasse connaître ses actions, et ne pas laisser l’ordre des médecins et un ramassis de pétainistes nous dicter leur loi.

La vidéo du Pr Raoult du mardi est en ligne. Elle dure 29’ et s’intitule « Arrêtons d’avoir peur ! », et autant vous dire que c’est un must. Il relie l’anxiété extrême développée à cause de cette maladie à des comportements délirants dans la société de tous types, que ce soit des actes terroristes ou les menaces de mort à son avocat. Il remarque que la Haute Autorité de Santé a mis trois mois pour recommander ce qu’il avait proposé : détection de l’hypoxie avec la saturation d’oxygène. Il évoque librement la position du conseil de l’ordre à son égard. Il revient sur l’affaire du sang contaminé pour rappeler que les politiques auront des comptes à rendre. Il se bernardpivotise lui-même en montrant ses livres. Il explique comment devant lui, Yazdanpanah et le président de Gilead qui se tutoyaient ont évoqué devant le président de la république la nécessité d’essayer le Remdévisir, et il fout un direct du droit et un direct du gauche aux fils de putes qui se sont plaint de lui, en invoquant leurs conflits d’intérêt avec Gilead. Il évoque l’achat d’un milliard d’euros de Remdésivir par l’Union européenne après qu’on eut prouvé son inefficacité. Bref, toutes ses dents, par contre il y en a qui vont perdre les leurs… Il ironise sur le type qui a prétendu que les Africains ont été obligés par lui à utiliser son traitement, en le renvoyant à Tintin au Congo. Dans les dents ! Le nouveau tableau mis à jour des statistiques des patients traités à l’IHU et à l’APHM révèle que 652 personnes de plus ont été traitées avec le protocole Raoult, avec un bilan alourdi, 9 morts de plus parmi ces personnes, soit 39 personnes. 7458 personnes ont été traitées par ce protocole (mais le Pr s’emballe dans son laïus, et parle de 10 000 personnes !) On remarque une augmentation de la mortalité par rapport au précédent bilan, y compris à l’IHU, pour les personnes n’ayant pas bénéficié du protocole, et hors IHU. Je vous laisse comparer les tableaux.

Bilan de la prise en charge des malades du Covid-19 à l’AP-HM et à l’IHU au 16 novembre 2020.

Les journaleux collaborationnistes du Monde, feuille de chou appartenant à un millionnaire et maintenue à flot par l’argent public, crachent comme ils peuvent sur France-Soir et l’excellentissime travail de Xavier Azalbert. Ils s’appellent William Audureau et Aude Dassonville, et ont réussi pour une fois à torcher leur article de délation tout seuls, « sans AFP ». Bravo ! Rappelez-nous les chéris, qui finance le torchon qui vous permet de faire cuire vos patates le soir ? Grâce à quel argent pouvez-vous cracher sur France-Soir qui ne touche aucun argent public ? Le nouveau mot qu’ils ont inventé pour désigner les gens qui persistent à penser, c’est « Covid-sceptiques », ce qui est peut-être mieux que « complotistes » ou « négationnistes du Covid ». Attendons seulement de voir comment ils vont petit à petit retourner leur veste. Le Dr Louis Fouché parle de « déferlement de Khmers blancs qui nous amènent à un monde invivable » en lançant une nouvelle tribune sur le site Reinfocovid. Le même site défend le film Hold-up. Le 17 au soir, grâce à France-Soir on apprend qu’une manifestation a eu lieu devant l’Assemblée nationale. À Genève, les commerçants manifestent contre le semi-confinement. Un article d’une journaliste allemande – Annika Joeres, connaît un grand succès, c’est dire à quel point la presse française (enfin les torchons d’État qu’on feint de prendre pour de la presse) n’est plus rien. Elle parle de la France comme d’un Absurdistan : « Les décisions de grande portée concernant un confinement ou un couvre-feu sont prises dans un « Conseil de défense » composé de quelques ministres, responsables administratifs et officiers, tandis que le Parlement n’a rien à dire ni rien sur quoi voter ». Je dirais plutôt Macronistan. En parlant de ça, pendant que les flics empêchent une nonagénaire de nager, au métro la Chapelle que je prends pour aller bosser, les dealers de Marlboro et de tickets à l’unité sont de plus en plus agressifs, ils constituent une haie et se rapprochent de nous jusqu’à nous toucher quand nous passons, ce qui constitue une notion qui leur est propre du « geste barrière »… Je pense qu’ils ont faim. Je pense que si les abrutis qui nous dirigent continuent leurs conneries, ça va mal se terminer pour nous. Ces gens-là s’en fichent, ils habitent à Neuilly-Auteul-Passy.
- Le 18 novembre, 20e jour de reconfinement. 77e jogging et 14e de reconfinement ce midi, canal Saint-Denis, grand soleil. J’ai vu sur le canal des flics municipaux de Paris en voiture, en scooter et à pied, ce qui répond à une question que je me posais depuis un moment : le canal et ses berges appartient certes à Paris, mais quid de la maintenance et de la police ? J’ai vu sur le canal de l’Ourcq des affiches de la mairie de Pantin sur le port du masque obligatoire, mais est-ce de leur ressort ? Nouveau point statistique. Le point de comparaison est le mardi 10 novembre (source : Eficiens). France : sur les dix derniers jours, 610 morts par jour en moyenne et 28 800 cas / jour au lieu de 542 morts et 46 500 cas par jour. Attention, Santé Publique France précise « Nombre de décès mis à jour quotidiennement pour les décès survenant à l’hôpital et chaque mardi et vendredi pour les décès survenant au sein des Etablissements sociaux et médico-sociaux. » Le taux de positivité des tests est descendu de 19,6 % à 16,2 %, mais une information importante est que désormais il y a plus de tests antigéniques en pharmacie que de PCR. Donc, davantage de faux négatifs que de faux positifs désormais… ne crions donc pas victoire. Italie : les chiffres d’hospitalisations augmentent toujours (33 074 / 3612 le 10/11 au lieu de 28 633/ 2971 le 3/11 ; l’augmentation est cependant moindre). Morts : 540 par jour ; 33 560 nouveaux cas par jour, au lieu de 371 morts / jour et 31 600 cas. On dirait quand même que cela commence à se tasser… Allemagne : sur les 10 derniers jours en moyenne, 17 560 cas et 183 morts au lieu de 18 400 cas et 130 morts. Royaume-Uni : 23 960 cas et 386 morts en moyenne, contre 22 240 cas et 321 morts. Espagne : sur les 10 derniers jours 18 120 cas en moyenne, et 285 morts au lieu de 19 550 cas en moyenne, et 347 morts. Suisse : 6 260 cas positifs par jour, contre 8 095 ; 915 décès au lieu de 716 dans les dix derniers jours. Belgique : le nombre de morts est stable mais les contaminations en forte baisse (193 morts / jour et 4 640 cas sur les 10 derniers jours contre 193 et 7 825), et Sciensano continue de clamer une amélioration en hôpital, la meilleure évolution en Europe parmi les pays très touchés. La Suède, sur les 10 derniers jours, 20,3 morts par jour en moyenne au lieu de 12, et 4 600 cas / jour au lieu de 3 800. États-Unis : 150 000 cas et 1156 morts / jour en moyenne sur les 10 derniers jours au lieu de 112 000 cas et 912. Ça devrait se calmer bientôt niveau tests, puisque Trump est en train de reconnaître sa défaite, par contre pour les morts, vu que c’est le pays number one dans le monde pour l’obésité, il y aura sans doute le nombre habituel de morts emportés par les maladies respiratoires de l’automne, comme en Europe… Brésil : 25 975 cas et 635 morts en moyenne sur les 5 derniers jours au lieu de 16 568 et 296 morts. Cela remonte, mais vu qu’il n’y a pas eu de chiffres pendant plusieurs jours, j’ai dû faire une moyenne sur 5 au lieu de 10 jours. À confirmer. Inde : au 17 novembre, on comptait 40 515cas et 487 morts en moyenne sur les 10 derniers jours au lieu de 49 900 cas et 593 morts au 10 novembre, soit à peu près 20 % de moins pour les deux chiffres, preuve irréfutable que l’hydroxychloroquine fait davantage mourir les gens. Rappel : début septembre, on était à 93 000 cas. À suivre…
Nombre total de cas et de morts au niveau mondial selon les chiffres de John Hopkins University (arrêté le mardi 17 novembre à 20 h45) : 55 333 374 cas et 1 332 390 morts (au lieu de 50 913 451 / 1 263 089). Progression comparée sur les dernières semaines : 4 419 923 cas et morts au lieu de 3 543 210, 3 563 773, 3 292 377, 2 375 717, 2 288 953, 2 064 243 et de 2 375 717 cas, et de 69 301, 53 917, 45 367, 43 802, 33 729, 35 767, 40 360 et 39 290 morts sur les 5 dernières semaines (dans l’ordre). Donc augmentation du nombre de morts de 28,5 % en une semaine au niveau mondial, après une hausse de 18,8 %, une hausse de 3,6 %, une hausse de 30 % et après une baisse de de 5,7 % et une baisse de 11 % les 5 dernières semaines, et hausse du nombre de tests positifs après une baisse la semaine dernière. Donc toujours trop tôt pour décider s’il s’agit d’une seconde vague, ou de la suite d’un « rebond », qui semble se dégonfler comme ballon de baudruche en Europe.
Tiens, au cas où vous vous rappelleriez la polémique bidon de la semaine dernière, des petits étrons contre Raoult disant chez Ruquier que le gel n’était pas important, que seul comptait l’alcool, un article publié ce jour le confirme amplement : « Un gel hydroalcoolique sur sept n’est pas efficace » : « Selon des tests menés en laboratoire par la répression des fraudes, 13 % des produits ne contiendraient pas assez d’alcool et ne seraient donc pas virucides, indique la DGCCRF. »
Raoult répond à Morandini ce jour après sa vidéo habituelle du mardi hier, ce qui n’empêche pas Morandini de clamer que « c’est la 1re fois que Raoult sort du silence depuis la plainte à l’Ordre des médecins contre lui ». Non, Morandini, il a pas besoin de toi pour causer, Raoult, surtout avec tes questions à la noix (enfin il est moins agressif que les autres tarés). Raoult évoque un complot politico-médiatique très haut-placé, en refusant de préciser quels sont les fils de putes qui veulent sa peau. Il déclare : « Dominique Martin, je pense qu’il est dangereux ». Sur le vaccin, il se contente d’expliquer que pour l’instant il n’y a pas de vaccin, juste « un jeu de bitcoins » qui fait gagner beaucoup d’argent à Bill Gates avec Moderna. C’est « de la science-fiction », et il rappelle qu’au début il a été le seul à ne pas croire à la « fable » du Remdésivir. Une vidéo de « Lettres it be » revient sur l’usurpateur BLA CHIER, et monde comment le type est toujours omniprésent sur les plateaux, prétend toujours être « médecin », sans que ce soient les journaleux qui l’invitent qui vérifient les infos, mais a quand même modifié sa présentation sur le site de sa start-up, retirant le terme « medical doctor », tiens, tiens… Je suis tombé aussi sur une vidéo datée du 10 nov. de François Asselineau racontant avec photos à l’appui, ce qu’il a constaté de notre Absurdistan dans un supermarché. Il montre un extrait de Bananas de Woody Allen, où un dictateur d’une république sud-américaine impose l’usage du suédois et le renouvellement des sous-vêtements toutes les ½ heures. Son analyse est intéressante : nous faire supporter des mesures tellement disproportionnées et absurdes qu’on sera tellement sidérés qu’on acceptera le vaccin obligatoire. Il évoque aussi l’utilisation de nano-particules dans les vaccins, et le puçage et le flicage des êtres humains. Mais cela peut-il changer quelque chose au délire de nos énarques ? Je crois qu’il faudrait utiliser l’ironie et envoyer à Castex un message ironique sur le site du 1er ministre du type : « Bravo M. Castex, vous tenez le bon bout, c’est vraiment en empêchant une nonagénaire de nager pour soigner ses rhumatismes, et surtout pas en décidant d’autoriser les médecins à soigner avec les médicaments de leur choix, que vous vaincrez cette épidémie. Continuez dans cette voie, et allez encore plus loin. » Je tombe sur une entrevue du Pr Toussaint qui date du 13 novembre. Il ironise sur la prévision délirante de 400 000 morts de Macron (avec un taux de mortalité de 0,5 %, cela voudrait dire que nous serions 80 millions d’infectés !), et fait état de nouvelles études à paraître au Pérou par exemple, et qui prouvent l’inutilité du confinement, sauf quand il était fait au tout début de l’épidémie, comme en Chine, à Taïwan, en Nouvelle Zélande. Une entrevue de Alexandra Henrion-Caude, généticienne, l’une des « complotistes » du film Hold-up par André Bercoff, le 16 novembre, rappelle le délire de conneries sorties par Macron le 28 octobre, avec ses 9 000 réanimations « quoi que nous fassions » et ses 400 000 morts, qui relèvent de la manipulation la plus méprisable, et les chiffres totalement faux de véran, de l’ordre de la fake-news la plus éhontée. Et ce sont les autres qui sont « complotistes » ! Qui nous débarrassera de cette bande de branquignols ? Qui mettra ces fous à l’asile avec une camisole avant qu’ils aient fini d’assassiner la France ? Qu’attendons-nous pour nous révolter ? Autant Alexandra Henrion-Caude que le Pr Toussaint expliquent que les départements ou régions les plus touchés actuellement sont ceux et celles qui avaient été le moins touchés auparavant. Cela explique que le virus est moins dangereux dans les régions où il a beaucoup circulé. Le confinement a joué le rôle d’un éteignoir qui n’a fait que reculer l’épidémie dans certains départements. Elle recommande de consulter le site Euromomo pour vérifier que dans la plupart des pays européens il n’y a eu aucune surmortalité cette année. Une vidéo courte d’Alexis Poulin sur Sud Radio explique le bidonnage des annonces purement financières sur les vaccins, sans la moindre étude médicale, alors que selon lui on a emmerdé le Pr Raoult pour bien moins que ça !
- Le 19 novembre, 21e jour de reconfinement. 78e jogging et 15e de reconfinement ce midi, canal de l’Ourcq. Je modifie ainsi mon parcours, et passe devant Bamako (Le Jardin d’Éole dans le XIXe), hallucinant dans un pays où les flics emmerdent une nonagénaire qui veut juste nager. Je trouve un article des « déconneurs » du Monde sur une étude de l’Insee montrant une surmortalité de 10 % depuis septembre par rapport à 2018 et 2019. On se demande pourquoi dans cette rubrique, puisqu’il ne s’agit pas de rechercher des infox, juste d’informer a priori sur la mortalité, à moins que justement le choix de cette rubrique soit un aveu qu’il s’agit de propagande ? Mais ce n’est pas sérieux ! Il faudrait comparer sur les 5 ou 10 dernières années, car on sait que les épidémies de grippe saisonnières sont très irrégulières selon les années, c’est de la manipulation de ne comparer qu’aux deux années précédentes, surtout quand on possède les données dans ses ordinateurs. La précédente étude de l’INSEE sur l’épidémie de mars-avril portait bien sur 2015-2020 [3]. Le choix de supprimer 2015-2017 et de ne conserver que 2018-2020 est donc un choix conscient, et c’est une manipulation, mais les prétendus « décodeurs » du torchon Le Monde, sont bien incapables de « décoder », puisqu’ils sont payés pour nous désinformer. Je reviens sur la fake news présidentielle des « 400 000 morts » si on ne fait rien. Une recherche Internet ne m’a mené que sur des articles qui justifient plus ou moins ce chiffre qui relève pourtant soit de la manipulation consciente soit du délire, soit d’une erreur de calcul de cours élémentaire. Le plus complet est celui-ci. Or la mortalité par rapport aux personnes infectées, incluant l’immense majorité de ceux qui sont totalement asymptomatiques, est plutôt de 0,5 % en moyenne, ce qui ferait donc 80 millions de Français pour ces 400000 morts, en comptabilisant « les femmes et les enfants », or on a vu que ce virus ne touche quasiment pas les moins de 20 ans… Donc quand tant de gens nous mentent délibérément, des scientifiques, des politiques, des journalistes, dont le but commun est d’imposer un vaccin qui n’existe pas encore mais pour lequel on va débourser des sommes considérables, moi j’appelle cela un complot. Reste à savoir quel pourcentage des sommes déversées pour le vaccin aura servi à corrompre ces gens. Tiens, un détail : sur les chiffres de contaminations d’hier, je trouve en allant sur Santé Publique France, « dont 4 219 liés à un rattrapage de données sur les semaines 20 à 46 par plusieurs laboratoires de biologie médicale ». Est-ce si nécessaire de les rajouter ?
Voici un nouvel extrait de La Peur en Occident (1978) de Jean Delumeau, dont je poursuis la lecture. Cela me rappelle l’exode du premier confinement, et les cris d’orfraies des journalistes de la délation contre les gens qui fuyaient l’Île-de-France : « Mais la recherche médicale actuelle s’interroge sur le « dogme du rat » en ce qui concerne la peste bubonique. Certes, l’histoire de cette maladie depuis les origines reste liée à celle du rat. Mais, en de nombreuses épidémies de peste bubonique, il semble que le facteur multiplicateur, le principal agent de transmission, aurait été, non le parasite murin, mais la puce de l’homme passant d’un hôte agonisant à un hôte en bonne santé. La mortalité n’aurait donc pas nécessairement impliqué un antécédent épizootique. D’où les ravages de la contagion dans les quartiers populaires où le parasitisme était le plus dense. Dès lors si les purgations et les saignées, si la crainte de la transmission du mal par les déjections des malades, si l’abattage d’animaux qui ne portaient pas de puces (cheval, bœuf, etc.) étaient sans objet, en revanche il était judicieux de brûler les tissus, notamment ceux de laine, dans les maisons contaminées. Et il est bien vrai qu’il fallait, si possible, fuir, ou à défaut, isoler et s’isoler. Cela d’autant plus que la peste bubonique donnait lieu souvent à une complication pneumonique secondaire. Le bon sens populaire avait donc raison à cet égard contre les « savants » qui refusaient de croire à la contagion. Et ce sont finalement les mesures de plus en plus efficaces d’isolement qui firent reculer le fléau » (p. 102). Le Pr Toussaint intervient à nouveau dans l’émission d’André Bercoff ce jour. Il rappelle que l’âge médian de décès dans la plupart des pays développés est plus élevé que l’espérance de vie (84 ans en France). Il évoque surtout l’étude qu’il a menée avec des chercheurs et médecins de l’Irmes, du CNRS, de l’AP-HP et autres, sur les effets des confinements sur la létalité, qui conclut en gros à l’absence totale de corrélation entre confinement et létalité (ce que répète Raoult depuis le mois de mai je crois). Information importante : les départements où cet épisode épidémique est le plus fort sont ceux où la première épidémie avait été la moins forte, ce qui irait dans le sens d’une immunité. Le Dr Gérard Delépine propose ce jour une autre interprétation pour France-Soir, un peu contradictoire car selon-lui plus le 1er confinement a été fort, plus ce 2e épisode épidémique est fort parce que justement les contaminations reprennent d’autant plus qu’il y en a moins eu la première fois. Le collectif ReinfoCovid publie une video collective qui nous rassure sur le rebond actuel en France en le comparant avec ceux des autres pays européens. Les « complotistes » nous apprennent à nous informer par nous-mêmes et à ne pas faire le jeu des labos pharmaceutiques. Ce qui est bien c’est qu’ils sont nombreux, et qu’ils contrebalancent la petite mafia des soi-disant experts. Mais pour les médias fascistes, bien sûr, et pour les politicards de merde que nous avons, ces soignants, qui témoignent à visage découvert et donnent leurs noms, ces gens n’existent pas. Il faut absolument terroriser la populace et couvrir d’or les fabricants de vaccins.
- Le 20 novembre, 22e jour de reconfinement. 79e jogging et 16e de reconfinement ce midi, canal Saint-Denis. Encore trois policiers municipaux de Paris à scooter qui me dépassent et dépassent sans rien faire deux rebeus manifestement en train de tirer un scooter volé. C’est juste l’endroit où je fais mon demi-tour, et à ce moment déboule une voiture de flics dont descendent trois ou quatre, dont un très bogosse qui me regarde et à qui je fais coucou. Ils se mettent à palper les rebeus. Je m’insurge contre cette discrimination : pourquoi moi, qui étais en infraction flagrante, n’ai-je pas le droit d’être palpé par un jeune flic sexy ? Le Figaro nous apprend que « le Pr Raoult porte plainte contre le vice-président de l’Ordre », le Dr Guillaume Gorincour, auteur d’une cinquantaine de tweets le dénigrant. « Cela est d’autant plus grave que le Dr Gorincour est vice-président du conseil de l’Ordre chargé de la communication et de la déontologie » ! Quand il parle de « complot », on commence à en voir les contours. Je ne vois qu’aujourd’hui la vidéo de l’espèce de passionaria de la censure macroniste, Ilana Cicurel, digne du grand Staline. Un grand moment d’amour de la liberté, recadrée par la journaliste de CNEWS (une certaine Sonia Mabrouk, excellentissime), heureusement. Putain c’est hallucinant ce que cette bande de mafieux de LREM n’a plus aucune pudeur dans son appel à la censure. Il faut absolument visionner ce grand moment de macro-stalinisme, pour savoir de quoi Macron est le nom. Elle se prend une rafale par un jeune représentant de Debout la France qui lui rappelle les Fake news délirantes de Ndiaye et de Véran, qui devraient la pousser à plus de modestie sur le thème de la vérité. Enfin cette pitoyable députée a fait pas mal de pub à Hold-Up en le qualifiant de « bombe complotiste »… Dans le même genre pitoyable, on a la petite copine à Véran, une certaine Coralie Dubost qui monte au créneau. Putain, c’est pas vrai comme ils sont chous à LREM ! Mais je vous rappelle que derrière les délires de ces crevures, il y a mort d’hommes et de femmes, non-assistance à personnes en danger. Une étude de Raoult a montré que l’hydroxychloroquine réduisait la mortalité de 50 % dans les EHPAD… Je vous laisse regarder les vidéos de cette Coralie sur Youtube, c’est vraiment révélateur de ce que sont ces vérans, ces macrons, ces castex… France-Soir nous apprend que l’Unicef a publié un rapport sur l’inutilité de la fermeture des écoles pendant l’épidémie, et même sa dangerosité : « « Si les enfants peuvent tomber malades et propager la maladie, ce n’est que la pointe de l’iceberg pandémique », a déclaré Henrietta Fore, directrice générale de l’UNICEF. « Les perturbations des principaux services et la montée en flèche des taux de pauvreté constituent la plus grande menace pour les enfants. Plus la crise persiste, plus son impact sur l’éducation, la santé, la nutrition et le bien-être des enfants est profond. L’avenir de toute une génération est menacé. » Tiens, tous les fonctionnaires internationaux ne sont pas corrompus par les vendeurs de vaccins ? La grande nouvelle du matin, c’est que l’OMS déconseille désormais le Remdésivir. Dans cet article de Radio-Paris « avec AFP », vous ne trouverez pas mention du Pr Raoult, ce « charlatan » qui dit depuis des mois que ce médicament est inefficace et dangereux. Alors l’UE a commandé pour un milliard de cette merde, avec nos impôts, et Raoult est un « charlatan ». Alors l’UE s’apprête à faire la même chose avec des vaccins qui n’existent pas, et on les laisse faire ? Qui met de l’argent dans les poches de ces décideurs ? Qui met de l’argent dans les poches de ceux qui ne nous informent pas ? En tout cas l’étau se resserre autour du cou de Dominique Martin et de ses amis, au sujet de la plainte de Raoult, car ce monsieur qui a refusé un RTU pour le protocole Raoult avait accordé une ATU pour le Remdésivir… Reste à savoir qui sont ses complices, dans le monde médical, dans le monde politique et dans la presse.
Nouvel extrait de La Peur en Occident (1978) de Jean Delumeau : « Autrui est dangereux surtout si la flèche de la peste l’a déjà atteint : alors ou bien on l’enferme en sa maison, ou bien on l’évacue en hâte vers quelque lazaret situé hors les murs. Quelle différence avec le traitement réservé en temps ordinaire aux malades que parents, médecins et prêtres entourent de leurs soins diligents ! En période d’épidémie au contraire, les proches s’écartent, les médecins ne touchent pas les contagieux, ou le moins possible ou avec une baguette ; les chirurgiens n’opèrent qu’avec des gants ; infirmiers déposent à longueur de bras du malade nourriture, médicaments et pansements. Tous ceux qui approchent les pestiférés s’aspergent de vinaigre, parfument leurs vêtements, au besoin portent des masques ; près d’eux, ils évitent d’avaler leur salive ou de respirer par la bouche. Les prêtres donnent de loin l’absolution et distribuent la communion au moyen d’une spatule d’argent fixée à une baguette qui peut dépasser un mètre. Ainsi les rapports humains sont totalement bouleversés : c’est au moment où le besoin des autres se fait le plus impérieux – et où, d’habitude, ils vous prenaient en charge – que maintenant ils vous abandonnent. Le temps de peste est celui de la solitude forcée » (p. 114). À lire sur la tombe des vieux que Véran, Philippe et Macron ont laissés crevés en interdisant à leurs proches de les approcher.
Rémy de Lettres It Be publie une bonne analyse vidéo de Hold-Up. J’apprécie sa petite phrase sur la musique dramatisante du docu : « O dirait un discours de Sibeth N’Diaye » ! Il reprend les propos d’Alexandra Henrion-Caude sur le fait que le mot « complotisme » a été la principale accusation contre les nazis lors des procès de Nuremberg, donc quand Wikipédia qualifie d’entrée ce film de « documentaire complotiste », comme si c’était sa nature, c’est grave. Je découvre un article de France-Soir datant d’un mois, sur le fait que « six associations et groupes de citoyens ont déposé un recours en annulation contre le règlement européen concernant le vaccin ». Espérons qu’ils empêchent ce nouveau scandale sanitaire qui serait irréversible. France Soir publie un document essentiel, le rapport des auditions au Sénat étasunien de « la commission d’enquête sur les traitements ambulatoires contre la Covid-19 » qui se sont tenues hier. Le Pr Harvey Risch, professeur d’épidémiologie à l’Université de Yale, dont il a été souvent été question dans mon journal, a défendu vaillamment l’usage de l’hydroxychloroquine en ambulatoire. Petit à petit, malgré les pressions des labos, l’étau se resserre contre les mafieux qui ont disqualifié ce traitement pour favoriser les gains de Gilead et autres fabricants de vaccins. France-Soir et l’association Bon Sens publient un sondage sur la façon dont les Français perçoivent la crise. Les questions sont souvent orientées et complexes (donc incompréhensibles pour un public populaire), mais les réponses sont révélatrices de l’état larvaire d’une bonne partie de la population que la désinformation massive des médias fascistes a laissée en état de sidération. Ils ont gobé à 50 % la charlatanisation de Raoult, et ne sont que 25 % à être « choqués » par l’interdiction de prescrire (mais la question est trop alambiquée pour que la réponse soit significative). Une tribune sur « le port du masque facial en population générale » de Guillaume Basquin, rapporte de nombreuses études qui prouvent son inutilité ou sa nocivité. Rien à voir mais il cite un article de recherche (en anglais) sur la situation au Japon selon lequel la moitié des Tokyoïtes seraient contaminés mais avec une mortalité extrêmement faible sur laquelle l’étude émet des hypothèses. Pendant cela la presse d’État glose sur, je cite, « l’efficacité du confinement » et sur « l’espoir du vaccin ». Dormez, citoyens ! Ce soir, Le Figaro donne la liste des cracheurs et cracheuse contre qui Raoult a porté plainte pour diffamation. Eh oui, les filles, à force de l’attaquer, le ver dit : « nous nous redressons, quand on nous marche sur la queue ». Et dire que ces chacals ont osé l’accuser de « violation de la confraternité », lui qui a subi à longueur de journée, insultes, dénigrement et menaces de mort ! En fait il est en train d’éplucher les dossiers de ses cracheurs en remontant les semaines… et à mon avis le dossier Remdésivir va lui donner d’autres idées. Nouveau « debriefing » de Xavier Azalbert, des Dr Alexandre Wolkoff et Dr Silvia Fonseca, médecins au Brésil, qui font état de leur expérience de l’hydroxychloroquine auprès d’un grand nombre de patients au Nord-Est du Brésil, en lien avec le Pr Harvey Risch aux États-Unis. Leur étude rétrospective est en béton, mais bien sûr, les médias fascistes ne jetteront pas un œil là-dessus, par plus que sur le dossier Remdésivir, qui n’est quasiment pas traité. En tout cas je ne répéterai jamais à quel point il faut remercier Xavier Azalbert de son travail unique en France. À lui seul il comble le travail que refusent de faire les médias fascistes. Sans lui, on ne saurait rien en France de cette expérience unique au monde, qui confirme l’utilité de ce médicament que nos élites veulent continuer à ignorer, quitte à être jugé d’ici une dizaine d’années pour complicité de meurtre.

Et voici un visuel envoyé par ma tante, mais dont je ne connais pas la référence, même si sur la photo est écrit « Rires en vrac » (ça ressemble à un groupe Facebook ; je n’y ai pas accès). Je plussoie.
- Le 21 novembre, 23e jour de reconfinement. 80e jogging et 17e de reconfinement ce midi, canal de l’Ourcq. Il commence à faire frais ; vivement que la dictature sanitaire rouvre les piscines. La Provence nous informe que « Didier Raoult ne sera pas inquiété pour les essais cliniques de son protocole contre le Covid-19 menés à la Timone. “Après analyse des magistrats du pôle de santé publique”, les infractions dénoncées par un confrère infectiologue ne sont “pas suffisamment constituées”, a indiqué le parquet de Marseille à La Provence. Le signalement affirmait notamment que des patients auraient reçu le traitement associant l’hydroxychloroquine et l’azithromycine sans bénéficier d’un consentement libre et éclairé, comme le veut la loi ». L’étau se resserre donc plutôt sur les cracheurs et les délateurs. Qu’ont-ils fait auprès des malades ? Rien : ils sont donc innocents, ces fils de putes. Selon La Libre, la situation s’améliore toujours en Belgique. Hospis / rea : 5418 / 1249, cas positifs sous les 4000 / jour. L’État macronien avance toujours dans ses lois liberticides, alors que la liberté constitutionnelle de manifester est de fait supprimée par un état d’urgence que plus rien ne justifie. Un prétendu « conseil de défense » prend des décisions arbitraires non contrôlées par le législatif, comme si nous étions en guerre, alors que rien ne le justifie qu’une pénurie de lits d’hôpitaux, dont le pic est dépassé depuis plusieurs jours. Appelez cela comme vous voulez, pour moi c’est la dictature. Et cette fausse « guerre » nous empêche de voir les vraies. Admirable article de Michel Onfray de retour du Haut-Karabagh sur le site de Front Populaire, le 20 novembre. Pardon, du « souverainiste Michel Onfray, qui fait le jeu de l’extrême-droite ». Pour lui, c’est la continuation, sous la houlette d’Erdogan, du génocide arménien. Citation : « Si le COVID a été présenté de façon martiale et répétée comme une guerre par le président de la république française, quand verra-t-il qu’une autre se profile en regard de laquelle le virus ne ferait pas le poids ? Oui, quand ? » J’ajoute un extrait sur une combattante arménienne :
« Ici Antigone est arménienne. Et nous l’avons vue. Elle se nomme Meri. Elle est lieutenant dans l’armée arménienne et, alors que cette bataille pour le Karabakh est perdue, elle affirme qu’ils ont gagné et vont gagner. Je lui dis que, certes, ils sont courageux et valeureux mais que la victoire ne s’est pas faite à l’ancienne avec ces vertus-là dont on se moque en face, mais avec une supériorité technologique et que, leçon de l’appel du 18 juin du général de Gaulle, la reconquête ne pourrait se faire que par une force mécanique supérieure. Or, on ne voit pas quels alliés pourraient aujourd’hui entrer dans ce combat de civilisation susceptible de devenir guerre mondiale en choisissant la ligne claire d’un axe civilisationnel occidental.
Dans un sourire radieux, avec un regard gris vert qui pétille, ses longs cheveux noirs sur les épaules, elle dit qu’ils ont déjà gagné. Elle sait que, si elle devait être faite prisonnière par les Azéris, elle serait torturée, violée, puis tuée. Elle redouble de sourire et de vitalité, elle manifeste plus d’énergie encore et fait savoir qu’elle combattra jusqu’au bout de ses forces et que la dernière balle de son arme sera pour elle. C’est sa façon sublime et désespérée, tragique et fataliste, de dire qu’elle ne craint plus ni la peur ni la mort, qu’elle est déjà de toute façon de l’autre côté et que, de cet au-delà qui est son ici-bas, elle oppose une force qui est celle de son pays qui, de ce fait, ne sera jamais vaincu. C’est à pleurer de tant de grandeur d’âme et de tristesse à voir cette femme et ce peuple sans autres peuples pour les rejoindre dans leur combat de civilisation. Je me dis qu’elle doit être mariée, avoir des enfants… Un fois notre échange terminé, elle rejoint un homme armé et en treillis : c’est son compagnon. Ils partent tous les deux dans les rues de la ville, ils portent l’Arménie sur leurs épaules, elles ont puissantes comme celles d’Atlas. Mais cela ne saurait suffire ».
La fiction d’une « guerre » contre un virus qui n’est en réalité pas grand-chose dans l’histoire des épidémies, et l’hypertrophie des commentaires sur le regretté Samuel Paty, nous permettent de ne pas voir les monceaux de têtes chrétiennes coupées par les Azéris. Onfray explique que les reporters du guerre qu’il a croisés se voient refuser leurs photos et leurs articles, même gratuitement. Pendant ce temps la macronie fait voter des lois pour empêcher la presse de publier des photos de flics. Mais quelle « presse » ? L’AFP dirigée par un énarque ? La presse, dorénavant, ce sont les réseaux sociaux, et ce sont eux qui sont visés par cette loi liberticide. Que dit la presse, elle qui crache sur Onfray, sur ce nouveau génocide aux portes de l’Europe ? Il faut absolument faire circuler l’article de Onfray un article publié « à bon escient » (ce bon vieil arménien) pour nous rappeler nos (compr) omissions.
Quand je lis les titres des articles de la « presse » d’État, cela me terrifie à quel point ils servent le discours officiel en dépit de toute évidence. Ils semblent avoir oublié que lors du 1er déconfinement, tous les cris d’orfraie des épidémiologistes de plateaux télés se révélèrent faux sur toute la ligne. Il n’y eut pas le moindre frémissement de la courbe en cloche quoi qu’on fasse (il fallait les entendre vouer aux gémonies les jeunes qui se réunissaient pour la fête de la musique ou je ne sais quoi), de même qu’en septembre, quelque mesure qui fût prise, il n’y eut pas le moindre frémissement à la baisse, jusqu’au pic naturel, qui fut atteint avant même le « reconfinement ». Ces mesures sont aussi efficaces que les miettes de pain de Nasr Eddin Hodja contre les tigres, sauf que autant on exige du Pr Raoult qu’il fournisse des preuves pseudo-scientifiques de l’efficacité de son traitement alors qu’il suffit d’observer les résultats magnifiques au sein de son IHU et de nombre d’hôpitaux et de généralistes dans le monde, autant on refuse de serait-ce que de signaler l’existence des études scientifiques publiées qui concluent à l’inutilité voire la nocivité des mesures de confinement. Je suis allé me balader pour profiter du soleil (en cochant la case 2 avec mon petit panier à la main : je suis un délinquant). J’ai pénétré à l’intérieur des Jardins d’Éole, pour constater l’état de déliquescence du quartier (cela dit c’est grâce à cela que j’ai pu acquérir un logement à Paris, mais cela n’a fait qu’empirer depuis). J’ai déjà décrit le principal plus haut, mais là je suis allé à l’extrémité sud du parc, où sont installés des agrès de gymnastique. Je regrette de n’avoir pas emporté mon smartphone, car cela valait la photo. Une sorte de camp d’entraînement djihadiste, 100 % masculin, interdit de fait aux femmes (les militant.e.s khmèr.e.s-la-pudeur ne sont pas là). Aucun précaution sanitaire, alors que les salles de gym sont fermées. Dès fois que des citoyens solvables pourraient gagner leur vie, et les contribuables normaux veiller à leur bien-être en toute sécurité… À part ça je dois avouer à la face du monde que je suis un délinquant : j’ai acheté au supermarché environ une livre de pommes de terre bio. En vérifiant mon ticket, j’ai lu « Ramboutan », 0,78 €. J’ai compris ce qui s’est passé : la personne précédente avait dû peser ces fruits, puis renoncer et laisser son ticket, que j’ai récupéré à la place du mien sans regarder… et me voilà coupable. Pour une fois je suis passé à une caisse humaine, donc sans pesée de vérification, sans quoi mon forfait eût été dévoilé par force sonneries. Je ne suis pas allé réclamer de payer la différence, car dans ce même magasin hier par exemple, j’avais acheté un potimarron affiché en promo, et le prix à la caisse était à 1 € de plus. Alors bon an, mal an, ils sont gagnants…
L’avocat des producteurs du film Hold-Up, Alberto Brusa, s’exprime sur Putsch media le 19 novembre. L’équipe du documentaire Hold-Up pourrait lancer des actions en justice pour diffamation et injures ! Il explique que Vimeo a retiré le film, mais aussi bloqué les droits. Il appelle à la révolte, et explique que nous sommes en dictature. Ce n’est donc pas moi qui le dis. Nouvelle vidéo du Pr Raoult publiée un samedi (fait rare), intitulée « Chute brutale de la circulation du virus à Marseille ». Graphique à l’appui, il confirme l’absence d’effet des mesures sociales (fermeture des restaurants, confinement) « sur l’évolution de l’épidémie, qui a donc d’autres raisons pour évoluer ». Il cite les travaux du Pr Toussaint, il évoque les différents variants du virus qui circulent. Il termine avec sobriété en rapprochant l’effondrement de la fable du Remdésivir et le scandale du Lancetgate, qui sont les deux faces du même désastre.
- Le 22 novembre, 24e jour de reconfinement. 81e jogging et 18e de reconfinement ce midi, canal Saint-Denis. RAS. Étant donné que nous sommes 7 jours après la mi-novembre, et que l’épidémie semble dans une dynamique de régression vertigineuse, je reviens à nouveau en reprenant mon article sur les fake news, sur le « Quoi que nous fassions, près de 9 000 patients seront en réanimation à la mi-novembre » de Macron le 28 octobre. Il est très amusant de lire a posteriori la « vérification » de Mathieu Lehot pour France Info, un vrai journaliste d’investigation qui sait quelles sont les meilleures sources (surtout pas Raoult ni Toussaint) : « VRAI. Ce chiffre est issu des dernières projections mises à jour par l’Institut Pasteur. Dans un rapport soumis mardi au conseil de défense, que le journal Les Echos a pu consulter, les modélisateurs estiment que les patients atteints du coronavirus pourraient occuper plus de 40 000 lits d’hospitalisation et plus de 9 000 lits de réanimation à la mi-novembre ». Vous notez le passage du conditionnel « pourraient » au futur « seront » dans le discours de l’énarque. En réalité, à la mi-novembre, le chiffre des réanimations ne dépassa pas la barre des 5000, puis a baissé régulièrement (sans préjuger de la suite). Pourtant, aucun membre des « conseils scientifiques » ne présentera sa démission ou ne sera foutu dehors à coups de pied au cul pour avoir, à deux semaines de distance, cru à des modélisations aussi bidon… Pourtant, il est à peu près sûr que Macro ne présentera pas ses excuses pour cette fake news visant à nous terroriser. Pourtant, quand Jean-Dominique Michel parle de « gouverner par la peur » dans Hold-Up, il et « conpirationniste »… Au contraire, le délire semble continuer. Ce dimanche matin, La Libre annonce à ma fois la continuation de l’amélioration spectaculaire en Belgique (on devrait bientôt repasser sous les 5000 hospitalisations), et une annonce délirante de la ministre de la Gestapo : « La ministre de l’Intérieur met en garde les Belges : "Si nécessaire, la police sonnera aux portes à Noël" ».
J’ai terminé la lecture du long chapitre consacré à la peste dans La Peur en Occident (1978) de Jean Delumeau. En voici une dernière citation : « À quelques divergences de détail près, tous ces praticiens enseignent finalement la même chose : on évitera mieux la peste si on ne cède pas à la frayeur, si l’on s’arme de bonne humeur et d’une forte dose de sérénité stoïcienne. Mais ce sont là propos et conseils d’une élite intellectuelle et morale. Une foule ordinaire n’a cure de stoïcisme et ce n’était pas par optimisme que certains s’abandonnaient à la boisson et à la luxure. Toutes les chroniques d’épidémie mentionnent en effet ,comme une constante ,le comportement de gens qui, en période de contagion, versent avec frénésie dans les excès et les débauches. « Chacun se livra, écrit Thucydide, à la poursuite du plaisir avec une audace qu’il cachait auparavant. » » Vous trouverez sur le site du Rotary de Lausanne une lecture de ce livre par Pierre Aepli, en lien avec notre petit virus.
J’ai le devoir de vous annoncer une terrible nouvelle, qui prouve que le Covid est une terrible maladie qui doit entraîner l’arrêt immédiat de toutes les économies : « Le chef de l’église orthodoxe serbe à son tour décédé du covid-19 ». Âgé d’à peine 90 ans, ce jeune prêtre qui, je cite, « avait dénoncé la Gay Pride de Belgrade comme étant « immorale » et « imposée par le lobby homosexuel et leurs mentors d’Europe » occidentale », est crevé du Covid alors qu’il allait courageusement malgré son jeune âge et ses comorbidités, célébrer des messes et serrer les mains des fidèles et les embrasser à pleine bouche. Vite : il faut imposer un vaccin obligatoire à toute la population mondiale ! Vite : dénonçons l’irresponsabilité des jeunes qui ont fait des pique-niques et des rave-parties cet été : ce sont eux les coupables, ils ont assassiné ce jeune prêtre. Raoult, complice !
Je trouve hallucinant la façon dont les journaleux fascistes traitent, avec plusieurs jours de retard, l’info qui les a bien emmerdés, de l’OMS déconseillant le Remdésivir en novembre, alors que depuis juillet Raoult expliquait que ce poison coûteux était nocif : « c’est, paradoxalement, aussi une défaite pour les théories complotistes autour de l’hydroxychloroquine » nous expliquent ces connards ! Ah ouais, alors que « nous sommes en guerre », l’OMS qui n’a pas perdu une minute avant d’interdire l’hydroxychloroquine à partir d’une étude bidon du Lancet en mai, perd quatre mois pour déconseiller ce poison coûteux, de façon à laisser entretemps Gilead s’en foutre plein les poches avec la complicité de l’UE et de tas de salopards dans le complexe des rapports mafieux entre labos et administration de la santé en France, et cela irait à l’encontre des affirmations de Raoult ! Non mais laissez-moi rire. Combien L’Express a-t-il touché de pages de pub de Gilead, comme Le Parisien (cf. ci-dessus) pour oser publier de telles conneries ? Quand les andouilles voleront, vous serez chefs d’escadron ! Je signale à peine une émission d’une demi-heure ce jour sur Sud -Radio confrontant le Blachier au Dr Louis Foucher. Les journalistes ont demandé aux deux, au bout de plusieurs minutes d’émission (j’avais envoyé un message en ce sens, mais je ne sais pas si c’est ce message qui les a rappelés à l’ordre) d’évoquer leurs conflits d’intérêt. Blachier a récité sa leçon, et a évoqué, je cite, « mon internat en médecine », mais les journalistes n’ont à aucun moment posé les questions précises que les blogueurs posent depuis des semaines. Décidément sur Sud Radio, tout le monde n’a pas le niveau Bercoff !
- Le 23 novembre, 24e jour de reconfinement. Pas grand chose à dire après 8 h de cours ! Il y a eu des manifs d’indépendants dans plusieurs villes de France, passées sous silence par les médias d’État. Les mêmes médias nous amusent avec des « santons » à l’effigie de Raoult, au lieu d’enquêter sur le scandale hydroxychloroquine / Remdésivir. Nouveau « debriefing » proposé par BonSens / France-Soir par Xavier Azalbert de Philippe Herlin, économiste. Les chiffres en Europe, sauf en Italie, sont toujours très positifs, et Santé Publique France reste très opaque sur les chiffres, ne donnant pas clairement l’évolution des réanimations et hospitalisations, mais juste le nombre de réanimations par semaine, ce qui ne permet aucune comparaison. Le taux de positifs continue à baisser (sous les 14 %), et sachant que c’est un taux à 7 jours glissants, il est sûr que le résultat du dernier jour est encore plus positif. Belle nouvelle de ce jour, des publicitaires ont enfin les couilles que n’ont pas les journaleux, de se foutre de la gueule des crétins qui nous gouvernent avec des slogans moqueurs. Bravo ! Moi qui suis un antipub patenté, je vais me convertir…
Excellente émission de Bercoff ce 23 novembre, qui fait le point sur l’escroquerie du Remdésivir, et nous fait réécouter les propos de cette crapule de Martin Blachier stipendié par Gilead, qui faisait le VRP pour ce poison contre l’hydroxychloroquine ! Il interroge brièvement Me Fabrice Di Vizio, l’avocat du Pr Raoult. Celui-ci explique qu’il est scandaleux qu’on fasse chier Raoult alors qu’on n’emmerde pas Blachier qui faisait la promo du Remdésivir.

La communication gouvernementale en Macronistan.


- Le 24 novembre, 25e jour de reconfinement. Grande nouvelle aujourd’hui, pour la première fois depuis le mois d’août je crois, le nombre de personnes hospitalisées en Italie a cessé de croître, il a baissé de 120, mais le nombre de réa a augmenté de 6. Le maximum atteint entre hier et aujourd’hui est donc respectivement de 34697 / 3816. Espérons que cette baisse se confirme. Si l’on compare avec la Belgique, où c’est en baisse avec 5076 / 1168, on constate des ratios totalement différents, de 1 pour 4, en Belgique, et de 1 pour 9,1 en Italie. On ne parle pas de la même maladie à mon avis, mais ne comptons pas sur la presse mainstream pour faire une enquête sur cette différence : seules les nouvelles qui peuvent favoriser la peur et les actions de Pfizer les intéressent. Je ne parlerai pas de l’allocution de macron. Ce niveau de connerie délirante me donner seulement envie de vomir. Putain encore un an et demi à subir ça… Révoltons-nous ! Comme le conseillent depuis longtemps Didier Raoult et Alexandra Henrion-Caude, vous pouvez vérifier par vous-même la réalité des choses en ce qui concerne la mortalité et la « seconde vague » sur le site « euromomo », qui recense les données officielles sur la mortalité des pays européens. Vous pourrez constater que dans la plupart des pays, concrètement il n’y a eu ni première, ni « seconde vague », et que rares sont ceux où il y a eu un truc qui ressemble à une « seconde vague ». Cela interroge vraiment sur la réalité d’une « pandémie », et il faut espérer que dans les semaines ou les années qui viennent, les chercheurs relient ces données aux données sur les mesures prises par les États concernés, notamment l’interdiction ou la recommandation de l’hydroxychloroquine / azithromycine. Il sera alors temps de juger les responsables, et d’envoyer en prison ceux qui le mériteront. Le Dr Louis Fouché fait le point chez Morandini, de la problématique du vaccin et des conflits d’intérêt, en 12 minutes, avec beaucoup de difficulté face à un type qui a un QI de 1 ou 2. Le Pr Philippe Brouqui fait le point pour l’IHU de Marseille sur le scandale du Remdésivir. Occasion de signaler une anecdote qui m’a troué le cul aujourd’hui au lycée : des collègues m’ont mouché alors qu’on parlait du Covid. L’un deux, prof de physique, me dit que Raoult, quand même, il ne peut pas avoir raison seul contre tous. Putain le gros con ! Galilée, pas entendu parler, ni Hugo, ni Zola, ni L’ennemi du peuple d’Ibsen… Et je suis vraiment scotché que des enseignants, l’élite de la nation, s’imaginent encore en novembre 2020, que Raoult soit « seul » ! Hallucinant ! C’est en fait le signe que la propagande fasciste organisée par les vérans, les macrons et autres énarques et mafieux stipendiés par Gilead et compagnie, ça marche. J’ai donc décidé de contre-attaquer, et de tenter la réinformation de mes pauvres collègues. Et d’agir à mon modeste niveau, en suivant par exemple les recommandations de Reinfocovid pour le soutien à un collègue enseignant-chercheur à l’université d’Aix-Marseille suspendu de cours parce qu’il a refusé de porter le masque. J’ai envoyé des mails courtois aux responsables de l’université, sur le conseil du Dr Louis Fouché, pour leur montrer que ce collègue n’est pas seul, et que je le soutiens dans son combat contre la dictature sanitaire. Libre à vous de faire de même, mais vraiment, si vous avez le temps, merci de le faire. Vous ne risquez rien, et notre soutien, goutte d’eau par goutte d’eau, permettra de vaincre cette dictature sanitaire en leur montrant que nous ne sommes pas dupes de leurs mensonges et de la corruption des labos pharmaceutiques.
- Le 25 novembre, 26e jour de reconfinement. 82e jogging et 19e de reconfinement ce midi, canal de l’Ourcq. RAS. Je ne sais pas si leur limite de 1 km tient encore avant les 20 km évoqués par le dictateur, mais je m’en fous. Nouveau point statistique. Le point de comparaison est le mardi 17 novembre (source : Eficiens). France : sur les dix derniers jours, 599 morts par jour en moyenne et 19 920 cas / jour au lieu de 610 morts et 28 800 cas par jour. Le taux de positivité des tests est descendu de 16,2 % à 13,1 % (sur 7 jours glissants), sans précision hier sur le pourcentage de tests PCR / antigéniques, mais les jours derniers j’avais vérifié qu’il y avait bien plus de PCR. Italie : les chiffres d’hospitalisations ont donc enfin cessé d’augmenter à la date historique d’hier 24 novembre, après un maximum le 23 nov., à 34 697. Morts : 662 par jour ; 31047 nouveaux cas par jour, au lieu de 540 morts / jour et 33 560 cas. Confirmation de ce que je disais la semaine dernière, on a enfin dépassé le pic, en retard sur le reste de l’Europe, pour des raisons inconnues… Allemagne : sur les 10 derniers jours en moyenne, 16 346 cas et 232 morts au lieu de 17 560 cas et 183 morts. Royaume-Uni : 19 470 cas et 408 morts en moyenne, contre 23 960 cas et 386 morts. Espagne : sur les 10 derniers jours 13 625 cas en moyenne, et 263 morts au lieu de 18 120 cas en moyenne, et 285 morts. Suisse : 4314 cas positifs par jour, contre 6 260 ; 957 décès au lieu de 915 dans les dix derniers jours. La Suède, sur les 10 derniers jours, 30,5 morts par jour en moyenne au lieu de 12, et 4 382 cas / jour au lieu de 4 600. Belgique : le nombre de morts et de contaminations sont en baisse (163 morts / jour et 3 052 cas sur les 10 derniers jours contre 193 et 4 640), Sciensano continue de clamer une amélioration en hôpital, on est passé sous la barre des 5 000 hospi (4823) et 1106 réa. Taux de positivité des tests identique à la France : 13,3%. États-Unis : 169 000 cas et 1 432 morts / jour en moyenne sur les 10 derniers jours au lieu de 150 000 cas et 1156. Là aussi, cela devrait se tasser dans les deux prochaines semaines, en tout cas l’augmentation est loin d’être exponentielle. Brésil : 31 764 cas et 511 morts en moyenne sur les 5 derniers jours au lieu de 25 975 et 635 morts. Plus de cas, moins de morts, et grâce à l’hydroxychloroquine sans doute, on est bien loin des records enregistrés aux États-Unis. Inde : au 24 novembre, on comptait 37 060 cas et 460 morts en moyenne sur les 10 derniers jours au lieu de 40 515 cas et 487 morts au 17 novembre, donc en légère baisse après une forte baisse. À suivre…
Nombre total de cas et de morts au niveau mondial selon les chiffres de John Hopkins University (arrêté le mardi 24 novembre à 20 h50) : 59 508 339 cas et 1 403 513 morts (au lieu de 55 333 374 cas / 1 332 390). Progression comparée sur les dernières semaines : 4 174 965cas et 71 123 morts au lieu de 4 419 923, 3 543 210, 3 563 773, 3 292 377, 2 375 717, 2 288 953, 2 064 243 et de 2 375 717 cas, et de 69 301, 53 917, 45 367, 43 802, 33 729, 35 767, 40 360 et 39 290 morts sur les 6 dernières semaines (dans l’ordre). Donc forte baisse des contaminations et légère augmentation du nombre de morts de 2,6 % en une semaine au niveau mondial, après une hausse de 28,5 %, une hausse de 3,6 %, une hausse de 30 % et après une baisse de de 5,7 % et une baisse de 11 % les 6 dernières semaines. Donc toujours pas de « seconde vague », surtout avec la baisse spectaculaire des tests positifs en Europe.
L’article de l’AFP sur le blabla macronien me fait pisser de rire : « Pour les tests, le chef de l’État promet en janvier un délai maximum de 24 heures pour les résultats, dont la lenteur a fait échouer jusqu’ici la stratégie de dépistage et d’isolement des malades. » Je traduis : en janvier (quand il n’y aura plus de virus et que plus personne ne se fera tester), les branquignols de la médecine feront aussi bien que ce que fait depuis début septembre l’IHU de Marseille. L’essentiel est de prendre des mesures totalement bidon alors que l’épidémie régresse, de façon à pouvoir se glorifier façon Mouche du coche : « c’est grâce à nous ! ». « Il a rappelé l’importance d’utiliser l’application TousAntiCovid, déjà téléchargée par « près de 10 millions » de Français, c’est-à-dire si je me souviens bien autant que le premier jour, et d’après ce que j’ai constaté, uniquement pour faire les attestations rapidos. Aucun mot sur le nombre de « cas contacts » signalés par ces dix millions d’utilisateurs. Bref, il continue à nous prendre pour des cons. Le chiffre de 30 personnes maximum dans les lieux de culte entraîne des protestations, et devrait être remonté. J’imagine le tableau si les gens s’en branlent de ces restrictions, une évacuation d’église ou de mosquée parce que les gens seraient un peu plus nombreux… et des plaintes de flics parce que les fidèles les auraient filmés en train de traîner une religieuse sur les dalles d’une église… Mais c’est devenu quoi ce pays ?
Excellent article du Collectif citoyens de France-Soir : « Quand la démocratie devient un complot… », dont je cite la conclusion qui est ma conviction depuis que j’ai démasqué ces nuisibles : « Et quand la démocratie devient un complot, c’est que le fascisme est à notre porte et nous emportera tous : et sans doute vous les premiers. » Bercoff a invité Alain Houpert, Sénateur de la Côte-d’Or, médecin radiologue, pour commenter les annonces du dictateur Macron. À écouter absolument car il dénonce les médias mainstream qui sont pour lui redevenus l’ORTF. Moi je dis Radio-Paris.
Deux nouvelles videos du Pr Raoult ce soir, « Reconnaitre les patients à risque pour sauver des vies », et « Épidémies et frontières / COVID-19 et égouts ». L’observation du taux de virus dans les égouts corrélé aux mesures sociales est éclairante : le confinement a fait brusquement redémarrer la contamination alors que cela commençait à baisser ! Voici ce document extrait de la vidéo pour vous :

Traces du virus dans les eaux usées : le confinement augmente le taux de virus !

François Asselineau réagit au discours sadique de Macron dans une nouvelle vidéo de ce jour. Il est très bon mais un peu long (31’). Il insère juste avant la minute 14, un extrait de Véran à l’Assemblée, qui expliquait que pour la grippe c’était le confinement qui augmentait la contamination, qu’elle cessait au printemps quant on sort ! Il insiste sur le fait que la carence en vitamine D a été prouvée comme déterminante, et que le fait d’empêcher les gens de sortir constitue un « crime ». Il conclut en se demandant comment on va supporter ce type pendant encore 18 mois. Il le compare au serpent hypnotiseur dans Le Livre de la jungle version Walt Disney. Il oublie de remarquer que sauf erreur, alors que ce dictateur à la tronche de serpent nous avait fixé un objectif à moins de 5000 nouveaux « cas » par jour, alors que même avec leurs tests bidons, cet objectif est à portée de pistolet à eau du fait de la baisse spectaculaire des cas partout en Europe, il n’y a plus aucun objectif, sauf pousser au suicide et à la faillite un tiers des restaurateurs français. De plus, comme une grande partie de ces prétendus « cas positifs » sont en fait des faux positifs (sauf la proportion de tests antigéniques qui entraîne plutôt des faux négatifs), l’effondrement du nombre de cas positifs réels est plus grand que l’indiquent ces chiffres bidons.
Je remarque que bien que les intellectuels et journalistes français à s’être rendus au Haut-Karabach se comptent non pas sur les doigts de la main gauche de Django Reinhardt mais sur les moignons de Blaise Cendrars, Michel Onfray n’a sauf erreur été interviewé jusqu’à présent par aucune télévision française. C’est un complotiste, il est vrai. Demandons plutôt son avis à… allez, Michel Drucker au hasard, sur le sujet. Un type pas complotiste aura sans doute un meilleur avis.

- Le 26 novembre, 27e jour de reconfinement. 83e jogging et 20e de reconfinement ce midi, canal Saint-Denis. Des flics contrôlent deux djeunes en scooter, au coin du pont du périphérique, je passe devant. Le nouvel ausweis du Macronistan est-il paru ? Entendu ce matin sur Radio-Paris, non pas Didier Raoult, mais François Bayrou, qui nous expliquait non pas qu’il faudrait autoriser l’hydroxychloroquine pour soigner les gens, mais qu’il faut interdire et réprimer les gens infectés qui ne se confinent pas. Ces pauvres idiots n’ont toujours pas compris que c’est de cette façon que les gens vont avoir peur de se faire dépister. Ils ont oublié l’histoire des « sidatoriums ». Pour que les gens se fassent dépister d’une maladie, il faut les mettre en confiance, pas les menacer du gendarme !
Je découvre le blog de Marugil sur Médiapart qui a développé le concept de Macronistan, et auquel j’emprunte cette magnifique illustration d’une affiche pour apposer au-dessus de votre cheminée (existe aussi en papier-cul).

Un chromo à afficher dans tous les foyers complotobhobes.

Je signale un article très intéressant de France-Soir sur la contamination par les fruits et légumes. On nous amuse avec les masques inutiles, alors que la contamination par les mains sur les fruits, et sur les fruits qu’on avale, c’est bien plus évident. Les restaurants qui sont fermés, ce sont eux qui justement nettoient toujours les fruits avant de les utiliser, ce qu’on ne fait pas à la maison. Pendant ce temps les nombreuses manifestations en France sont soumises à l’omerta de la presse fasciste. J’apprends que ces énarques qui nous dirigent semblent avoir décidé de maintenir l’interdiction de plus de 30 personnes dans les lieux de culte. Génial, ils vont attiser les jacqueries, et leurs têtes de fion orneront nos balais de chiottes ! Nouvelle entrevue d’Alain Houpert, sénateur de la Côte d’Or sur France-Soir, par Xavier Azalbert. Il confirme que l’opposition n’a pas la parole sur les médias d’État. Mais comment se fait-il qu’ils n’aient pas saisi les hauts comités de l’audiovisuel (je ne sais même plus comment ça s’appelle). Autre article de Nicole Délépine pour France-Soir (décidément !) sur les plaintes en justice contre l’abus de pouvoir de nos gouvernements délirants sur la question des tests PCR de plus de 25 ou 35 cycles. Une plainte a été gagnée au Portugal, d’autres ont été déposées en Allemagne et aux États-Unis. On apprend que pour gonfler artificiellement le nombre de tests positifs, on oblige des tas de gens à en faire, et on teste et reteste chaque semaine les gens hospitalisés jusqu’à ce que le test soit positif, et on les fout en lits Covid pour gagner plus de pognon.
Alors maintenant si vous voulez savoir comment fonctionne la presse fasciste, vous pouvez lire le titre et l’accroche d’un article du Parisien : « Recul de l’épidémie de Covid-19 : le confinement n’aurait-il servi à rien ? » « Le pic du nombre de nouveaux cas a été atteint seulement trois jours après le début du confinement, faisant s’interroger certains sur son intérêt et son efficacité. À tort, selon les experts que nous avons pu joindre. » « Les experts » : c’est moi qui souligne. Autant dire : « big brother ». Alors on ne peut pas en savoir plus, parce que c’est « réservé aux abonnés ». Parce qu’il y a des gens qui paient pour aller sur le site de ce genre de presse ? Version papier je veux bien parce que ça peut servir aux W.-C., mais version Internet, je vois pas. En tout cas ces petits toutous à véran font bien leur job, ils auront leur sussucre, n’en doutez pas. En Italie, c’est la première fois ce jour depuis le mois d’août je crois, que baissent les deux chiffres d’hospitalisations et de réanimations, enfin ! Nouvelle video hebdomadaire de RéinfoCovid, durée 27’. Je me suis amusé à chercher sur Google « scandale Remdésivir ». Eh bien, regardez par vous-même : pas un seul article de la presse mainstream ! Rien, que dalle ! Si vous lisez ces lignes et que vous êtes encore abonné à l’un de ces torcheculs, je vous supplie de vous désabonner au plus vite, et d’opter pour un site que ces journaux fascistes qualifient de presse « complotiste ». France-Soir nous informe d’une « Manifestation à Marseille » des Restaurateurs, cafetiers ou encore gérants de discothèques. On apprend que « la manifestation a été rejointe par de nombreux élus, de tous bords, dont la présidente LR de la métropole Aix-Marseille-Provence et du département des Bouches-du-Rhône, Martine Vassal, ou plusieurs adjoints de la nouvelle mairie de gauche de Marseille. » Des élus avec le peuple, on croit rêver. Le début d’une insurrection ? J’en rêve ! Leurs têtes de fions au bout de nos balais de chiottes, je vous le dis !

Santon à l’effigie de Didier Raoult par Fabienne Pardi, santonnière de Saint-Cyr-sur-Mer.


- Le 27 novembre, 28e jour de reconfinement. 84e jogging et 21e de reconfinement ce midi, canal de l’Ourcq (le dernier à faire de moi un délinquant puisque la milite du kilomètre doit être supprimée). J’avais un peu pris par le mépris l’histoire des santons de Raoult, y voyant un nième rideau de fumée, mais finalement, comme les klaxons des éboueurs, cette ferveur des artisans santonniers que nos dictateurs égorgent comme tous les artisans m’a touché, et la photo de « C. Mo. » sur le site de La Provence est magnifique. Le santon Raoult est placé devant le médecin de la peste de Venise et une infirmière.
Coup de tonnerre dans l’Absurdistan et le Macronistan : démission de Dominique Martin, Directeur Général de l’ANSM, annoncé bien sûr par France-Soir. Ah ! La question est : est-ce que la Macronie va encore réussir à empêcher le scandale d’exploser façon affaire Dreyfus ? Ou est-ce que les dominos sont lancés ? L’énarque Fabrice Fries, PDG de l’Agence France-Presse, va-t-il réussir à étouffer l’affaire pour que l’énarque Macron ne soit pas éclaboussé par la façon dont l’énarque Castex va demander au non-énarque Véran de gérer discrètement le scandale de cette démission de l’énarque Dominique Martin ? Partie de dominos dans la macrono-énarchie ! On ne lui souhaite pas de mourir non, car on préfère le voir en prison. Cependant une question me taraude : ce genre d’individu, s’il venait à contracter le méchant virus, serait-il du genre à se laisser crever devant une boîte de Plaquénil non décachetée ? J’ai fait un rêve : Véran démissionne à son tour, puis Castex, puis Macron, mais avant de démissionner, ce dernier prend un dernier arrêté consistant à nommer Castex ambassadeur dans la république socialiste soviétique d’Absurdistan… Au fait, ils ne nous ont pas refait le coup des zones rouges et vertes, alors que cette fois-ci, ce sont les régions qui étaient peu touchées lors de la 1re épidémie qui le sont le plus lors de la 2e. Tout le monde puni pareil. Et pour les bibliothèques, celles de la Plaine Commune rouvrent demain, mais celles de Paris attendent encore. Je crois que le pire, c’est que comme pour les magasins, au lieu de ressortir les « protocoles » d’avant le reconfinement, ils font carburer leurs énarques pour nous refabriquer d’autres règles encore plus délirantes, comme le gag des stations de sport d’hiver ouvertes sans remontées mécaniques. Putain qu’ils dégagent ! Au secours !
Nouveaux débriefings de Xavier Azalbert : debriefing du Pr. Paul Trouillas, sur ses actions juridiques sur l’hydroxychloroquine et le Rivotril. Il fait des appels à témoignages de proches de victimes pour poursuivre ses actions pénales. Il évoque des groupes d’interventions rapides d’infirmières allant apporter le Rivotril dans les Ehpad. Maître Carlo Brusa, le défenseur des producteurs et réalisateur du film Hold-Up, évoque l’état de la liberté d’expression en France, proche de la Corée du Nord selon lui. Excellente remarque de l’avocat qui cite le Préambule de la Constitution du 27 octobre 1946 : « Elle garantit à tous, notamment à l’enfant, à la mère et aux vieux travailleurs, la protection de la santé, la sécurité matérielle, le repos et les loisirs. » Donc la santé et les loisirs étaient considérés à la même hauteur à la sortie de la Deuxième Guerre mondiale ! Enfin, débriefing de Vincent Pavan, l’enseignant-chercheur de l’université d’Aix-Marseille mis à pied pour refus du port du masque. On apprend que « Le « Monsieur Vaccin » de Macron est un ancien lobbyiste de l’industrie pharmaceutique ». Je vous invite à lire l’article du blog de Olivier Demeulenaere consacré à – je cite – L’infecte Karine Lacombe : « Il serait temps, en effet, que les médias qui invitent l’abominable « Circé des seringues » (Nicolas Bonnal) la passent au désinfectant pour la laver de ses liens d’intérêt avec Big Pharma… » Il cite une entrevue parue dans Marie-Claire où cette brave disciple d’Hippocrate nous annonce : « Malheureusement, si la défiance est trop importante, la vaccination devra être rendue obligatoire ».

- Retour au début de l’article.
Si la lecture de ce billet ne vous est pas parue inutile, faites tourner…

Lionel Labosse, augmenté entre le 30 octobre et le 27 novembre.


© altersexualite.com 2020


[1Douste-Blazy a été cardiologue, puis professeur de médecine à la faculté des sciences de Toulouse, en épidémiologie, économie de la santé et prévention, compétences qui, sans même parler de son expérience ministérielle, le rendent dix fois plus adapté que Véran pour cette épidémie, et aussi pour évoquer les prétendus risques cardiaques qu’on a inventés de toute pièce à propos du traitement Raoult. Rappelons aussi que pendant la première vague, Douste-Blazy a repris sa blouse de médecin auprès du Pr Perronne, ce qui fait qu’il sait dix fois plus de quoi il est question que ce véran.

[2Le 17 novembre, le même publiera un billet sur Tribune juive intitulé « Taxer “Hold-Up” d’antisémitisme relève de la calomnie ».

[3Une mienne cousine portant le même nom de famille que votre serviteur y avait d’ailleurs participé, et l’article était signé, alors que vous pouvez vérifier que le nouvel article que Le Monde met en lien sur le site de l’Insee, n’est pas signé, preuve de plus qu’il s’agit d’une manipulation